03/03 10:16

Selon un sondage, la laïcité recule au lycée - Plus d'un établissement sur deux sont favorables au port de signes religieux - VIDEO

Plus d'un lycéen sur deux sont favorables au port de signes religieux, selon un sondage Ifop pour le Comité Laïcité République.

52% des lycéens sont favorables au port de signes religieux, soit deux fois plus que le reste de la population. Et c'est une inversion de tendance, explique Gérard Leclerc, «par rapport à il y a une quinzaine d'années quand la loi a interdit ces signes religieux, à l'époque 58% y étaient hostiles».

Les lycéens ont une vision «minimaliste» de la laïcité. Une majorité d'entre eux rejette le droit au blasphème, c'est-à-dire la liberté de se montrer irrespectueux à l'encontre d'une religion. Ce chiffre monte même à 78% chez les musulmans.

«L'enquête montre une américanisation des mentalités des jeunes où les notions de droit à la différence et de respect des minorités religieuses l'emporte sur ce qu'on appelle les valeurs républicaines et notamment la laïcité.»

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de sebastien91
5/mars/2021 - 08h23

On n'a rien compris. Tous ces gens devaient retourner là d'où ils venaient dans les années 70 et au plus tard début 80. La politique des lâches et le laxisme gauchiste a laissé développer le cancer qui maintenant métastase de partout et gangrène les français de souche. Il est malheureusement trop tard pour revenir en arrière ... 

Portrait de YVESM
3/mars/2021 - 11h44

No future, pour notre futur.

Portrait de bibilababiole
3/mars/2021 - 11h19

Non, non et non ! La religion, quelle qu'elle soit, n'a aucunement sa place dans les lycées. Un sondage qui fait froid dans le dos. Les jeunes auraient-ils déjà oublié ce qui s'est passé il y a peu ?

Portrait de Yanik65
3/mars/2021 - 11h15

La seule religion des ados ce sont les RS et les influenceurs. Les séries Netflix ont aussi tendance à matrixer les cerveaux de nos petits Français avec une conception de la vie en société aux US différente de chez nous.