14/02 18:16

EN DIRECT - Benjamin Griveaux retire sa candidature - Marlène Schiappa ne le remplacera pas - Son avocat poursuivra toutes les publications qui violeront la vie privée - Video

18h10: Richard Malka, avocat de Benjamin Griveaux sur BFM TV: "Ce n'est pas acceptable. Je vois avancer pas à pas un nouveau totalitarisme 2.0 avec la surveillance de tous contre tous"

Et d'évoquer que l'on risque un "règne de la terreur, un règne du massacre"

"On a sali un homme, vous journaliste et nous citoyens, on a pas à savoir ça!"

"On va prendre le temps d'étudier tout cela la situation est complexe. "

"La loi punie ceux qui diffusent et ceux qui relaient", en évoquant les personnes qui ont publié la vidéo sur le net.

"La priorité de Benjamin Griveaux, c'est de retrouver un peu de paix familiale, de se retrouver lui-même. C'est traumatisant comme épisode à vivre"

"Il y a une dérive très inquiétante"

18h07: Cette campagne, il "faut qu'elle continue", affirme Mounir Mahjoubi sur LCI, estimant qu'il faudra "se mettre d'accord" en "prenant le temps pour échanger". 

Et d'ajouter qu'il faut désormais "regarder" et "préparer" la suite afin de trouver la "meilleure candidature" à la mairie de Paris. "Moi j'ai toujours dit que j'étais disponible", a-t-il précisé "J'ai entendu ceux qui m'ont demandé d'être candidat. Je leur ai répondu que je serais disponible si on choisit collectivement de le faire."

17h59: Le nom du remplaçant de Benjamin Griveaux sera connu en début de semaine prochaine, selon BFM TV

16h59: Le point sur ce que l'on sait cet après-midi

Tournant spectaculaire dans la campagne des municipales à Paris: Le candidat macroniste Benjamin Griveaux s’est retiré, dénonçant, avec le soutien du gouvernement, des «attaques ignobles» après la diffusion d’une vidéo sexuelle.

De LFI au RN, les principaux responsables politiques ont condamné la diffusion sur le web de la vidéo intime, y voyant une «menace contre la démocratie» à l’heure des réseaux sociaux tout puissants.

La porte-parole du gouvernement Sibeth NDiaye a dénoncé une «ignominie» et, comme la ministre de la transition écologique Elisabeth Borne une campagne «de boules puantes». Le Premier ministre Edouard Philippe a lui exprimé sa «sympathie» à Benjamin Griveaux, en indiquant respecter sa décision «difficile».

Son collègue de l’Intérieur Christophe Castaner a souligné que cette diffusion illégale devait «évidemment être poursuivie» devant les tribunaux, précisant que ces faits pouvaient être sanctionnés par «une peine d’amende importante» et jusqu’à «deux ans d’emprisonnement».

L’air grave, Benjamin Griveaux a annoncé en début de matinée qu’il avait «décidé de retirer (sa) candidature» au scrutin des 15 et 22 mars. «Cette décision me coûte mais mes priorités sont très claires. C’est d’abord ma famille, vous l’aurez compris», a expliqué le candidat de La République en Marche dans cette déclaration enregistrée au siège de l’AFP, en présence également de BFM Paris.

Cette annonce est intervenue un peu plus de 24 heures après la diffusion, mercredi soir, d’une vidéo intime et de messages à caractères sexuels adressés à une femme, par un site affirmant qu’ils émanaient de l’ancien porte-parole du gouvernement.

L’artiste contestataire russe Piotr Pavlenski, qui avait incendié la façade d’une succursale de la Banque de France en 2017, a affirmé avoir mis en ligne cette vidéo. Selon Libération qui lui a parlé, il affirme la tenir «d’une +source+ qui avait une relation consentie avec Benjamin Griveaux».

La séquence a été publiée «sur un site clandestin sans mention légale, hébergé aux États Unis, lié dit-on, à un activiste russe», a commenté l’avocat Richard Malka, conseil de Benjamin Griveaux, qui lui a demandé «d’engager des poursuites contre toute publication» qui ne respecterait pas sa vie privée.

Depuis 2016 et l’adoption de la loi «pour une République numérique», la diffusion de «revenge porn» est passible de 2 ans d’emprisonnement et 60.000 euros d’amende.

