14/01/2020 17:38

Grève Jour 41 - La SNCF et la RATP dévoilent les prévisions de trafic pour demain - Toutes les lignes de métro seront ouvertes au moins partiellement

17h35: La RATP donne ses prévisions pour demain et indique que cinq lignes de métro fonctionneront sur les horaires normaux d'exploitation ce mercredi; les lignes 1 et 14, automatiques, ainsi que la 2, la 7bis et la 10.

16h40: Dans le cortège parisien, Gabriel Gaudy, secrétaire régional de FO Ile-de-France, évoque auprès de France Info la faible mobilisation du jour. "On attend surtout jeudi où la manifestation sera beaucoup plus puissante et appuiera encore plus les copains qui sont en train de s'engager dans des mouvements de blocage, particulièrement dans les raffineries".

16h12: La SNCF vient de dévoiler les prévisions de trafic pour la journée de demain. 8 TGV et TER sur 10, 1 Intercités sur 2, 3 Transiliens sur 4 circuleront.

15h15: "Nous souhaitons que le système universel des retraites soit un régime équilibré", a déclaré le Premier ministre Edouard Philippe à l'Assemblée nationale

14h47: Jean-Luc Mélenchon propose à la gauche une motion de censure contre le gouvernement sur la réforme des retraites. "À quoi bon discuter si on a des textes incomplets et que l'essentiel des mesures doit être pris par le gouvernement ?", a déclaré le président de La France insoumise.

13h39: Emmanuel Macron assure que la réforme des retraites "permet de consolider le système par répartition"

"Il y a toujours des grèves, et il y en aura toujours sur ce sujet là", a-t-il poursuivi.

"Le gouvernement doit continuer d'expliquer, clarifier et négocier"

"On doit rentrer dans une phase d'explications (...)  on doit finaliser les paramètres"

13h30: Le point sur la situation à la mi-journée

Les organisations syndicales pour le retrait total de la réforme des retraites ont relancé mardi la mobilisation, malgré le délitement de la grève à son 41e jour, pendant que le gouvernement poursuivait la concertation notamment sur l’emploi des seniors.

Un peu partout en France, des manifestations et actions ont été organisées à l’appel de l’intersyndicale CGT, FO, CFE-CGC, Solidaires et FSU, qui continue de réclamer le retrait total du projet de réforme des retraites par points.

Ces syndicats ne se satisfont pas du compromis trouvé entre le gouvernement et les organisations dites réformistes CFDT, CFTC et Unsa autour du retrait à court terme de l’âge-pivot, assorti d’un bonus-malus.

Edouard Philippe a insisté mardi auprès des députés LREM sur la nécessité de «respecter en tous points» ce compromis.

«Dans cette affaire, tout le monde a bougé par rapport à sa position initiale, c’est ce qui permet d’établir un bon compromis», a affirmé le Premier ministre lors de la réunion de groupe hebdomadaire, selon des propos rapportés.

La transformation en un système universel de retraite par points reste «une erreur historique», a tranché pour sa part sur Public Sénat le leader de FO Yves Veyrier, dont les troupes sont de nouveau appelées à descendre dans la rue.

A Paris, un cortège doit quitter l’Ecole militaire à 14H00 en direction de la rue du Bac.

Cheminots, dockers, salariés de l’énergie ou encore enseignants et fonctionnaires territoriaux: à Marseille, plusieurs milliers de personnes se sont élancées dans la matinée depuis le Vieux-Port. «La stratégie du gouvernement n’est pas une surprise. Il faut savoir arrêter un projet de réforme qui est largement impopulaire», explique Rémi Hours, responsable de la CGT-Cheminots.

A Rennes, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées derrière une banderole «retraites par points = travail sans fin».

Sur le front des transports, l’amélioration du trafic continue. La SNCF faisait circuler mardi huit TGV sur 10, trois TER sur quatre et sept Transilien (RER SNCF et trains de banlieue) sur 10.

Le taux de grévistes a atteint son plus bas lundi, à 4,3%, et seulement 22,5% de conducteurs, avant de remonter légèrement mardi à 6%, et un quart des agents de conduite mobilisés.

Dans l’éducation, la journée de mobilisation de mardi s’est traduite par un taux de grévistes de 4,35% dans le primaire et de 4,24% dans le secondaire (collèges et lycées), selon le ministère.

- «Les raffineries tournent» -

Toutes les lignes de métro parisien étaient ouvertes mais fonctionnaient souvent de manière partielle avec des stations fermées, seulement à certains horaires et à moindre fréquence que la normale.

