01/04 07:16

Coronavirus - Cette nuit, Donald Trump annonce des semaines très difficiles aux USA et prévient: "Il y aura 1,5 à 2,2 millions de morts si aucune mesure n'est prise" - Vidéo

"Nous allons traverser deux semaines très difficiles", a déclaré Donald Trump lors d'une conférence de presse, sur un ton grave. "Ce seront deux semaines très très douloureuses", a-t-il insisté. Le Covid-19 a tué dans le pays un nombre record de 865 personnes au cours des dernières 24 heures, selon le comptage mardi soir de l'université Johns Hopkins, qui fait référence. Cette forte accélération, proche du record relevé le 27 mars en Italie (+969 morts), porte à 3.873 décès le bilan total aux Etats-Unis, pays du monde comptant de loin le plus grand nombre de cas recensés (188.172).

La majorité des morts sont enregistrés à New York, qui a été forcée de se transformer pour pouvoir soigner des dizaines de milliers de malades potentiels du coronavirus. Une douzaine de tentes dressées dans Central Park depuis dimanche se préparaient mardi à accueillir jusqu'à 70 patients malades du virus provenant de l'hôpital Mount Sinai tout proche.

"On voit des films comme +Contagion+ et on pense que ça ne se produira jamais, alors voir ça pour de vrai, c'est vraiment surréaliste", dit Joanne Dunbar, 57 ans, venue assister à la transformation de ce lieu emblématique de Manhattan.

Après huit jours de travaux menés par le Corps du génie de l'armée de terre des Etats-Unis, le centre de conférences Javits Center, dans Manhattan, est désormais opérationnel, avec près de 3.000 lits destinés aux malades non atteints du coronavirus, pour permettre aux hôpitaux de se concentrer sur l'épidémie. Quelques rues plus loin, l'imposante silhouette blanche du navire-hôpital militaire Comfort, arrivé lundi avec une capacité de 1.000 lits, se détache au milieu des gratte-ciel.

D'autres sites ont été identifiés à travers la première métropole américaine pour servir d'hôpitaux, dont l'un des bâtiments du complexe de tennis de Flushing Meadows, dans le quartier du Queens, ainsi que des hôtels, destinés à accueillir des personnes contaminées mais pas gravement malades.

L'Etat de New York dans son ensemble, qui comptait mardi en milieu de journée près de 76.000 cas et 1.550 morts, a engagé une course contre la montre pour augmenter sa capacité hospitalière avant le pic de l'épidémie, attendu d'ici "sept à 21 jours", selon le gouverneur Andrew Cuomo, lequel a indiqué mardi que son frère, présentateur sur CNN, était lui aussi infecté. Le gouverneur a appelé les New-Yorkais à "calibrer leurs attentes pour ne pas être déçus chaque jour au réveil", en voyant la situation s'aggraver. "Les New-Yorkais sont dans une situation difficile, et on essaie de faire au mieux pour ouvrir des lieux afin de soulager l'augmentation du nombre de cas", a souligné sur CNN le docteur Anthony Fauci, expert en maladies infectieuses qui conseille Donald Trump sur cette crise.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de waidy01
1/avril/2020 - 09h48
Nono75 a écrit :

Avec 3.4 milliards de personnes confinées sur les 7.8 milliards que compte l'humanité tu crois sincèrement que nos chers politiques français sont les seuls à s'être plantés sur cette pandémie ?

Non évidemment. Sauf qu'à la différence des Etats-Unis, nous sommes en France dans une soi-disant Europe Unie (LOL) et nous avions quand même devant nos yeux une catastrophe annoncée à l'échelle européenne et nationale. Si notre pays et nos dirigeants n'avaient pas regardé l'épidémie en Italie de façon dubitative et circonspect on aurait surement évité beaucoup de morts. On connait pourtant tous le refrain : Mieux vaut prevenir que guérir...

Portrait de waidy01
1/avril/2020 - 09h47
Nono75 a écrit :

Avec 3.4 milliards de personnes confinées sur les 7.8 milliards que compte l'humanité tu crois sincèrement que nos chers politiques français sont les seuls à s'être plantés sur cette pandémie ?

Non évidemment. Sauf qu'à la différence des Etats-Unis, nous sommes en France dans une soi-disant Europe Unie (LOL) et nous avions quand même devant nos yeux une catastrophe annoncée à l'échelle européenne et nationale. Si notre pays et nos dirigeants n'avaient pas regardé l'épidémie en Italie de façon dubitative et circonspect on aurait surement évité beaucoup de morts. O

Portrait de colin33
1/avril/2020 - 09h24 - depuis l'application mobile

Ce fou déclarait il y a quelques jours qu'à pâques les églises seraient pleines ! Malheureusement ce sont les morgue qui se remplissent, souhaitons que le peuple américain se debarasse de ce triste individu....

Portrait de Nono75
1/avril/2020 - 09h23
waidy01 a écrit :

Mais quel guignol celui-ci ! C'est pas possible de voir notre monde entre les mains de dirigeants aussi clownesques . Après avoir minimisé l'épidémie autant que nos chers politiques français, voilà qu'il retourne sa veste en bonne et due forme et sort la carte de la terreur.  

Avec 3.4 milliards de personnes confinées sur les 7.8 milliards que compte l'humanité tu crois sincèrement que nos chers politiques français sont les seuls à s'être plantés sur cette pandémie ?

Portrait de Angelussauron
1/avril/2020 - 09h16

Du coup il laisse faire? L'économie avant tout? comme au Brésil avec Bolsonaro peu importe le nombre de morts il faut sauvé l'économie avant la vie humaine?

Il faut donc s'en remettre à Dieu les américains et brésiliens. Bon courage.

Portrait de waidy01
1/avril/2020 - 09h03

Mais quel guignol celui-ci ! C'est pas possible de voir notre monde entre les mains de dirigeants aussi clownesques . Après avoir minimisé l'épidémie autant que nos chers politiques français, voilà qu'il retourne sa veste en bonne et due forme et sort la carte de la terreur.