- En quête d’un candidat -

Benjamin Griveaux a jeté l’éponge 24 heures après avoir présenté son programme pour Paris devant une centaine de soutiens et ses têtes de listes dans les arrondissements. Avec l’espoir de faire décoller une campagne jusqu’alors en deçà des espoirs, les sondages ne le plaçant qu’en troisième position derrière la maire Anne Hidalgo (PS) et la candidate LR Rachida Dati.

L’ex-porte parole du gouvernement a indiqué à l’AFP s’être entretenu tard jeudi soir avec le président Emmanuel Macron, qui l’a selon lui assuré de son soutien «quelle que soit sa décision», en l’invitant à protéger les siens. L’entourage du chef de l’Etat a confirmé qu’un échange avait eu lieu.

Dans l’urgence, le parti présidentiel, qui multipliait les consultations, s’est mis en quête d’un nouveau candidat car il y aura «quoi qu’il arrive» une liste LREM à Paris, a assuré la députée Olivia Grégoire, l’une des porte-parole de Benjamin Griveaux.

Ce ne sera pas Marlène Schiappa, la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité femmes-hommes, qui a affirmé qu’elle ne serait pas candidate.

Parmi les noms cités, figurent ceux de Stanislas Guerini, délégué général de LREM et député de Paris, ou de Delphine Bürkli, la maire sortante du IXe arrondissement (ex-LR), proche d’Edouard Philippe.

- «Naufrage voyeuriste» -

«Les Parisiens méritent une campagne apaisée et digne, à la hauteur des enjeux majeurs pour l’avenir de Paris», a réagi Rachida Dati, tandis que le candidat écologiste David Belliard prenait acte de «la décision difficile» de son ex-concurrent.

Pour Cédric Villani, l’ex-LREM et candidat dissident, «l’attaque indigne qu’il subit est une menace grave pour notre démocratie». Anne Hidalgo a pour sa part appelé «au respect de la vie privée et des personnes».

«La publication d’images intimes pour détruire un adversaire est odieuse. Refusons le naufrage voyeuriste de la vie publique du pays. Non, tous les coups ne sont pas permis», a lancé le patron de LFI Jean-Luc Mélenchon.

Marine Le Pen (RN) a elle estimé que Benjamin Griveaux s’était «incontestablement comporté de manière irresponsable», tout en s’interrogeant sur un possible «coup monté» et sur «le profil» du «Russe anti-Poutine» qui a diffusé la vidéo.

Il n’y a pas de précédent en France d’un haut responsable politique obligé de jeter l’éponge à cause du «revenge porn» ou «vengeance pornographique», inconnu il y a encore quelques années. Aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni, des ministres ou des candidats y avaient été contraints après la publication de photos compromettantes ou de révélations de liaison extra-maritale.

14h44: Le Ministre de l'Intérieur Christophe Castaner s'exprime

"J'ai une émotion personnelle et de soutien" pour Benjamin Griveaux

La diffusion d'une vidéo intime de Benjamin Griveaux doit "évidemment être poursuivie"

13h44: La secrétaire d'Etat Marlène Schiappa ne sera pas candidate à la mairie de Paris, annonce son entourage à BFMTV

13h31: Départ de Benjamin Griveaux: Que risquent les personnes qui ont partagé les vidéos intimes attribuées à l'ex-candidat à la mairie de Paris ?

13h11: M. Griveaux avait présenté son programme jeudi matin devant une centaine de soutiens et ses têtes de listes dans les arrondissements. Il avait alors connaissance de la vidéo. Dans la salle, plusieurs responsables politiques brillaient par leur absence dont le patron de LREM, Stanislas Guerini, ami proche de Benjamin Griveaux.

12h58: Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement, s'exprime

"C'est une décision difficile pour lui", a-t-elle déclaré. "Elle ne doit pas empêcher que la campagne puisse continuer".

"A titre personnel, je voudrais adresser un soutien fort à Benjamin Griveaux et à son épouse"

12h55: Le point sur ce que l'on sait à la mi-journée

C'est un tournant soudain dans la bataille de l'Hôtel de Ville, et peut-être une étape dans les atteintes en ligne à la vie privée des politiques en France: le candidat macroniste à la mairie de Paris Benjamin Griveaux a jeté l'éponge vendredi après la diffusion d'une vidéo intime.

Suite à des "attaques ignobles (...) j'ai décidé de retirer ma candidature à l'élection municipale parisienne. Cette décision me coûte mais mes priorités sont très claires. C'est d'abord ma famille, vous l'aurez compris", a dit le candidat de La République en Marche dans une déclaration enregistrée en début de matinée au siège de l'AFP, en présence également de BFM Paris.

