21/12 12:31

La Fondation Brigitte Bardot lance un appel au Ministre de l'Agriculture et estime qu'il y a urgence d’interdire le commerce en ligne d’animaux

Le ministre de l’Agriculture, M. Julien Denormandie, a présenté ce matin un  plan de lutte contre les abandons, incohérent selon la Fondation Brigitte Bardot avec toutefois quelques pistes intéressantes via le plan de relance qui permettra d’aider les associations et propriétaires d’animaux démunis. 

La Fondation Brigitte Bardot dénonce la charte « paravent » du Bon Coin, qui n’est qu’un simple rappel à la réglementation alors que, pour les professionnels de terrain, il y a urgence d’interdire le commerce en ligne d’animaux. Lors de son allocution, Julien Denormandie a rappelé le caractère d’être sensible de l’animal, et la nécessité de responsabiliser les futurs acquéreurs ou adoptants. Pourtant, avec cette charte le ministre ne fait que légitimer la vente en ligne d’animaux, simples marchandises… Nous avons reçu, à deux reprises à la Fondation, les dirigeants du boncoin qui n’ont fait preuve d’aucune volonté d’agir contre les annonces frauduleuses publiées sur leur plateforme.

Cette charte n’a d’autre objectif qu’empêcher le législateur de prendre de réelles mesures contre la vente en ligne d’animaux, le ministre ne devrait pas s’associer à cette mascarade commerciale. En présentant cette charte à quelques jours de Noël, Julien Denormandie envoie un signal très négatif et ne tient pas compte du rapport gouvernemental « sur le bien-être des animaux de compagnie », remis à son ministère en juin dernier par Loïc Dombreval, député missionné par le gouvernement, qui propose « l’interdiction de la vente de chiens et de chats en animaleries et sur les sites internet généralistes ».

La Fondation Brigitte Bardot interviendra ces prochains jours auprès de tous les parlementaires français pour que l’interdiction de vente en ligne et animalerie/jardinerie soit ajoutée à la proposition de loi « visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale », débattue à l’Assemblée nationale le 26 janvier prochain.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Ninie76700
22/décembre/2020 - 05h27

Pour le coup je ne suis pas d'accord avec la socialisation de Brigitte Bardot sur la vente en ligne.

 Ça permet au contraire d'adopter des animaux élevés dans des familles plutôt qu'alimenter les animalerie qui ne prennent pas en considération le bien-être !

 Pour ma part c'est le choix que j'ai fait pour adopter mon chat. Le résultat est que j'ai un animal bien dans ses pattes,  élevée en famille, et n'a jamais été en cage.

Après effectivement il y a des associations, spa.... J'ai déjà par le passé recueilli un chat adorable également mai il m'a bien fallu 1 an pour qu'il retrouve la confiance c'est parfois plus compliqué. 

Donc il est bien de pouvoir choisir un animal adapté pour chacun en famille ou en association.

Par contre je suis contre les animalerie il est important de ne pas alimenter cette filière 

Portrait de Leon48Leon
21/décembre/2020 - 15h20 - depuis l'application mobile

Pour payer ses études, un collègue travaillait chez Truffaut. Les animaux sont parqués dans des cages en verre sans attention, surchauffée, sales, l’eau et la nourriture sont donnés quand le personnel assigné à d’autres tâches est disponible. Les chiots, chatons, etc, meurent dans l’indifférence générale. Ils sont jetés aux ordures. Ils se contaminent les et les autres. Quand ils ont dépassé l’âge d’être vendu comme chiots, ils sont bradés aux laboratoires. Certains vont promener leurs enfants dans cette enseigne pour voir les animaux... c’est comme les promener dans le couloir de la mort.