A la RATP, certaines assemblées générales ont reconduit la grève jusqu’à vendredi. Mais de nombreux grévistes ont exprimé leur lassitude.

Une opération «ports morts» a été lancée par la CGT, qui doit durer jusqu’à vendredi.

«Il y a 100% de participation sur les sept grands ports maritimes (Dunkerque, Le Havre, Rouen, Nantes-Saint-Nazaire, La Rochelle, Bordeaux et Marseille, NDLR) et c’est quasiment 100% sur la quasi-totalité des autres ports où la CGT est présente», a affirmé à l’AFP Tony Hautbois, secrétaire général de la fédération CGT des Ports et Docks.

A la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique), le mouvement social a été reconduit jusqu’à vendredi matin, mais «tout fonctionne, sauf les expéditions».

«Les raffineries tournent» en France et expédient du carburant, signe que le conflit «est peut-être moins fort que certains veulent bien le dire», a estimé le PDG de Total, Patrick Pouyanné.

Pendant ce temps, les concertations se poursuivent. La ministre du Travail Muriel Pénicaud a réuni les partenaires sociaux pour discuter pénibilité et emploi des seniors, afin de dégager de «grandes orientations» avant la présentation du projet en Conseil des ministres le 24 janvier.

Le maintien dans l’emploi des seniors est aussi au coeur d’un rapport publié mardi, qui propose de multiplier les accords sur la prévention et la pénibilité, de renforcer la formation à mi-carrière, de faciliter l’accès à la retraite progressive ou encore d’ouvrir plus largement le cumul emploi retraite.

Le mouvement syndical restait plus que jamais coupé en deux.

Le secrétaire général de l’Unsa, Laurent Escure, a fustigé la CGT, FO et Jean-Luc Mélenchon (LFI), qui ont selon lui «manipulé» les grévistes en leur assurant que «le mouvement allait s’embraser partout».

«Plus les jours passent, plus personne n’est capable d’expliquer la simplicité de cette réforme!», a raillé de son côté le numéro un de la CGT, Philippe Martinez.

Six Français sur dix disaient toujours soutenir la mobilisation et ils étaient même un peu plus à éprouver «de l’inquiétude» face aux conséquences de la réforme, une proportion qui varie très peu depuis début décembre, selon le baromètre Harris Interactive RTL AEF Info réalisé le 13 janvier.

13h23: Cheminots, dockers, salariés de l’énergie ou encore enseignants et fonctionnaires territoriaux: à Marseille, plusieurs milliers de personnes ont défilé mardi à Marseille, déterminées à obtenir le retrait du projet de réforme des retraites.

Le cortège, parti du Vieux-Port et qui a effectué une boucle pour finir sa course devant l’hôtel de ville, a rassemblé quelque 5.550 personnes selon la police, et 35.000 selon la CGT.

A Nice, une manifestation a également rassemblé de 1.600 personnes, selon la préfecture, à 7.000, selon la CGT.

13h03: Les arrêts de l’activité portuaire, intervenus à plusieurs reprises depuis début décembre, ont empêché nombre de marchandises d’entrer ou de sortir des ports et entraîné des problèmes d’approvisionnement dans plusieurs secteurs, selon M. Hautbois.

Les travailleurs des ports et des docks ne disposent pas de régime spécifique mais d’un accord de pénibilité lié à la convention collective de leur branche et qui leur permet de prendre leur retraite deux ou trois ans avant l’âge légal de départ.

13h02: Plusieurs grands ports maritimes français étaient bloqués mardi à l’appel de la fédération nationale CGT des Ports et Docks, qui a lancé une nouvelle opération «ports morts» jusqu’à jeudi pour protester contre la réforme des retraites.

Au Havre, aucun bateau ne rentrait ni ne sortait mais les accès à la zone industrialo-portuaire n’étaient pas bloqués. Il est «impossible» de donner un taux de grévistes chez les dockers répartis dans plusieurs sociétés de manutention, a indiqué à l’AFP Haropa, le gestionnaire du port havrais.

A Nantes-Saint-Nazaire, tous les terminaux étaient bloqués selon la CGT, puissant syndicat de la branche des ports et docks, un blocage confirmé par la direction. «Rien ne sort, rien ne rentre. Les bateaux ne peuvent pas être déchargés. Les dockers sont en grève à 100%», a déclaré à l’AFP Patrick Joly, secrétaire général adjoint du syndicat général des travailleurs portuaires CGT sur le site.