Un site avait diffusé mercredi soir une vidéo intime et des messages connotés adressés à une femme, affirmant qu'ils émanaient de l'ancien porte-parole du gouvernement.

La page, relayée peu à peu jeudi sur les réseaux sociaux, présentait deux courtes séquences en plan serré montrant un homme non identifié en train de se masturber, ainsi que des captures d'écran de messages échangés sur le ton de la drague.

"En annonçant ma candidature à la mairie de Paris, je connaissais la dureté du combat politique", a commencé M. Griveaux dans une brève déclaration solennelle, enregistrée au milieu de membres très émus de son équipe de campagne.

"Depuis plus d'un an, ma famille et moi avons subi des propos diffamatoires, des mensonges, des rumeurs, des attaques anonymes, la révélation de conversations privées dérobées ainsi que des menaces de mort", a-t-il poursuivi, rapportant: "Ce torrent de boue m'a affecté et surtout a fait mal à ceux que j'aime. Comme si cela n'était pas suffisant, hier, un nouveau stade a été franchi. Un site internet et des réseaux sociaux ont relayé des attaques ignobles mettant en cause ma vie privée. Ma famille ne mérite pas cela. Personne, au fond, ne devrait jamais subir cette violence. En ce qui me concerne, je ne suis pas prêt à nous exposer davantage ma famille et moi quand tous les coups sont désormais permis. Cela va trop loin."

Après une investiture dans la douleur par LREM, des propos injurieux à l'égard de ses concurrents relayés dans la presse, c'est finalement la publication de cette vidéo qui a eu raison de la campagne de celui que les sondages plaçaient en troisième position derrière Anne Hidalgo et la candidate LR Rachida Dati.

En marge de sa déclaration, M. Griveaux a indiqué à l'AFP s'être entretenu tard jeudi soir avec le président Emmanuel Macron, qui l'a selon lui assuré de son soutien "quelle que soit sa décision", en l'invitant à protéger les siens. L'entourage du chef de l'Etat a confirmé qu'un échange avait eu lieu.

Le candidat a pris sa décision seul et "personne ne l'a forcé", a souligné la députée Olivia Grégoire, l'une de ses porte-parole, tandis que le monde politique s'inquiétait d'un épisode vu comme "une menace pour la démocratie".

"L'attaque indigne qu'il subit est une menace grave pour notre démocratie", a ainsi tweeté l'ex-LREM et candidat dissident à la mairie de Paris Cédric Villani.

La maire PS de Paris Anne Hidalgo a appelé "au respect de la vie privée et des personnes".

"Ressaisissons-nous collectivement ou nous allons tous nous noyer dans la fange", prévient aussi l'essayiste et eurodéputé de gauche Raphaël Glucksmann.

L'artiste contestataire russe Piotr Pavlenski, qui avait incendié la façade d'une succursale de la Banque de France en 2017, a affirmé avoir mis en ligne la vidéo. Selon Libération qui lui a parlé, il affirme la tenir "d'une +source+ qui avait une relation consentie avec Benjamin Griveaux".

La séquence a été publiée "sur un site clandestin sans mention légale, hébergé aux États Unis, lié dit-on, à un activiste russe", a commenté l'avocat Richard Malka, conseil de Benjamin Griveaux, qui lui a demandé "d'engager des poursuites contre toute publication" qui ne respecterait pas sa vie privée.

M. Griveaux avait présenté son programme jeudi matin devant une centaine de soutiens et ses têtes de listes dans les arrondissements. Il avait alors connaissance de la vidéo.

Dans la salle, plusieurs responsables politiques brillaient par leur absence dont deux des porte-paroles, Sylvain Maillard et Marie-Laure Harel, et le patron de LREM, Stanislas Guerini, ami proche de Benjamin Griveaux.

Alors que la rumeur se diffusait, l'équipe de campagne a tenté d'éteindre le feu, et a convoqué les élus et candidats vendredi à 09H00 au siège de LREM, "autour de Benjamin Griveaux" pour évoquer "la stratégie à tenir" et "le plan à mettre en place sur base d'une proposition".

Selon plusieurs sources au sein de LREM, les noms de la maire sortante du IXe arrondissement (ex-LR), proche d'Edouard Philippe, Delphine Bürkli, et de la secrétaire d'Etat en charge de l'Egalité femmes-hommes, et candidate en deuxième position dans le XIVe arrondissement, Marlène Schiappa, sont cités parmi les successeurs possibles de M. Griveaux en tête de liste.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn, également pressentie, a redit vendredi sur France Inter qu'elle ne "pourrait pas être candidate aux municipales" en raison de son agenda ministériel "très chargé".

