03/03 14:31

Les personnes atteintes d'obésité subissent des discriminations de façon répétée dans l'espace public, à l'école, au travail, chez elles et même dans le domaine médical, souligne un sondage

Les personnes atteintes d'obésité subissent des discriminations de façon répétée dans l'espace public, à l'école, au travail, chez elles et même dans le domaine médical, souligne un sondage publié par la Ligue contre cette pathologie, en amont de la journée mondiale contre l'obésité jeudi.

Ces discriminations se produisent dans la sphère publique (50%) quasi autant dans le domaine scolaire (45%) ou professionnel, et dans une moindre mesure dans le cercle familial (22%) ou dans le domaine médical (19%), disent les personnes qui en sont victimes.

Près d'un Français sur cinq (18%) subit actuellement ou a déjà subi des discriminations, selon ce sondage Odoxa réalisé auprès de plus de 11.800 personnes représentatives de la population française (dont 2.832 en surpoids et 1.594 en situation d'obésité). Mais les obèses en sont particulièrement victimes: près d’une jeune femme obèse sur deux (47%).

45% des jeunes de 18 à 24 ans atteints d'obésité et 47% des jeunes femmes concernées ont subi des discriminations, soit une dizaine de points de plus que la moyenne des jeunes en général et des jeunes femmes en particulier.

Les enfants aussi subissent des discriminations (1 sur 10), indiquent leurs parents, mais les jeunes obèses en sont 4 fois plus souvent victimes que les autres. Les adolescentes obèses particulièrement (54% parmi celles âgées de 14 à 17 ans).

"La grossophobie fait des ravages: risque de dépression plus élevé, détérioration de l'estime de soi, augmentation de la probabilité de souffrir de troubles du comportement alimentaire, suivi médical défaillant, déscolarisation des enfants, désocialisation des adultes...", souligne Agnès Maurin de la Ligue contre l'obésité, créée en 2014.

En France, l'obésité touche près de 7 millions de personnes, soit environ 15% de la population, note la ligue d'après la dernière enquête ObEpi-Roche.

En 2019, près de 40 millions d'enfants de moins de cinq ans étaient en surpoids ou obèses dans le monde, selon l'OMS. Plus de 340 millions d’enfants et d'adolescents âgés de 5 à 19 ans étaient en surpoids ou obèses en 2016, selon l'organisme onusien.

800 millions de personnes dans le monde souffrent d'obésité, estime pour sa part la Fédération mondiale de l'obésité. Selon elle, l'obésité infantile devrait augmenter de 60% au cours de la prochaine décennie, pour atteindre 250 millions d'ici 2030.

Les personnes atteintes d'obésité, testée positive pour le Covid-19, ont deux fois plus de risque d'être hospitalisées, poursuit la fédération. Elle dénonce la "stigmatisation" du poids qui repose sur des préjugés tenaces, à l'occasion de la journée mondiale contre l'obésité.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de air libre
4/mars/2021 - 07h49
Bailey a écrit :

Que de généralités et de certitude.

Tu es donc à la fois médecin et historien. Eh bien bravo !!

Et franchement limite la comparaison avec la guerre période où les gens souffraient de famine et certains mourraient de faim. Tu as beau être en surpoids à cause de la génétique quand tu meurt de faim c'est sûr que tu perd du poids. Ridicule.

On a pas besoin d'être médecin ni historien pour regarder des images et les comparer à la situation actuelle, les USA deviennent un pays d'obèses !,  en France pendant la guerre les gens ne mourraient pas de faim, c'était difficile mais il n'y a pas eu de famine, la génétique a parfois bon dos, ce sont surtout de mauvaises pratiques alimentaires qui sont la cause du surpoids c'est difficile de le reconnaitre et d'y remédier mais c'est le seul chemin.

Portrait de Jilou1994
3/mars/2021 - 17h49

Un enseignement doit être véridique, donné de façon agréable à l'oreille, tourné vers le bien de la personne et validé par des autorités compétentes.

Un professeur peut réprimander un étudiant, les parents leurs enfants, un chef de guerre ses soldats etc. Mais malheureusement dès que nous voulons prendre la place d'une autorité naturelle en critiquant, en humiliant une personne fragile alors l'effet est dévastateur. Encourageons plutôt le bonheur de la maîtrise de soi en restant compatissant car une personne qui a perdu la maîtrise de soi est déjà en grande difficulté. La critique est facile et l'art est difficile. La paille et la poutre, tout un programme. 

