07/12 08:15

EXCLU - La lettre bouleversante de Geneviève de Fontenay : "Comment tourner la page de ma vie ? Alors que ma santé décline, je suis triste. Je pense à mon Louis, à ces filles dont nous avons changé la vie..."

En exclusivité, jeanmarcmorandini.com vous propose de découvrir la lettre que nous a envoyé Geneviève de Fontenay. Une lettre bouleversante où elle parle de sa santé, de sa vie consacrée aux Miss, de ses espoirs et ses regrets... jeanmarcmorandini.com fait le choix de vous diffuser en intégralité

Cher public, téléspectateurs de l’élection Miss France,

.

Décembre est un mois spécial. L’élection Miss France approche. Même si j’ai tourné la page de Miss France en février 2010 et des concours de beauté le 16 janvier 2016, cette période hivernale est toujours une déchirure.

Comment tourner la page de ma vie ? Miss France, c’est ma vie, toute ma vie. Loin des polémiques, je prends la plume pour défendre le concours Miss France et son histoire.

Un concours populaire et familial. Je prends la plume pour rappeler les valeurs qui firent son succès au fil des décennies : la dignité, le respect de soi et des autres, la simplicité, l’amour du travail bien fait, la proximité avec le public.

Je prends la plume pour défendre ma vie, plus d’un demi-siècle de travail et d’abnégation pour faire d’un « petit concours » de l’après-guerre une « marque glamour » du XXIe siècle.

J’ai tout donné à Miss France, tout sacrifié pour ce concours. Je me suis battue corps et âme pendant 58 ans pour imposer Miss France dans le cœur des Français, pour que cette élection soit une réussite et change la vie de l’élue à jamais. Miss France et moi, c’est une histoire d’amour : le fruit de ma rencontre avec Louis de Fontenay en 1952 alors que j’ai 22 ans. Je décide de le suivre pour une vie de saltimbanque.

Avec Louis, le rayonnement du Comité passait avant tout, y compris notre confort personnel. Notre maison ne payait pas de mine. Il n’y avait pas de chauffage : j’allumais moi-même le poêle à bois en rentrant de Gala dans une maison à 5°C...

Louis donne du prestige à Miss France par son entregent, ses relations avec les notables locaux, sa passion des lettres et des beaux discours, son amour du travail bien fait et de la mise en valeur des jeunes filles candidates. Il fait de moi ce que je suis aujourd’hui et m’a tout appris.

C’est lui qui me suggère de porter du noir et blanc et panama bicolore. Des soirées sur les routes au volant de la DS, des malles à transporter, des robes à entretenir à la main, écharpes à coudre, des procès contre les « fausses » Miss France, des élections avec 15 candidates... : c’est mon histoire ET celle de Miss France.

Le weekend suivant sa disparition en 1981, je suis effondrée mais sur scène, pour Miss France. Je pleure dans les coulisses mais je couronne une jeune fille.

Mon fils, Xavier intègre le Comité à 20 ans. Il transforme le concours, qui devient télévisuel un 31 décembre 1986 et apporte la touche de glamour qui manquait.

Par son professionnalisme, il fait de Miss France une référence mondiale des concours de beauté. En dépit des difficultés, je n’ai jamais envisagé une seule seconde faire autre chose que Miss France. A Louis, j’avais fait la promesse de continuer.

Par amour et par passion pour cette élection. Car le comité Miss France, association Loi 1901, rapportait si peu. Aujourd’hui, je ne suis pas en colère, je suis triste.

Triste de ne pas avoir pu mettre ma touche dans ce centenaire des concours de beauté, qui me doivent tant.

Triste, enfin, de voir l’élection s’éloigner d’un public que j’ai mis du temps à conquérir mais qui a démontré une fidélité exceptionnelle, traversant les générations !

Je suis entrée à Miss France à 22 ans. Toute ma vie, j'ai défendu une certaine idée de la jeune fille française, symbole de toutes les grâces de notre pays.

Toute ma vie, j'ai sillonné les routes pour mettre en valeur le folklore et le terroir de nos campagnes. Toute ma vie, j’ai fait en sorte que l’élection Miss France soit un rendez-vous à la fois populaire mais glamour, simple mais raffinée.

Jusqu’au bout, comme depuis 70 ans, je prendrai la parole pour défendre le concours de ma vie et cette grande famille qu’est le Comité Miss France. Miss France, c'est mon troisième enfant.