Il y aura "quoi qu'il arrive" une liste LREM à Paris, a assuré Mme Grégoire.

12h34: Départ de Benjamin Griveaux: Qui est l'artiste russe Piotr Pavlenski qui revendique le fait d'avoir diffusé la vidéo porno ?

12h22: Edouard Philippe a dit respecter la décision « difficile » de Benjamin Griveaux de se retirer de la campagne municipale de Paris et a exprimé sa « sympathie » et son « soutien » à l’ancien porte-parole du gouvernement, vendredi lors d’une conférence de presse au Havre et sur twitter.

« La décision prise par Benjamin Griveaux, je la respecte, et j’aurai l’occasion de lui exprimer directement ma sympathie et mon soutien », a déclaré le Premier ministre en marge de la présentation de la liste qu’il mène aux élections municipales dans la cité normande.

« Je pense à Benjamin Griveaux qui a pris une décision en conscience. Une décision diffile » après la diffusion sur internet d’une vidéo intime, a dit Edouard Philippe sur twitter. « A présent, il est urgent de laisser l’homme et sa famille en paix », a-t-il ajouté.

12h13: Départ de Benjamin Griveaux - Christophe Barbier sur BFMTV choque en affirmant "qu'il n'a que ce qu'il mérite car il n'a pas su se contrôler" - VIDEO

11h54: EXCLU - Le député Joachim Son-Forget, qui a relayé le lien vidéo sur Twitter, s'explique dans un échange tendu dans "Morandini Live" - VIDEO

11h34: "Insoumis, ne participez d'aucune façon au règlement de compte dont Benjamin Griveaux fait l'objet. La publication d'images intimes pour détruire un adversaire est odieuse. Refusons le naufrage voyeuriste de la vie publique du pays. Non, tous les coups ne sont pas permis", a indiqué le député Jean-Luc Mélenchon sur Twitter

11h23: L'avocat de Benjamin Griveaux, Me Richard Malka, annonce à Franceinfo qu'il "poursuivra toutes les publications qui violeront la vie privée" de son client.

10h54: A Franceinfo, le député de La France insoumise Alexis Corbière s'est exprimé après la démission de Benjamin Griveaux. "De ce que je sais à ce stade - mais je suis prudent comme tout le monde -, c'est qu'il n'y a rien d'illégal. Et moi je n'aime pas qu'on mélange la vie politique et la vie intime (…) Je n'aime pas, parce qu'on ne parle plus du fond. J'aimerais que cette information ne sature par l'espace médiatique. Il faut parler des sujets sérieux".

10h41: Le point sur ce que l'on sait ce matin

Un coup de tonnerre dans la bataille de l’Hôtel de Ville: le candidat macroniste à la mairie de Paris Benjamin Griveaux a retiré sa candidature vendredi après la diffusion d’une vidéo intime le mettant en cause.

Suite à des «attaques ignobles» (...) j’ai décidé de retirer ma candidature à l’élection municipale parisienne. Cette décision me coûte mais mes priorités sont très claires. C’est d’abord ma famille, vous l’aurez compris», a dit le candidat de La République en Marche dans une déclaration enregistrée en début de matinée au siège de l’AFP, en présence également de BFM Paris.

Un site avait diffusé mercredi soir une vidéo intime et des messages connotés adressés à une femme, affirmant qu’ils émanaient de l’ancien porte-parole du gouvernement. Ils ont été relayés peu à peu jeudi sur les réseaux sociaux.

«En annonçant ma candidature à la mairie de Paris, je connaissais la dureté du combat politique», a commencé M. Griveaux dans une brève déclaration solennelle, enregistrée au milieu de membres très émus de son équipe de campagne.

«Depuis plus d’un an, ma famille et moi avons subi des propos diffamatoires, des mensonges, des rumeurs, des attaques anonymes, la révélation de conversations privées dérobées ainsi que des menaces de mort», a-t-il poursuivi: «Ce torrent de boue m’a affecté et surtout a fait mal à ceux que j’aime. Comme si cela n’était pas suffisant, hier, un nouveau stade a été franchi. Un site internet et des réseaux sociaux ont relayé des attaques ignobles mettant en cause ma vie privée. Ma famille ne mérite pas cela. Personne, au fond, ne devrait jamais subir cette violence. En ce qui me concerne, je ne suis pas prêt à nous exposer davantage ma famille et moi quand tous les coups sont désormais permis. Cela va trop loin.»