Portrait de cynou
3/mars/2021 - 17h41 - depuis l'application mobile
ChrisEure a écrit :

+ 10000000000000000

Je n'ai même pas envie de rajouter quoique ce soit, marre de me battre contre des pauvres cons qui se pensent autoriser à sortir ce genre de c.onneries, sans rien savoir.

 

@ChrisEure parfaitement d'accord avec vous.

Portrait de mikapat
3/mars/2021 - 17h11

Pour certaines personnes la bouffe c’est un besoin irrépressible une drogue. Il y a aussi certains dérèglements ou maladies.

 

 Et donc  dire qu´il suffit de moins manger en généralisant c’est vraiment très stupide. C’est comme ça que commence la discrimination. Après y’a les gourmands et les bons mangeurs la vie quoi . . .

Portrait de jarod.26
3/mars/2021 - 17h02

aucune surprise avec ce sondage

Portrait de Parapluie
3/mars/2021 - 16h59

Quels genres de discriminations exactement ? Parce que pour certains leur dire qu'ils devraient perdre un peu de poids au risque d'avoir des complications au niveau de la santé, problème cardiaque et diabète en tête, c'est déjà de la "grossophobie"...

Portrait de air libre
3/mars/2021 - 16h51

en France pendant la guerre on ne voyait pratiquement aucun obèse, il suffit de regarder d'anciens films, puis la culture américaine et sa malbouffe est arrivée chez nous, quand on voit la population US on se doute de ce qui nous attend.... malbouffe avant tout !

Portrait de Yanik65
3/mars/2021 - 16h04
Bailey a écrit :

Bon je suis une chialeuse donc je te répond.

En quoi dire que tu es discriminé est être un chialeur.

Donc à ce que je vois tu es un personnel de santé car tu as les réponses pour soit disant guerrir les personnes en surpoids. Il faut se bouger. Tout bonnement ridicule.

Encore le cliché des gros s'empiffrant à longueur de journées sur leur canapé sans bouger. Mais tu vis où pour dire de telles bêtises. Il y a plein de causes du surpoids. Là plupart du temps c'est génétique ou lié à une maladie de la thyroïde. Même en se bougeant comme tu dis cela ne change pas grand chose. Donc si ce faire appeler cachalot, être sujet des regards moqueurs des gens, ne pas pouvoir manger au restaurant sans penser qu'on est un glouton, ne pas avoir de personnes qui s'assoit à côté de toi dans les transports en commun car ils pensent qu'ils ne vont pas avoir de place alors que tu te ratatine dans un coin et tu leur laisse même un tiers de ta place. Si tu te balade dans la rue et qu'une voiture s'arrête et qu'on t'insulte sur ton poids quand tu es ado cela peut te pousser au suicide. Donc signaler les cas de harcèlement en quoi es ce mal. On as pas le droit d'être un être humain tout simplement ?

1. la première partie de mon commentaire rappelle que oui, il y a des obèses suite à des problèmes de santé ou antécédents médicaux.

2. à aucun moment, je ne cautionne le harcèlement dont sont victimes ces personnes

3. par contre, certains, sont obèses parce que soit ils mangent mal et/ou trop, et ne font d'exercice physique. donc oui ceux-là peuvent y remédier, et donc, ne plus être victimes d'insultes.

Portrait de Yanik65
3/mars/2021 - 14h38

Tous les jours des articles sur une catégorie de la population qui passe en mode chialeuse.

Certains sont en effet "malades", il faut les accompagner et les aider.

Beaucoup d'autres devraient simplement se reprendre et sortir bouger un peu.

Portrait de Amos
3/mars/2021 - 14h36 - depuis l'application mobile

oui comme les trop maigre.
Tout le monde est discriminé parce que personne ne ressemble au Californien blond.

Portrait de Amos
3/mars/2021 - 14h35 - depuis l'application mobile

oui comme les trop maigre.
Tout le monde est discriminé parce que personne ne ressemble au Californien blond.

Portrait de Amos
3/mars/2021 - 14h35 - depuis l'application mobile

oui comme les trop maigre.
Tout le monde est discriminé parce que personne ne ressemble au Californien blond.