28/05 06:59

Deux-Sèvres : Que sait-on sur l'homme qui a ouvert le feu hier lors d'une réunion dans son entreprise tuant 3 personnes avant de tenter de se suicider ?

Un homme qui venait d'être déclaré «inapte» au travail par une société exploitant une carrière des Deux-Sèvres, a ouvert le feu hier lors d'une réunion du CSE, tuant à l'arme de poing trois salariés, en blessant un quatrième, avant de tenter de se suicider. Selon une source proche de l'enquête, l'homme de 37 ans qui pratiquait le tir sportif, a fait feu avec un pistolet 9 mm, avant de se tirer une balle dans la tête, se blessant grièvement.

Le suspect, un employé de cette société de Saint-Varent, qui était en arrêt de travail, a fait feu vers 15 heures sur le site d'extraction de la carrière Roy la Noubleau, a précisé le parquet de Niort. 

Selon le maire de Saint-Varent, Pierre Rambault, le tireur est arrivé dans la salle où se tenait une réunion du CSE (comité économique et social), rassemblant une dizaine de personnes, et où semble-t-il, l'homme avait été lui-même invité. «Il n'a pas fait irruption, il est entré plutôt calmement dans la pièce. A son regard, le directeur a compris qu'il se passait quelque chose. Il a sorti une arme de poing derrière la première personne qu'il a abattue. Il faisait le tour de la table», a raconté le maire. «Il a fait feu sur les trois personnes visiblement qu'il souhaitait abattre», a assuré le maire, citant des témoignages.

Les trois personnes décédées sont un responsable financier, un représentant syndical CFTC et un représentant du personnel sans étiquette, a précisé l'édile. Selon le maire, l'homme, célibataire, qui «venait d'être déclaré en inaptitude à tout poste» pour une raison inconnue, habiterait Cholet (Maine-et-Loire) où il vivrait avec son père et «n'était pas en forme» depuis le décès de sa mère il y a une dizaine de mois.

Une enquête de flagrance pour homicide a été ouverte par le parquet de Niort et confiée à la gendarmerie, à la section de recherches de Poitiers et à la brigade de recherche de Bressuire. Plus d'une vingtaine de gendarmes ont été dépêchés sur place. Une cellule médico-psychologique du centre hospitaliser de Niort s'est également rendue sur site et assistait «à la fois les familles des victimes, et les personnes présentes à la réunion qui ont assisté à la fusillade», a précisé la procureur.

La carrière de la Noubleau est un vaste site d'extraction de granulats sur la commune de Saint-Varent, qui produit des granulats (sables, gravier), et des enrobés à destination de remblais ou de revêtements de chaussées. L'entreprise emploie environ 80 personnes, mais une partie seulement du personnel était présente.

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Melanaxxx
28/mai/2020 - 10h20
phil78610 a écrit :
Avant de juger cet acte, posons-nous la question du pourquoi ! Le monde du travail et parfois syndical est devenu malsain comme le sommet de l État. Les lois travail plus souples pour virer les gens aussi. Un coup de chaud peut arriver à n importe qui. Je sais que si j étais viré de façon malhonnête, j irais sans doute régler mes comptes. D autant que j ai ce qu il faut chez moi.

Je pense qu'il faut vite signaler cet homme qui m'a l'air très instable et dangereux !!

Allo Morandini !!!! 

Portrait de Voldemord
28/mai/2020 - 09h33
phil78610 a écrit :
Avant de juger cet acte, posons-nous la question du pourquoi ! Le monde du travail et parfois syndical est devenu malsain comme le sommet de l État. Les lois travail plus souples pour virer les gens aussi. Un coup de chaud peut arriver à n importe qui. Je sais que si j étais viré de façon malhonnête, j irais sans doute régler mes comptes. D autant que j ai ce qu il faut chez moi.

mdr on se croirait aux USA ça yest

 

Portrait de Ninie76700
28/mai/2020 - 07h57
phil78610 a écrit :
Avant de juger cet acte, posons-nous la question du pourquoi ! Le monde du travail et parfois syndical est devenu malsain comme le sommet de l État. Les lois travail plus souples pour virer les gens aussi. Un coup de chaud peut arriver à n importe qui. Je sais que si j étais viré de façon malhonnête, j irais sans doute régler mes comptes. D autant que j ai ce qu il faut chez moi.

Vous êtes pas bien dans votre tête surtout que la France est un des pays au monde où il y a le plus de droit pour les travailleurs et en cas de conflits il y a des recours ! 

Portrait de phil78610
28/mai/2020 - 07h11 - depuis l'application mobile

Avant de juger cet acte, posons-nous la question du pourquoi ! Le monde du travail et parfois syndical est devenu malsain comme le sommet de l État. Les lois travail plus souples pour virer les gens aussi. Un coup de chaud peut arriver à n importe qui. Je sais que si j étais viré de façon malhonnête, j irais sans doute régler mes comptes. D autant que j ai ce qu il faut chez moi.