En marge de sa déclaration, M. Griveaux a indiqué à l’AFP s’être entretenu tard jeudi soir avec le président Emmanuel Macron, qui l’a selon lui assuré de son soutien «quelle que soit sa décision», en l’invitant à protéger les siens.

Après une investiture dans la douleur par LREM, des propos injurieux à l’égard de ses concurrents relayés dans la presse, c’est finalement la publication d’une vidéo intime le mettant en cause qui a eu raison de la campagne de celui que les sondages plaçaient en troisième position derrière la maire PS sortante Anne Hidalgo et la candidate LR Rachida Dati.

«Peu importe ce qu’on pense de Benjamin Griveaux aujourd’hui, cette histoire est profondément dégueulasse, et inquiétante pour la suite», a réagi peu après l’annonce vendredi l’essayiste et eurodéputé de gauche Raphaël Glucksmann: «La politique, cela ne doit pas, cela ne peut pas être ça. Ressaisissons-nous collectivement ou nous allons tous nous noyer dans la fange.»

Jeudi matin, Benjamin Griveaux avait connaissance de cette vidéo lorsqu’il a présenté son programme en conférence de presse, devant une centaine de soutiens et ses têtes de listes dans les arrondissements.

Dans la salle, plusieurs responsables politiques brillaient par leur absence dont deux des porte-paroles, Sylvain Maillard «parti en vacances au ski», selon un responsable, et Marie-Laure Harel. Le patron de LREM, colistier dans le XVIIe arrondissement, et ami proche de Benjamin Griveaux, Stanislas Guerini, était aussi absent.

Alors que la rumeur se diffusait, l’équipe de campagne tentait d’éteindre le feu, et convoquait les élus et candidats vendredi à 09H00 au siège de LREM, «autour de Benjamin Griveaux» pour évoquer «la stratégie à tenir» et «le plan à mettre en place sur base d’une proposition».

M. Griveaux s’est rendu à cette réunion aussitôt après l’enregistrement de sa déclaration vendredi.

Selon plusieurs sources au sein de LREM, les noms de la maire sortante du IXe arrondissement (ex-LR), proche d’Edouard Philippe, Delphine Bürkli, et de la secrétaire d’Etat en charge de l’Egalité femmes-hommes, et candidate en deuxième position dans le XIVe arrondissement, Marlène Schiappa, sont cités parmi les successeurs possibles de M. Griveaux en tête de liste.

«Le choix reviendra aux mains du parti», plaide-t-on du côté de LREM.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn, également pressentie, a redit vendredi sur France Inter qu’elle ne «pourrait pas être candidate aux municipales» en raison de son agenda ministériel «très chargé».

10h29: Le député de Loire-Atlantique François de Rugy a réagi à la démission de Benjamin Griveaux. "Un nouveau cap est franchi dans la dégradation de notre vie publique, au prix de la violation du droit le plus élémentaire de tout citoyen à la protection de sa vie privée. Je sais la violence monstrueuse à laquelle Benjamin Griveaux est soumis. C’est insupportable", déclare-t-il. 

10h21: Stanislas Guerini, le délégué général de LREM, a remercié vendredi Benjamin Griveaux qui a « placé le collectif avant sa personne » en se retirant de la campagne des municipales à Paris après des « attaques immondes » qui selon lui ne sont « pas à la hauteur de notre démocratie ».« Je réunirai dans les prochaines heures les cadres de la campagne parisienne (...) pour réfléchir collectivement, rapidement, à la meilleure proposition pour continuer à porter notre projet et à incarner le changement pour Paris », a précisé M. Guerini, à la sortie d’une réunion de crise au siège de campagne de M. Griveaux.

Benjamin Griveaux, qui a renoncé vendredi à sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion d’une vidéo intime, « a subi ces attaques qui ne sont pas dignes de notre démocratie », a dénoncé le patron de LREM.

« Cela doit nous interroger collectivement sur l’état de notre démocratie et je crois que nous devons avoir aussi la responsabilité collective de dire: pas ici, pas en France! », a-t-il ajouté.

La députée Olivia Grégoire, l’une des porte-parole du candidat démissionnaire, a précisé pour sa part qu’il y aurait « quoi qu’il arrive » une liste LREM aux élections municipales à Paris.

