06/03 17:31

Jean Castex annonce le déblocage de 60 millions d'euros d'aides d'urgence aux éleveurs les plus en difficulté, qui ont gagné moins de 11.000 euros en 2020

Jean Castex a annoncé samedi le déblocage de 60 millions d'euros d'aides d'urgence aux éleveurs les plus en difficulté, qui ont gagné moins de 11.000 euros en 2020, tout en incitant la filière à continuer à se restructurer.

"Pour tous les éleveurs qui ont gagné moins de 11.000 euros en 2020 et qui ont subi des pertes importantes, ce qui représente 18.000 exploitations, (...) nous allons mettre en place un dispositif exceptionnel de soutien financier qui permettra de couvrir jusqu'à 80% des pertes d'exploitation", a affirmé le Premier ministre en conclusion d'une table-ronde dans la Creuse avec les représentants de cette filière agricole.

"Cela signifie une enveloppe de 60 millions (d'euros) qui va s'ajouter à l'enveloppe prévue dans le plan de relance (...) de 50 millions pour la restructuration de la filière, actions que je veux lier", a-t-il ajouté. Dans le plan de relance présenté début septembre, le gouvernement prévoit un total de 1,2 milliard pour le secteur de l'agriculture et de l'alimentation.

"C'est un tout. Il y a une situation d'urgence, nous devons (y) répondre. Mais les aides d'urgence ne régleront rien" pour la filière de l'élevage, "il faut que ces filières continuent encore à s'améliorer, notamment dans le secteur de la viande, à mieux se structurer", a insisté M. Castex.

"On ne peut pas vous abandonner", a-t-il souligné. "La crise Covid a fait naître des situations de difficultés, de précarité".

Célébrés par les autorités politiques pour avoir continué à nourrir les Français au plus fort de la crise sanitaire, les agriculteurs demeurent confrontés à une multitude de défis et à un malaise qui demeure, privés encore cette année de leur vitrine du salon de l'Agriculture pour cause de Covid-19.

Au-delà de l'élevage, le revenu des fermes françaises a reculé en 2020, a estimé l'Insee fin décembre, conséquence de mauvaises récoltes de céréales et de betteraves, mais aussi de la baisse des rentrées d'argent des élevages porcin et bovin (lait et viande).

Les éleveurs dénoncent régulièrement le fait qu'ils doivent vendre leurs bêtes à un prix inférieur à leurs coûts de production.

La Fédération nationale bovine (FNB) a récemment calculé qu'un éleveur bovin avait gagné en moyenne 8.000 euros en 2020, soit moins de 700 euros par mois. La surmortalité par suicide est aussi "particulièrement marquée chez les éleveurs bovins (lait et viande) âgés de 45 à 54 ans", selon la FNB.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de filou034
7/mars/2021 - 11h17

pour moi moins donner aux divers assos qui servent a rien dans les cités style a Bron de toutes façons ils casseront tout de même logé les "mna" qui agressent et  se foutent de tout ( venez vérifier a Montpellier) et donner plus a nos agriculteurs

Portrait de muzo 28
6/mars/2021 - 20h14
Steyr∞Schœnauer.. a écrit :

Il n'empêche que quoi ? A part l'art (surcoté parce que détaxé) et l'or quels sont les produits non taxés par l'état ou sous sa surveillance ?  L'antiquité ? Ca ne marche pas si les gens n'on plus d'argent ou de black.  La terre ?  L'état a comme projet de séparer le foncier du bâtis même si le foncier l'est.  La transition écologique ?  Vaste fumisterie qui n'est rentable que tant que les subventions de l'état existent, Madox est en prison pour la même pyramide de Ponzi. 

ne vous énervez pas, rien de bien méchant ou d'illégal  pour ma part. Pas d'investissement foncier, ni de panneaux solaires ou autre connerie qui ne servent qu' à engraisser les "écolos". 