A l'aube de mon centenaire et alors que ma santé décline peu à peu, je regarderai l'élection.

En pensant à mon Louis, à ces années d'amour sur les routes, à ces élections qui changent la vie des jeunes filles.

Avec la fierté du travail accompli. Avec une certaine tristesse, aussi. Car les histoires d'amour ne doivent pas se terminer dans la douleur.

Et ceux prennent la suite, se montrer reconnaissant.

A jamais et pour l’éternité, les Miss France d’hier et de demain, seront “mes” Miss.

Parce que j’aime profondément ce concours auquel j’ai donné ma vie.

.

Geneviève DE FONTENAY.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de degivry
20/décembre/2020 - 20h24

Je suis écœurée par certains commentaires à propos de Geneviève de Fontenay, je cite "qu'elle est bonne pour l'EPHAD" et j'en passe.... Quelle honte !! Et OUI, je suis profondément choquée de la façon dont on la traite. Ce n'est pas parce qu'elle a vendu qu'il faut ignorer tout ce qu'elle a fait et combien elle y a consacré toute sa vie. C'est une histoire de respect vis-à-vis d'elle et à part Elodie Gossuin qui fait montre de ce respect, personne ne fait plus attention  à elle. Je trouve ça minable... Quand je travaillais aux Nouvelles de Versailles comme journaliste, j'ai eu l'occasion de la croiser et de parler avec elle au Centre Commercial de Parly 2, nous ne sommes pas restées longtemps à discuter mais suffisamment de temps pour que je prenne la mesure de son intégrité, de sa sensibilité et de sa gentillesse qui n'ont rien à voir avec les horreurs que certaines (que je ne nommerai pas) disent sur elles. Non, elle n'est pas en colère, elle est triste car elle se sent méprisée, ignorée, rabaissée et surtout traitée comme une "has been", c'est lamentable. J'ai honte pour les personnes (dont certaines très connues) qui la traitent ainsi sans aucune conscience. Voilà ce que j'avais à dire.

Portrait de tobian
8/décembre/2020 - 09h07

   On ne peut pas être et avoir été.

Portrait de mikapat
7/décembre/2020 - 15h58

Je comprends sa difficulté à tourner la page, mais elle a vendu, fallait pas le faire voilà tout. C’est comme si je vendais une maison et qu’après je venais dire au nouveau proprio quelle couleur il doit la peindre. Elle est dans l’incapacité de le comprendre, par contre, le pognon elle l’a bien empoché. Ah l’argent...  le flous... la maille... 

Portrait de jarod.26
7/décembre/2020 - 09h29

mais mamie il faut décrocher maintenant 

Portrait de francaz33
7/décembre/2020 - 01h58

MADAME DEFONTENAY A ETE INVITÉE MAIS ELLE A REFUSE L'INVITATION

Portrait de Jiben79
6/décembre/2020 - 23h56

Elle ne sait plus quoi faire pour exister celle là.... Incroyable !

Portrait de Skyter
6/décembre/2020 - 22h47 - depuis l'application mobile
Jb02 a écrit :

Madame de fontenay, vous avez vendu, fallait pas vendre pour continuer comme vous l'auriez souhaitez. Foutez la paix à vos successeurs !!!!

@Jb02 Vous n’avez rien compris la moindre des choses ils auraient pu quand même l’inviter et ça pas été le cas bande de débiles

Portrait de ΣNIGMΛ
6/décembre/2020 - 22h08

Une grande Dame.

Portrait de nebuleuse75
6/décembre/2020 - 22h07

À 88 ans...Madame il est temps de réserver votre place en Ephade !!! 

Portrait de Jb02
6/décembre/2020 - 21h15 - depuis l'application mobile

Madame de fontenay, vous avez vendu, fallait pas vendre pour continuer comme vous l'auriez souhaitez. Foutez la paix à vos successeurs !!!!

Portrait de msc2006
6/décembre/2020 - 20h12

tu as bien pris le pognon lors de la vente  donc a un moment il faut savoir dire stop et passé a autre chose et surtout eviter de nous casser les  bip 

Portrait de Citoyen87
6/décembre/2020 - 19h09 - depuis l'application mobile

Louis Poirot "dit de Fontenay" ! Soi-disant son pseudo dans la résistance... Qu'elle reste chez elle pour se protéger du coronavirus.

Portrait de calendrier17
6/décembre/2020 - 19h08

AHHHHHHH ta gueule