Elle a ajouté que l’ancien porte-parole du gouvernement avait pris seul la décision de retirer sa candidature des municipales à Paris. « Personne ne l’a forcé », a-t-elle assuré.

10h18: La ministre de la Santé Agnès Buzyn, pressentie pour remplacer Benjamin Griveaux, a redit vendredi sur France Inter qu’elle ne «pourrait pas être candidate aux municipales» en raison de son agenda ministériel «très chargé».

10h16: Interrogée au siège de campagne de Benjamin Griveaux à Paris, la députée Olivia Grégoire a affirmé que l’ex-candidat « a pris sa décision seul. C'est la décision d'un homme libre, c'est sa décision ».
« La République en marche est forte, la République en marche est là, nous ne lâcherons pas Paris », a-t-elle continué.

10h06: "J’adresse à Benjamin Griveaux, ainsi qu’à sa famille, mon soutien plein et entier dans cette épreuve. Je prends acte de sa décision difficile. L’attaque indigne qu’il subit est une menace grave pour notre démocratie", vient de déclarer le candidat aux municipales à Paris Cédric Villani sur son compte Twitter

10h04: "J’appelle au respect de la vie privée et des personnes", a déclaré la maire de Paris, Anne Hidalgo

09h58: Une réunion est actuellement en cours au QG de Benjamin Griveaux à Paris. L'ex-candidat aux Municipales a réuni ses soutiens.

09h56: "Ce n’est pas un moment facile pour la campagne", a déclaré Marlène Schiappa, la Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes. "Je ne peux m'exprimer sur la succession. Chacun s'exprimera officiellement en temps voulu pour vous dire ce que le collectif décidera", a-t-elle continué.

09h44: Le député européen Raphael Glucksmann s'est exprimé sur son compte Twitter. "Peu importe ce qu’on pense de Benjamin Griveaux aujourd’hui, cette histoire est profondément dégueulasse, et inquiétante pour la suite. La politique, cela ne doit pas, cela ne peut pas être ça. Ressaisissons-nous collectivement ou nous allons tous nous noyer dans la fange", explique-t-il sur le réseau social.



09h40: Piotr Pavlenski, artiste russe installé en France, affirme à Libération la mise en ligne des messages et des vidéos. «C’est quelqu’un qui s’appuie en permanence sur les valeurs familiales, qui dit qu’il veut être le maire des familles et cite toujours en exemple sa femme et ses enfants. Mais il fait tout le contraire", explique-t-il à nos confrères.

Et d'ajouter : "Ça ne me dérange pas que les gens aient la sexualité qu’ils veulent, ils peuvent même baiser des animaux, pas de problème, mais ils doivent être honnêtes. Mais lui veut être le chef de la ville et il ment aux électeurs. Je vis désormais en France, je suis parisien, c’est important pour moi".

09h36: L'ex-ministre Aurélie Filippetti a réagi sur son compte Twitter. "Ignoble. C’est le seul mot qui vienne à l’esprit face à ce qui s’est passé contre Benjamin Griveaux. Jusqu’où ira-t-on dans la honte et l’abomination ? Ce n’est plus aux chiens qu’on livre les hommes désormais, mais aux rats planqués au fond des pires égouts", déclare-t-elle sur le réseau social. 

09h34: Le point sur ce que l'on sait ce matin

Le candidat de La République en marche (LREM) pour la mairie de Paris, Benjamin Griveaux, retire sa candidature dans le but de protéger ses proches après la diffusion d’une vidéo à caractère sexuel, a-t-il annoncé vendredi à l’AFP.

Suite à des «attaques ignobles» (...) j’ai décidé de retirer ma candidature à l’élection municipale parisienne. Cette décision me coûte mais mes priorités sont très claires. C’est d’abord ma famille, vous l’aurez compris», a-t-il dit dans une déclaration enregistrée en début de matinée au siège de l’AFP, en présence de BFM Paris.

Un site avait diffusé mercredi soir une vidéo intime et des messages connotés adressés à une femme, affirmant qu’ils émanaient de l’ancien porte-parole du gouvernement. Ils ont été relayés peu à peu jeudi sur les réseaux sociaux.

«En annonçant ma candidature à la mairie de Paris, je connaissais la dureté du combat politique», a commencé M. Griveaux dans une brève déclaration solennelle, enregistrée au milieu de membres très émus de son équipe de campagne.

