05/02 08:02

Droits télé : Comment Canal Plus a sauvé le foot Français hier soir en reprenant les droits de la Ligue et en faisant une superbe affaire !

Canal+ et le football français ont trouvé un accord inattendu jeudi pour la diffusion de la Ligue 1 jusqu'à la fin de la saison, soulageant le secteur à court terme sans néanmoins effacer les pertes drastiques entrevues par les clubs après une crise audiovisuelle sans précédent. La Ligue 1 est sauvée, au moins pour l'instant ! Dès le 12 février prochain, pour la 25e journée, et jusqu'à la fin de la saison 2020-21, le diffuseur du football français s'appellera Canal+.

La filiale de Vivendi, intransigeante avec la Ligue de football professionnel (LFP) ces dernières semaines, a finalement fait un geste envers les clubs, acceptant jeudi de racheter les droits TV de L1 et Ligue 2 délaissés en décembre par le diffuseur défaillant Mediapro, à un prix dérisoire.

Selon plusieurs sources ayant connaissance du dossier, Canal+ a ainsi accepté de verser une allonge de 35 millions d'euros à la LFP, en échange de l'exploitation exclusive de l'intégralité des matches de Ligue 1 et de Ligue 2 lâchés par Mediapro et restant à jouer jusqu'au mois de juin (soit 14 journées de Championnat).

Ces 35 millions d'euros s'ajoutent aux 332 millions d'euros par an déjà promis par la chaîne cryptée pour les 20% restants de la Ligue 1, qu'elle diffuse via un accord de sous-licence avec beIN Sports. Canal+ avait indiqué ces dernières semaines vouloir restituer ces matches en vue d'un appel d'offres global, laissant planer des pertes encore plus catastrophiques pour les clubs... Mais cette manne a finalement été sécurisée via l'accord trouvé jeudi.

A la fin de la saison, Canal aura donc déboursé 367 millions d'euros, en plus des 3 millions d'euros négociés selon le média Les Jours pour la co-diffusion dimanche du Classique OM-PSG, et d'une somme non révélée pour la diffusion en janvier du Trophée des champions... Un triomphe pour Vincent Bolloré, Vivendi et Maxime Saada, le patron de la chaîne.

"C'est une bonne nouvelle car la situation était assez dramatique et la négociation menée par (le patron de la Ligue) Vincent Labrune a été très efficace. Ce n'était pas évident de trouver cette solution", a réagi sur RMC le président de Lyon Jean-Michel Aulas, selon qui Canal "démontre qu'on peut compter sur lui, malgré des positions difficiles ces derniers jours".

Les clubs n'ont ainsi plus à s'inquiéter de leur manque de visibilité jusqu'au mois de juin... Mais cet accord ne va pas régler instantanément la crise qui les touche depuis de longs mois: selon ces mêmes sources proches du dossier, la LFP a ainsi présenté en conseil d'administration jeudi une baisse de 49% des revenus télévisuels des clubs pour la saison 2020-2021 en Ligue 1, baisse chiffrée à 40% pour la Ligue 2.

Au final, en droits domestiques, les clubs auront perçu cette saison environ 680 M EUR, au lieu du 1,217 milliard espéré initialement, L1 et L2 comprises.

Cette annonce fait office d'immense retournement de situation pour le football français, en conflit ces dernières semaines avec son ancien diffuseur historique qui l'a assigné en justice sur les modalités de la ré-attribution des droits TV.

Assignations que Canal+ ne prévoit pas, a priori, de retirer, selon une source proche du dossier. Cet accord va signer pour de bon le départ de Mediapro du marché, avec la fermeture de sa chaîne Téléfoot, qui doit émettre jusqu'à la fin de la 24e journée, dimanche.

Le diffuseur sino-espagnol avait signé une entrée fracassante sur le marché français en 2018, en promettant plus de 800 millions d'euros par an au foot français contre 80% de la L1 et de la L2, dont les 10 meilleures affiches de l'élite. Mais il s'était montré incapable d'honorer ses échéances à l'automne, arguant la crise sanitaire, et avait négocié son retrait en décembre. Le long chemin vers le sauvetage du football français ne fait en revanche que débuter.

L'accord ne court en effet que jusqu'à la fin de la saison: il faudra ensuite renégocier la commercialisation des droits des prochaines saisons, avec les différents opérateurs intéressés. Mais aucun nouvel appel d'offres n'est prévu à date par la Ligue, selon plusieurs sources.

Lundi, trois principaux groupes avaient formulé une offre pour reprendre tout ou partie des droits vacants, via une consultation de marché lancée par la Ligue: le géant du commerce en ligne Amazon, la plateforme de streaming sportif DAZN et le groupe Discovery, maison-mère d'Eurosport. Mais leurs propositions n'ont pas été suffisantes et la consultation de marché, boycottée par Canal+ et beIN Sports, a été déclarée infructueuse.

Les enchérisseurs malheureux devront désormais patienter jusqu'à la fin de saison pour espérer récupérer des rencontres et faire leur entrée sur le marché. En attendant, le marché se résumera à un acteur: Canal+...

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Kratusse
5/février/2021 - 11h06

Il serait surtout temps que les transferts et salaires s'adaptent à ce qui se passe dans le monde actuellement..

Apparemment la prolongation de Neymar au PSG est la preuve que c'est heureusement en train de changer quand on sait que l'argent est le seul et unique critere que ce joueur prend en compte pour choisir un club