09/02 14:31

Le député LREM de Vendée Pierre Henriet, qui avait traité l'Insoumise Mathilde Panot de "poissonnière" dans l'hémicycle, écope d'une sanction financière

Le député LREM de Vendée Pierre Henriet, qui avait traité l'Insoumise Mathilde Panot de "poissonnière" dans l'hémicycle, a écopé d'une sanction financière, a décidé le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand mardi, selon des sources parlementaires. En conférence des présidents de groupes parlementaires, Richard Ferrand (LREM) a indiqué avoir "appliqué" à Pierre Henriet un "rappel à l'ordre avec inscription au procès verbal", soit la privation pendant un mois du quart de l'indemnité parlementaire attribuée au député. "Il n'y a autour de la table ni saint, ni martyr", a toutefois tenu à souligner le président de l'Assemblée en présence de Mathilde Panot, en condamnant plus largement les "débordements de langage", à "de nombreuses reprises, de la part de députés de plusieurs groupes dès le début de la législature", y compris des Insoumis.

Le titulaire du perchoir a listé une série de propos insultants depuis 2017, comme un "facho" lancé par le communiste Stéphane Peu à la non-inscrite proche du RN Emmanuelle Ménard, un "vendu" lâché par le LR Fabien Di Filippo à l'ex-Premier ministre Edouard Philippe, ou encore un "nabot" adressé par Jean-Luc Mélenchon au ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et un "Machine" Schiappa à la ministre déléguée Marlène Schiappa. Richard Ferrand a aussi cité un "dérapage" de Mathilde Panot sur le réseau social Twitter, "quand elle a évoqué +La Macronie recyclant ses déchets+, à l'occasion de l'élection de M. (l'ex-ministre de l'Intérieur Christophe) Castaner à la tête du groupe La République en Marche". "Il est immature et hypocrite de prétendre au statut de victime quand on est soi-même coutumier de l'attaque", a glissé Richard Ferrand, selon des propos rapportés. Le président de l'Assemblée a indiqué qu'il ne laisserait "plus rien passer dans l'hémicycle". Il sanctionnera ainsi "de la même manière tous les excès verbaux d'où qu'ils viennent". Traitée de "poissonnière" le 2 février, Mathilde Panot avait réclamé "excuses" et "sanction" après cette "insulte sexiste". "Si elle se sent à tort insultée, je la prie de bien vouloir m'excuser", avait réagi Pierre Henriet, tout en niant tout sexisme et en reprochant à Mathilde Panot de "vociférer à la tribune et couper la parole".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Parapluie
12/février/2021 - 20h05
L' Écume Des Choses a écrit :

ni la france soumise, ni les ratés en marche ne sont ma tasse de thé...

mais ca va lui faire du bien à ce mec: d'un trou du cul ne peut sortir que de la merde

Et vous nous le confirmez à chacune de vos interventions sur ce site smiley

Portrait de djbaxter
9/février/2021 - 14h55

Le même jour, la députée LREM Laurence Vanceunebrock a discriminé le député LR Xavier Breton pour son identité de genre, sa race, sa religion, et son orientation sexuelle qui seraient les causes de son manque de compréhension d'un sujet en discussion en plein hémicycle de l'Assemblée Nationale. Pas d'excuses, pas de sanction.

La même députée LFI Panot a insulté Castaner de "déchet incompétent" sur son compte Twitter le 11 septembre 2020. Certes, c'est hors de l'hémicycle, mais là, aucune excuse, aucune polémique alors qu'elle est élue de l'Assemblée Nationale tout de même... L'indignation à géométrie variable habituelle.

Portrait de Greenday2013
9/février/2021 - 14h40

En quoi le fait de traiter une femme de poissonnière est-il sexiste ?