«Depuis plus d’un an, ma famille et moi avons subi des propos diffamatoires, des mensonges, des rumeurs, des attaques anonymes, la révélation de conversations privées dérobées ainsi que des menaces de mort», a-t-il poursuivi: «Ce torrent de boue m’a affecté et surtout a fait mal à ceux que j’aime. Comme si cela n’était pas suffisant, hier, un nouveau stade a été franchi. Un site internet et des réseaux sociaux ont relayé des attaques ignobles mettant en cause ma vie privée. Ma famille ne mérite pas cela. Personne, au fond, ne devrait jamais subir cette violence. En ce qui me concerne, je ne suis pas prêt à nous exposer davantage ma famille et moi quand tous les coups sont désormais permis. Cela va trop loin.»

En marge de sa déclaration, M. Griveaux a indiqué à l’AFP s’être entretenu tard jeudi soir avec le président Emmanuel Macron, qui l’a selon lui assuré de son soutien «quelle que soit sa décision», en l’invitant à protéger les siens.

09h32: Benjamin Griveaux vient d’arriver à son QG de campagne à Paris

09h08; Benjamin Griveaux refuse de confirmer ou d'infirmer le fait qu'il est bien l'auteur de la vidéo

09h04: Benjamin Griveaux abandonne et retire sa candidature après la publication de vidéo et de messages non authentifiés:

08h43: Le rédacteur en chef de Paris Match Bruno Jeudy supprime son tweet annonçant le retrait de Benjamin Griveaux

08h39: Le rédacteur en chef de Paris Match, Bruno Jeudy annonce sur twitter  que Benjamin Griveaux jette l'éponge et abandonne la course aux municipales

08h16: Europe 1 confirme les informations sur une crise qui serait en cours dans camp Griveaux et affirme: "Situation tendue pour Benjamin Griveaux. Le candidat LREM à la mairie de Paris a annulé ses deux rendez-vous médiatiques du jour, sur RTL et Europe 1. Le motif : une vidéo à caractère sexuel qui pourrait concerner le candidat - dont nous n’avons pas la preuve de l’authenticité - qui circule sur les réseaux sociaux depuis jeudi soir. Si le doute existe toujours, cela semble suffisamment sérieux pour semer le trouble au sein de l’état major de Benjamin Griveaux.

Depuis jeudi, les réunions de crise s’enchaînent. Dans un message interne diffusé dans la soirée, Benjamin Griveaux a demandé à son équipe de campagne de le retrouver à son QG pour des concertations. À ce stade, et selon Europe 1, Benjamin Griveaux n’a pas publié de démenti ni porté plainte."

08h06: Dominique Reynier professeur à Science Po analyse sur RTL ce qui se passe ce matin autour de Benjamin Griveaux et la violence de l'attaque qu'il subit au travers de la publication de cette vidéo

07h52: Crise dans le clan Griveaux  ce matin à en croire les informations révélées il y a quelques minutes par RTL. La station écrit sur son site internet : "Ce vendredi matin, il devait être l'invité de RTL mais a annulé sa venue. Il a également annulé sa participation à plusieurs rendez-vous médias et surtout une réunion publique prévue à 8h30, qui devait être retransmise sur les réseaux sociaux. À la place, Benjamin Griveaux a convié son équipe de campagne dans son QG à 9 heures, pour ce qui ressemble à une réunion de crise.

La source de cet affolement ? Une vidéo et une correspondance intimes diffusées sur internet et attribuées au candidat, mais qui n'ont pas été authentifiées ni démenties pour le moment."

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Sorj
14/février/2020 - 10h42

Je n’aime pas du tout Griveaux mais il n’y a pas de quoi se réjouir.

C’est sale de balancer comme ça.

Les gens sont vraiment des salauds et des minables.

 

Portrait de lilirose45
14/février/2020 - 10h38
Voltaire . a écrit :

Sa carrière est désormais foutue !A tout jamais , tout comme son Mentor DSK , il sera a jamais renvoyé à cet épisode grivois .

S'il n'a plus de boulot dans la politique, il peut se lancer dans le porno smiley

Portrait de Harriet
14/février/2020 - 10h28

Depuis , au moins, l'affaire DSK, on sait que tous les coups sont permis en politique, y compris et surtout en dessous de la ceinture ...

Donc , quand on n'est pas un "Griveaux de l'année" , on protège sa famille en ne se mettant pas en situation de la blesser ... 

Sa vie privée le regarde, certes, mais laisser des "traces", des messages ... c'est un peu léger voire inconscient ...

Portrait de coulrophobe
14/février/2020 - 10h20

Il est grillé le Griveaux grivois !