Portrait de muzo 28
6/mars/2021 - 18h28
Steyr∞Schœnauer.. a écrit :

Mon commentaire était sur la sémantique pas du tout sur les façons de bien investir.  smiley

Il n'empêche que....smiley

Portrait de muzo 28
6/mars/2021 - 18h26
Steyr∞Schœnauer.. a écrit :

Je n'ai rien contre qu'on aide les éleveurs, bien au contraire vu le bashing des écolos pour les faire crever encore plus vite. Mais dire qu'ils vendent à perte.  J'ai regardé sur le net pour me fournir en  bonne viande de bœuf en direct chez l'éleveur et franchement à 36€ le kg plus les frais de port pour de l'entrecôte ce n'est pas ce que je nommerai vendre à perte. 

je parle du prix qu'on leur propose dans les centrales d'achat,  il y a la concurrence étrangère qui casse les prix. Je connais des producteurs laitiers qui ont l'âge de la retraite et qui bossent encore. Quand ils arrêteront il n'y aura pas de successeur. Leurs bêtes je les vois grandir dans les prés, devenir adultes. c'est beaucoup de temps. Bref, de jour comme de nuit de la surveillance pour les naissances, le nourrissage, pas de vacances. 

Portrait de muzo 28
6/mars/2021 - 18h15
lily6228 a écrit :

Là où il n'y a pas de logique est qu'on continue année après année de vivre dans un système où la très grande majorité des éleveurs et agriculteurs ne vivent que grâce aux aides qu'on continue à donner même quand on a rien, au lieu d'en profiter pour mettre un bon coup de pied dans la fourmilière et imposer des bases saines pour le futur.

je parle de petits éleveurs, qui font du vrai lait bio et des la viande de haute qualité. Je ne vis pas dans la Beauce, c'est pas le même problème...........

Portrait de muzo 28
6/mars/2021 - 18h11
Steyr∞Schœnauer.. a écrit :

C'est "adorable" la sémantique. "déblocage" comme si la France était assise sur un magot en prévision de jours plus sombres.  Non ! La France n'a que deux magots; son patrimoine de monuments historiques et les économies des particuliers, les deux grands paramètres qui permettent d'emprunter sur le marché. Et où croyez vous que la France va piocher en cas d'obligation de rembourser ses dettes ?  Dans les économies des particuliers avec saisie direct auprès des banques. 

faut être malin et investir dans des choses qui prennent de la valeur.....chacun son truc.

 

Portrait de lily6228
6/mars/2021 - 18h06
muzo 28 a écrit :

tant mieux que cet argent aide aussi la filaire de l'élevage. Il y a des sous qui sont donnés pour ceux qui n'en font pas une ramée, c'est là qu'il n'y a pas de logique. Les vaches et les moutons, c'est devenu rare dans les prés.

Il faut avoir les nerfs solides pour continuer, vu qu'ils vendent à perte.

Là où il n'y a pas de logique est qu'on continue année après année de vivre dans un système où la très grande majorité des éleveurs et agriculteurs ne vivent que grâce aux aides qu'on continue à donner même quand on a rien, au lieu d'en profiter pour mettre un bon coup de pied dans la fourmilière et imposer des bases saines pour le futur.

Portrait de muzo 28
6/mars/2021 - 18h05
lily6228 a écrit :

L'argent qu'on n'a pas continue de pleuvoir depuis un an. Les lendemains vont probablement être pires que le covid...

tant mieux que cet argent aide aussi la filaire de l'élevage. Il y a des sous qui sont donnés pour ceux qui n'en font pas une ramée, c'est là qu'il n'y a pas de logique. Les vaches et les moutons, c'est devenu rare dans les prés.

Il faut avoir les nerfs solides pour continuer, vu qu'ils vendent à perte.

Portrait de lily6228
6/mars/2021 - 17h35

L'argent qu'on n'a pas continue de pleuvoir depuis un an. Les lendemains vont probablement être pires que le covid...