20/06 12:31

Une enquête pour maltraitance ouverte par le parquet de Bourg-en-Bresse après la suspension de sept salariés d'une Maison de l'enfance

Une enquête pour des "faits de maltraitance" va être ouverte par le parquet de Bourg-en-Bresse après la suspension de sept salariés d'une Maison de l'enfance gérée par le département de l'Ain. "Une enquête sera ordonnée pour des faits de maltraitance qui ont été dénoncés par le conseil départemental", a déclaré à l'AFP le procureur de la République de Bourg-en-Bresse, Christophe Rode.

La veille, un communiqué du conseil départemental andinois avait fait état de "dysfonctionnements avérés" de la part d'agents éducatifs "dans la prise en charge et l’accompagnement d'un groupe de 10 enfants de 3 à 6 ans". Aucune autre précision, notamment sur la nature exacte des faits reprochés, n'a été apportée de même source, ni par le parquet.

Les faits ont été révélés le 12 juin dernier au président du conseil départemental, Jean Deguerry, après de premières investigations menées par la direction de l'établissement. Celle-ci a porté plainte lundi auprès du procureur, après avoir suspendu préalablement les salariés concernés, contre qui une procédure disciplinaire a également été engagée, selon le Conseil départemental.

"Un accompagnement psychologique" a été mis en place dans cette Maison de l'Enfance "pour soutenir les enfants selon leurs besoins". En outre, "un entretien individualisé" a été proposé jeudi aux familles des enfants concernés "afin de leur exposer les faits et de prendre en compte leurs préoccupations", a précisé la même source.

Les autres familles et salariés ont été également informés de la situation. Répartie sur trois sites, dont le principal est situé à Bourg-en-Bresse, la Maison de l'Enfance de l'Ain accueille au total 110 enfants et 9 femmes enceintes ou avec un jeune enfant. Elle accompagne aussi 27 enfants à leur domicile. Elle fera l'objet, "dans les meilleurs délais", d’un audit sur son organisation et ses méthodes de travail, selon le conseil départemental.

Ailleurs sur le web

Vos réactions