15/11 12:16

Fête clandestine à Joinville-le-Pont : Le propriétaire du pavillon et l'organisateur de la soirée clandestine ont été placés en garde-à-vue

12h15: Le propriétaire du pavillon et l'organisateur de la soirée clandestine dans le Val-de-Marne qui a réuni dans la nuit de vendredi à samedi entre 300 et 400 personnes ont tous deux été placés en garde à vue, a appris dimanche l'AFP de source policière. Les deux hommes ont été interpellés après qu'une fête réunissant des centaines de personnes "dans un mépris total des règles sanitaires" a été organisée à Joinville-le-Pont dans une résidence de particuliers. Alertés par des riverains, des policiers intervenus pour interrompre cette soirée privée et clandestine avaient été pris à partie par des fêtards "manifestement très avinés", d'après une source proche du dossier. "Mécontents", ils leur ont jeté des bouteilles, selon la préfecture de police. Les agents ont alors fait usage de grenades de désencerclement et évacué ces invités. Une enquête pour violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique a été ouverte et confiée à la sûreté départementale, a annoncé le parquet du Val-de-Marne.

08h23: Dans la nuit de vendredi au samedi, des dizaines de personnes ont fait la fête dans un pavillon de Joinville-le-Pont (Val-de-Marne). La fête clandestine, qui rassemblait plus de 300 convives s'est terminée en bagarre générale avant que les policiers n'interviennent à l'aide de grenades de désencerclement. Dans la matinée, la préfecture de Police avait indiqué que lors de leur intervention, les policiers avaient essuyé des violences de "convives mécontents leur ayant, de plus, lancé des bouteilles...". Des plaintes ont été déposées par les forces de l'ordre pour ces faits alors qu'une enquête a été ouverte pour "identifier les organisateurs de cette soirée clandestine ainsi que le propriétaire des lieux". 

Dans un premier temps incapable de faire admettre aux participants à la soirée qu’ils étaient bel et bien policiers, les fonctionnaires ont fini par être pris à partie par les convives. Au point de devoir faire usage de leurs moyens de défense “intermédiaires” et même de jeter deux grenades de désencerclement pour calmer la furie.   "Quand les individus ont vu la police, ils ont quitté les lieux très précipitamment, certains sont passés par les toits, d'autres ont escaladé les murs du voisinage", explique Reda Belhaj, du syndicat SGP Police FO Val-de-Marne.

La soirée, totalement illégale, a été promue sur les réseaux sociaux. "Ce soir, très grosse soirée privée", est-il noté sur une photo postée sur Snapchat. Elle n'avait rien d'improvisé.

Au moins l'un des fêtards a depuis été testé positif au coronavirus. Les autorités appellent tous les participants à se faire tester rapidement. Les autorités appellent à la responsabilité de l'ensemble des participants à cette soirée et les invitent à se faire dépister dans les meilleurs délais et à s'isoler au moins jusqu'à réception des résultats de leur test, s'il est négatif, afin d’éviter toute propagation du virus", indique la préfecture dans un communiqué.

Elle indique par ailleurs qu'une enquête, diligentée par la Sûreté Départementale du Val-de-Marne, a été initiée, afin d’identifier les organisateurs de cette soirée qui a réunit entre 300 et 400 convives, ainsi que le propriétaire des lieux.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de lysniais
16/novembre/2020 - 00h31

Nicolas Bedos a un alibi? Ca serait bien le genre!!

Portrait de B612
15/novembre/2020 - 20h09

Et après on les invite gentiment à venir se faire tester. Evidemment on va pouvoir compter sur leur civisme et leur courage pour y aller. 

On remercie bien tous ces baltringues à cause de qui on en est là aujourd'hui, entre autres. Et pendant qu'eux font la fete, d'autres n'y sont pas à la fete, et luttent pour leur survie (malades, commerçants...). Et ça va meme jusqu'au policier qui se rebelle contre les gendarmes, ou aux internes d’hôpitaux. Véridique. En tous cas si on espère que tous ces "joyeux drilles" arrêtent leurs "bêtises", on est pas rendus.

Portrait de Petoulet
15/novembre/2020 - 17h49

Tu parles s'ils vont aller se faire tester! Ils s'en foutent pas mal de véhiculer le virus.

Pour tout ces connards,la finalité de la vie consiste à aller faire la teuf.

Leurs minables existences ne consistent qu'à ça! Peu importe qu'ils répandent le corona,qu'ils saturent les urgences covid,qu'ils épuisent le personnel soignant ou même qu'ils tuent des malades par milliers.Ils s'en branlent.

Seul compte leurs petits plaisirs hédonistes et égoïstes,triste constat d'une populace abjecte,non éduquée,je m'en-foutiste à l'extrême.Les déchets sociaux de la France de 2020!

Portrait de Cl
15/novembre/2020 - 13h28

Qui est-  ce   qui était dans ces soirées chaudes !!!!

Monsieur Le Maire l'avait signalé une dizaine de fois : ça faisait un petit moment que ça duré !!! pourquoi les Autorités ne se bougeaient pas ???, ..... c'était peut être du beau monde parisien !!!!! pourquoi les gens n'ont pas été verbalisés ?   Est-ce qu'on va connaitre les noms des organisateurs ?