Portrait de letarsier
14/février/2020 - 10h19

Quand on s'abaisse à taxer ses petits copains de primaire de "fils de p...", ça en dit long sur la mentalité du personnage, et devrait surtout le dissuader de faire la morale à quiconque.

La courtoisie républicaine (pour le civisme, j'en demande trop) est vitale quand on est en politique.

Portrait de MICMAH458
14/février/2020 - 10h12

Et voilà, le petit vassal à Macron s'est fait choper.  C'est la preuve que cet homme arrogant n'avait pas plus de jugeote que ses prédécesseurs (au passage, mes amitiés à Madame, puisque selon lui il se retire pour protéger sa famille).  La seule chose que je regrette, c'est que ce scandale arrive quelques semaines trop tôt dans la campagne électorale. 

Portrait de eLLioTT Z
14/février/2020 - 10h03

Cédric Villani : "Je sais, pour avoir eu l’occasion de le fréquenter moi aussi, à quel point Benjamin peut être attachant... Il nous reste sept semaines pour nous rassembler. Sept semaines pour additionner nos différences et en faire une force qui balaiera les doutes et les renoncements."

Portrait de hummerH2
14/février/2020 - 09h56

Pov Griveaux qui montre sa quéquette en video sur Internet et qui se fait choper ...

Aurait il été trahi par quelqu'un qui "fume des clopes et qui roule au Diesel" ??? smiley

Portrait de Térisa
14/février/2020 - 09h50

Benjamin Griveaux est un petit con, insultant et méprisant. Je me souviens en particulier de ses commentaires au début du mouvement des gilets jaunes.

Maintenant sur cette affaire, faut vraiment être stupide (si c'est bien lui l'auteur de la video) pour se filmer entrain de poutrer une call girl. Il fait de la politique depuis des années, il connait ce milieu, comment a t il put penser un instant que cette vidéo resterait confidentielle.

En tout cas face à cette amateurisme politique, je n'ai aucune confiance en des hommes pareils et quelque soit leur bord politique.

Portrait de 7440
14/février/2020 - 09h34

Ça ne m'étonne même pas venant de la macronie, une bande d'incompétents notoires et pour couronner le tout ils emploient des méthodes de mafieux. Et les Français ont élu ça, ils devraient avoir honte...

Portrait de Angelussauron
14/février/2020 - 09h31

N’empêche qu'il aurait pu augmenter dans les sondages avec cette vidéo. Il aurait pu récupérer les votes des habitants et travailleurs du marais et de Pigalle qui sont généralement plutôt de gauche smiley

Portrait de strass6756
14/février/2020 - 09h24

C'est ça qu'est devenue la politique maintenant? On ressort des affaires, des propos et des vidéos juste au moment des élections. Plus de batailles d'idées, plus de propositions. Qu'on soit pro untel ou untel, ça ne fait aucune différence, ça reste dégueulasse. Qu'est ce que cela va être aux présidentielles. Affligeant et triste

Portrait de minou75
14/février/2020 - 09h21 - depuis l'application mobile

Bonne nouvelle...Maintenant on veut voir la sextape...Enfin la municipale à Paris devient intéressante !!!

Portrait de Cl
14/février/2020 - 09h16
cbor33 a écrit :

tout un coup monté par Macron pour éviter les 2 candidatures LREM

Non , je ne crois pas du tout!!  Macron doit être furieux  !!!!

Portrait de cbor33
14/février/2020 - 09h11

tout un coup monté par Macron pour éviter les 2 candidatures LREM

Portrait de colin33
14/février/2020 - 09h10 - depuis l'application mobile

Il a tout perdu en voulant tout gagner, une partie de ce parti regroupe des incompétents ! à qui le tour ?

Portrait de Mimosas06
14/février/2020 - 09h01

Boff ça n'est que du sexe

Portrait de Angelussauron
14/février/2020 - 08h52

J'ai pas compris c'est une vidéo "sextape" de Griveaux? Un cadeau de la St Valentin peut être  smiley

Bref on savait déjà que son arrogance caché une belle incompétence.

Portrait de Cl
14/février/2020 - 08h33

Si c'est vrai !!!

Où est le respect ,  l'intelligence ,  le charisme !!!! 

Je n'arrive pas à croire que ces hommes qui dirigent le pays ont si peu de cervelle !!! 

 

 

Portrait de jarod.26
14/février/2020 - 07h59 - depuis l'application mobile

il est mal le man :)