03/12 10:02

Disparition de VGE: Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac, deux frères ennemis qui se sont opposés pendant plus de trente ans - VIDEO

Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac se sont opposés pendant plus de trente ans, une rivalité qui a culminé avec la "trahison" de Chirac en 1981 ayant contribué à porter au pouvoir François Mitterrand. Une "honteuse et stupide manoeuvre" que Valéry Giscard d'Estaing, qui avait brigué en vain sa réélection, n'a jamais pardonnée et qu'il relate dans ses mémoires, "Le Pouvoir et la Vie".

Jacques Chirac est éliminé au premier tour de l'élection présidentielle de 1981, au profit du président sortant Giscard d'Estaing et du candidat socialiste François Mitterrand. Il déclare qu'"à titre personnel", il votera Giscard au second tour. Voulant vérifier une rumeur disant que l'état-major de campagne de Jacques Chirac conseille de voter Mitterrand, Giscard appelle une permanence de M. Chirac, un mouchoir sur le combiné pour déguiser sa voix.

"Il ne faut pas voter Giscard", répond-on à celui qui se présente comme un militant. Et alors qu'il insiste: "il faut voter Mitterrand".

Peu avant sa mort, ce dernier lui aurait d'ailleurs confié avoir été élu grâce aux voix apportées par Jacques Chirac, qui lui aurait dit en substance lors d'un dîner secret: "il faut nous débarrasser de Giscard".

A l'origine, les deux hommes avaient pourtant fait alliance. Pour la présidentielle de 1974, Jacques Chirac avait soutenu la candidature de Valéry Giscard d'Estaing avant le premier tour, au détriment du gaulliste Jacques Chaban-Delmas. Ce qui lui avait valu une réputation de traître, mais lui avait ouvert les portes de Matignon, jusqu'à sa démission fracassante le 26 août 1976.

Quelques mois après sa démission, Jacques Chirac crée le RPR (Rassemblement pour la République), fin 1976. L'année suivante, il se fait élire maire de Paris face au giscardien Michel d'Ornano, ce qui donne lieu à un conflit très dur entre Chirac et Giscard. En 1978, ce dernier fonde l'UDF (Union pour la démocratie française), avec l'ambition de contester la domination du parti gaulliste au sein de la droite.

Entre 2007 et 2011, les deux anciens présidents siègent tous deux au Conseil constitutionnel, ce qui leur donne de nouvelles occasions de se chamailler. Le 30 septembre 2019, Valéry Giscard d'Estaing assiste à Paris, lors d'une de ces dernières apparitions publiques, à la messe en hommage de Jacques Chirac, quatre jours après le décès de ce dernier.

Ailleurs sur le web

Vos réactions