15/07 18:00

La Cour des Comptes a évalué à un peu plus de 9 milliards d’euros les moyens budgétaires alloués de 2015 à 2019 à la lutte contre le terrorisme

La Cour des Comptes a évalué à un peu plus de 9 milliards d’euros les moyens budgétaires alloués de 2015 à 2019 à la lutte contre le terrorisme, selon un rapport remis à la commission des finances de l’Assemblée nationale.

Dans ce rapport communiqué à l’AFP mercredi, la Cour des Comptes considère que « l’ensemble du dispositif législatif et réglementaire dont dispose la France pour réprimer la préparation, l’exécution ou le financement d’actes terroristes apparaît à la fois solide et complet, même si quelques difficultés subsistent, notamment à l’égard des mineurs ».

La Cour estime ainsi que « l’effort accompli » financièrement « a été considérable ». Elle le chiffre à un peu plus de 9 milliards d’euros sur la période 2015-2019.

Pour le ministère de l’Intérieur, l’effort budgétaire a représenté « près de 800 millions d’euros sur trois ans ». « L’essentiel de ces dépenses, soit 640 millions d’euros, a bénéficié à la police et à la gendarmerie nationales », souligne la Cour. Les crédits mobilisés par le ministère des Armées ont représenté « 7,8 milliards d’euros ».

Ces moyens financiers ont bénéficié à l’acquisition d’équipements dans le domaine du renseignement, de la cybersécurité et du transport, mais aussi aux nouveaux recrutements. Ces effectifs ont été essentiellement affectés aux services impliqués dans la lutte contre le terrorisme. C’est ainsi que « les services de renseignement des ministère de l’Intérieur et des Armées ont bénéficié de près de 2.200 emplois supplémentaires ». « Les effectifs des unités spéciales - Raid, GIGN, forces spéciales - ont augmenté de plus de 1.100 emplois ». « Ces recrutements massifs se sont traduits par une hausse de la masse salariale qui va continuer à peser sur les budgets des ministères concernés », prévient la Cour.

Ailleurs sur le web

Vos réactions