Portrait de jpapoo
28/mai/2020 - 07h05
seb2746 a écrit :

Facile de dire ça.

Nous n'avons AUCUN détail des personnes et du climat dans la société.

Si ça se trouve c'était 4 pourris/magouilleurs aussi et là ça changerait la situation vu que la justice ne bouge pas quand c'est le cas.

C'est certes regrettable mais c'est comme ça depuis +2 semaines partout en France, du jour au lendemain, plusieurs centaines de milliers de personnes "sans emploi" / "intérimaire sans mission", aucune reprise et aucun avenir à court / moyen terme pour eux.

Pole emploi n'a fait aucun effort pour certains, si il vous manque "3 jours" pour toucher car vos missions se sont arrêtés ou vos cdd n'ont pas fait un cdi pourtant prévu, confinement ou pas, il manque 3 jours, vous pouvez crever avec vos 490 euros/mois même si vous avez cotisé...

De l'autre coté, on donne des droits aux intermittents du spectacle sans avoir à travailler...

De l'autre coté, on donne des droits aux intermittents du spectacle sans avoir à travailler...FAUX!!!

Quand on ne sait pas, on se renseigne:

 

Pour s'ouvrir des droits aux allocations chômage, l'intermittent du spectacle doit avoir effectué 507 heures de travail dans une entreprise au cours des 365 derniers jours (12 mois et non plus 10 mois ou 10 mois et demi).

L'allocation journalière attribuée aux intermittents du spectacle est comprise entre 31,36 € et 133,27 €. L'ARE est versée pendant 365 jours pour les droits ouverts depuis le 1er août 2016 (243 jours auparavant).

 

En cas d'activité professionnelle partielle, le nombre de jours indemnisés au titre de l'ARE correspond à la différence entre :

 

le nombre de jours calendaires du mois ;

le nombre de jour de travail affecté d'un coefficient de :

1,4 pour les ouvriers et techniciens ;

1,3 pour les artistes.

Depuis le 1er août 2016, les intermittents du spectacle bénéficient d'un réexamen systématique 12 mois après la fin du contrat de travail qui a permis d'ouvrir des droits.

 

Ceux qui ne remplissent pas la condition de 507 heures de travail après la date anniversaire peuvent bénéficier d'une avance d'allocation pendant au maximum 6 mois, afin de pouvoir réaliser le complément d'heures nécessaires. Ils doivent toutefois justifier d'au moins 338 heures de travail dans les 12 mois précédents et avoir totalisé :

 

 5 fois 507 heures de travail (2 535 heures) dans les 10 dernières années ;

ou 5 ouvertures de droits.

Leur droit aux allocations chômage est régularisé dès qu'ils ont atteint les conditions d'ouverture de droit (507 heures). Dans le cas contraire, ils doivent attendre d'avoir cumulé 507 heures avant de s'ouvrir de nouveaux droits.

 

Une nouvelle franchise de congés payés est mise en place. Celle-ci est calculée sur les congés payés acquis au cours de la période de référence. Elle s'ajoute à la franchise liée à la rémunération, au différé spécifique en cas d’indemnités de fin de contrat supra-légales et au délai d’attente de 7 jours. Lorsque les congés payés acquis sont inférieurs à 24 jours, les jours indemnisables sont réduits de 2 jours par mois. Lorsqu'ils sont d'au moins 24 jours, les jours indemnisables sont réduits de 3 jours par mois.

 

Le cumul entre le revenu d'activité et l'ARE ne peut cependant pas excéder 1,8 fois le plafond de la Sécurité sociale.

Portrait de seb2746
28/mai/2020 - 00h53
MonaLou03 a écrit :

3 familles injustement détruites.

Je pense fort au personnel médical, qui ont le devoir de tout mettre en oeuvre pour que ce criminel survive.

Facile de dire ça.

Nous n'avons AUCUN détail des personnes et du climat dans la société.

Si ça se trouve c'était 4 pourris/magouilleurs aussi et là ça changerait la situation vu que la justice ne bouge pas quand c'est le cas.

C'est certes regrettable mais c'est comme ça depuis +2 semaines partout en France, du jour au lendemain, plusieurs centaines de milliers de personnes "sans emploi" / "intérimaire sans mission", aucune reprise et aucun avenir à court / moyen terme pour eux.

Pole emploi n'a fait aucun effort pour certains, si il vous manque "3 jours" pour toucher car vos missions se sont arrêtés ou vos cdd n'ont pas fait un cdi pourtant prévu, confinement ou pas, il manque 3 jours, vous pouvez crever avec vos 490 euros/mois même si vous avez cotisé...

De l'autre coté, on donne des droits aux intermittents du spectacle sans avoir à travailler...

Portrait de MonaLou03
27/mai/2020 - 21h28

3 familles injustement détruites.

Je pense fort au personnel médical, qui ont le devoir de tout mettre en oeuvre pour que ce criminel survive.

Portrait de Wouhpinaise
27/mai/2020 - 19h36

Bilan : 3 morts, donc 3 familles détruites ! Affreux !