A Marseille, les portes d’accès au port étaient également bloquées, sauf une pour permettre aux croisiéristes de sortir, a indiqué Pascal Galéoté, responsable CGT. Les grévistes prévoient de fermer tous les accès sans exception dans l’après-midi.

Les acccès routiers sont bloqués et ne permettent pas aux camions d’accéder à la zone de fret, a confirmé la direction du Grand port de Marseille. En revanche, aucune perturbation n’était signalée sur le port de Fos-sur-Mer.

La fédération nationale CGT des Ports et Docks avait appelé lundi tous les travailleurs du secteur à un nouvel arrêt de travail de 72 heures à partir de mardi, ainsi qu’à l’installation de piquets de grève vendredi devant les directions des sept grands ports maritimes: Dunkerque, Le Havre, Rouen, Nantes-Saint-Nazaire, La Rochelle, Bordeaux et Marseille.

Mardi, «il y a 100% de participation sur les sept grands ports maritimes et c’est quasiment 100% sur la quasi-totalité des autres ports où la CGT est présente» comme Calais, Cherbourg, Saint-Malo, Lorient, Bastia ou Ajaccio, a affirmé à l’AFP Tony Hautbois, secrétaire général de la fédération. L’opération «se poursuit demain (mercredi), après-demain (jeudi) et on décidera ensuite des modalités d’action pour la semaine prochaine», a-t-il ajouté.

12h44: La nouvelle journée de mobilisation dans l'éducation contre la réforme des retraites se traduit ce mardi 14 janvier par un taux de grévistes de 4,35% dans le primaire et de 4,24% dans le secondaire (collèges et lycées), selon le ministère.

Jeudi 9 janvier dernier, un taux de grévistes de 18,81% dans le primaire et de 16,49% dans le secondaire avait été enregistré par le ministère de l'Education et, respectivement, de 40% et 50% par les syndicats.

12h38: Le taux de grévistes à la SNCF aujourd'hui remonte à 6%, dont 24,8% de conducteurs

12h02: Alors que des manifestations se sont déroulées dans plusieurs villes de France ce matin, le cortège parisien partira à 14h depuis Ecole Militaire. Arrivée prévue à Rue du Bac.
Le cortège suivra cet itinéraire, autour duquel la circulation sera perturbée : École Militaire, Avenue de Tourville, Place Vauban, Avenue de Breteuil, Place Henri Queuille, Rue de Sèvres, Boulevard Raspail et Rue du Bac.

11h53: A Nantes, les manifestants sont également présents dans les rues de la ville

 

11h49: A Marseille, le cortège s'est élancé il y a quelques minutes depuis la rue de la République

10h45: Au Havre, le cortège de manifestants va bientôt s'élancer

10h40: Ce mardi, plusieurs manifestions sont organisées en France, comme à Toulouse, Nantes, Marseille ou encore Paris.
10h39: Des dockers bloquent toujours les accès au quai Jean-de-Béthencourt, rive gauche, à Rouen

09h39: Le «jusqu’au-boutisme» de certaines organisations syndicales contre la réforme des retraites après le retrait sous conditions de l’âge pivot «n’est pas une solution», a estimé mardi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, qui a rejeté tout abandon de la réforme.
«Il y a une belle réforme des retraites» portée par le gouvernement, a assuré le ministre sur Cnews, ajoutant que les organisations qui demandent son retrait «se mettent en travers d’une réforme de justice».
Le gouvernement a fait un pas ce week-end en direction de certains syndicats, dont la CFDT, qui réclamaient le retrait de l’âge pivot du projet de réforme des retraites mais avec l’obligation pour les partenaires sociaux de trouver des solutions alternatives pour équilibrer le régime. La future conférence de financement devra rendre ses propositions d’ici fin avril, sachant que le gouvernement a exclu toute baisse de pension ou «augmentation du coût du travail».
Bruno Le Maire s’est redit favorable à des mesures qui inciteraient les Français «à travailler plus longtemps», en rappelant son opposition à des augmentations de cotisations. «La seule chose sur laquelle je suis très réservé (...) c’est sur les augmentations de cotisations, qu’elles soient salariales ou qu’elles soient patronales», a-t-il affirmé.
«Augmenter les cotisations salariales c’est retirer du pouvoir d’achat aux salariés. Augmenter les cotisations patronales c’est courir le risque d’augmenter le chômage dans notre pays et ce serait contradictoire avec la politique que nous menons (...) depuis près de 3 ans maintenant», a insisté le ministre.

09h22: Le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale Gilles Le Gendre «croit» que le conflit sur la réforme des retraites touche à sa fin et estime «qu’aucun gréviste ne peut aujourd’hui se sentir humilié par la manière dont se conclut ce conflit».

«Je le crois et je le souhaite», a répondu mardi sur France 2 le député de Paris à une question sur la fin de ce conflit social qui dure maintenant depuis 41 jours.

«Je le crois parce que je vois les trains, les métros qui recommencent à fonctionner et je le souhaite parce que (...) tous les éléments sont en place pour que cette grève» se termine «et notamment le fait qu’aucun gréviste ne peut aujourd’hui se sentir humilié par la manière dont se conclut ce conflit», a-t-il argumenté.

Même ceux qui demandent encore le retrait de la réforme? «C’était une revendication excessive jusqu’au-boutiste, mais ça ne veut pas dire qu’ils n’ont rien obtenu», a assuré M. Le Gendre.

«A la SNCF à la RATP, ils n’ont pas obtenu une chose, c’est la fin des régimes spéciaux (...), en revanche, des négociations ont eu lieu dans chacune de ces entreprises pour que la convergence vers ce régime universel (...) se fasse de façon progressive et qu’aucun des salariés aujourd’hui, de la SNCF ou de la RATP n’ait à perdre dans cette réforme, cette garantie, elle leur est accordée», a-t-il expliqué.

Le patron des députés LREM estime aussi que grâce au retrait provisoire de l’âge pivot, la discussion au Parlement sera «facile» au sein de la majorité parce que «nous allons nous engager dans une réforme qui est assise sur un accord politique solide, important».

06h48: Le ministère de l'Education nationale a annoncé aux organisations syndicales son intention de consacrer 500 millions d’euros à des hausses de salaires des enseignants dès 2021, destinées à compenser les effets de la future réforme des retraites, a indiqué l’entourage du ministre Jean-Michel Blanquer.

Cette enveloppe budgétaire a été présentée lors de l’ouverture de négociations sur le sujet, qui doivent s’échelonner jusqu’à jeudi, puis reprendre fin janvier, pour déboucher avant l’été sur une loi de programmation de revalorisations salariales.

06h33: La RATP prévoit un trafic perturbé avec des améliorations sur le réseau Métro - Toutes les lignes ouvertes

 

L'amélioration se poursuit à la SNCF avec 8 TGV sur 10, 7 Transilien sur 10, 3 TER sur 4 et 1 Intercités sur 2.

La SNCF ajoute que"les clients dont le train est supprimé ont la possibilité de se reporter dans un train dont la circulation est garantie". "Les échanges et les annulations sont sans frais et sans surcoût".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Noodles1
14/janvier/2020 - 17h41
hummerH2 a écrit :

Hier, le président a débuté sa visite de la région de Pau à l'usine Héli-Union à Uzein, spécialisée dans la maintenance des hélicoptères.

Il a pu y voir 5 cougars en maintenance et révision complète. Brigitte n'était pas présente.....smiley

smiley

 

Contrairement à la gazelle ou à l'alouette, le couguar ,au delà d'un certain nombre d'heures de vols doit être définitivement abandonné à son triste sort. Les révisions multiples et les réparations engendrées coûtent très vite plus cher qu'un appareil neuf. Le moteur s’essouffle trop vite les ravalements de carlingue sont inopérants à moyen terme.

Portrait de magnon
14/janvier/2020 - 15h47

de 10 ans ont est passe a 20 ans et maintenant 25  ans , j'aurais voulu que toute ma retraite soit a point comme ma complementaire,  , en meme temps j'en ai assez meme de reste  je ne l'emporterai pas au cimetiere  

Portrait de nantes63
14/janvier/2020 - 15h22

On attends toujours un simulateur digne de ce nom....

C'est tellement simple sa réforme que le gouvernement en est incapable....

Tout le monde va y perdre quand dans le privé on est passé des 10 meilleures années aux 25 meilleures les pensions ont baisées de 30% alors imaginez vous si on prends toute la carrière...

La réforme n'a qu'un but ......passez à la capitalisation

(réforme mis au point par un banquier et un assureur)

Portrait de Reda 93
14/janvier/2020 - 14h34

Il a pas compris qu'on en veut pas de sa reforme bâclée ou la seule justice c'est que l'on va tous y perdre quelque chose.

Portrait de hummerH2
14/janvier/2020 - 14h02

Hier, le président a débuté sa visite de la région de Pau à l'usine Héli-Union à Uzein, spécialisée dans la maintenance des hélicoptères.

Il a pu y voir 5 cougars en maintenance et révision complète. Brigitte n'était pas présente.....smiley