13/12 19:23

Grève Jour 9 - Le président de la SNCF demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes de fin d'année

19h23: Le président de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes. "Les familles comprendraient difficilement que nos trains ne roulent pas alors qu'elles comptent sur nous pour voyager (...) Je demande à ceux qui sont dans le mouvement de réfléchir à faire une pause pendant les fêtes", déclare-t-il.

17h34: Le trafic en Île-de-France est très dense avec près de 500 km de bouchons cumulés à 17h30

17h03: La RATP annonce que 9 lignes du métro parisien seront fermées demain - Trafic "extrêmement perturbé".

Seules les lignes 1 et 14 - automatisées - et les lignes 3, 4, 7, 9 (entre 13h et 18h) et la ligne 8 (entre 9h30 et 17h30) fonctionneront demain.

16h43: Prévisions à la SNCF pour ce week-end: 1 TGV sur 4 - 1 Transilien sur 6 - 3 liaisons TER sur 10

La porte-parole de la SNCF indique que mardi seront communiqués les détails du trafic des trains longue distance jusqu'au dimanche 22, pour les premiers départs en vacances.

16h41: Un trafic très chargé ce vendredi après-midi avec plus de 400 kilomètres de bouchons en Ile-de-France.Le périphérique extérieur est bouché entre la Porte de Vanves et la Porte de Bagnolet, ça coince sur l'A3, l'A1 et l'A4

14h34: Jean-Luc Mélenchon réagit à la courte déclaration d'Emmanuel Macron. "Ça ressemble au service minimum d’un homme qui n’est pas sûr de lui", a déclaré le leader de la France insoumise. "C'est un dégât historique", a ajouté l'homme politique en faisant référence aux propos du chef de l'Etat sur la réforme des retraites qu'il qualifie d'"historique".

14h29: "Il est bon que le gouvernement poursuive le travail et avance", a déclaré le Président Emmanuel Macron qui juge la réforme des retraites comme une réforme "historique".

"Au moment que je jugerai le plus opportun, je m'exprimerai depuis Paris", a continué le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à Bruxelles (Belgique).

13h17: Ce midi, le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, est auprès des dockers marseillais. "Ils savent ce qu'ils veulent, ils sont déterminés à aller au bout de la bataille", a-t-il déclaré.

"La tactique de l'exécutif est mauvaise, ils se sont mis à dos tout le monde", a indiqué Jean-Luc Mélenchon.

12h00: Le taux de grévistes à la SNCF est descendu à 13,3% vendredi matin, au neuvième jour de la grève illimitée contre la réforme des retraites, marqué également par une baisse de la mobilisation des conducteurs, dont 66,8% étaient grévistes, annonce la direction.

Parmi les personnels indispensables à la circulation des trains, 44,4% des contrôleurs et 19,9% des aiguilleurs étaient en grève vendredi matin, selon la direction. La veille, 17,3% des cheminots l'étaient, avec 71,6% des conducteurs. Au matin du premier jour, le 5 décembre, plus d'un cheminot sur deux (55,6%) était gréviste (85,7% des conducteurs), d'après un comptage de la direction.

10h44: Des «débuts de simulateurs» sur les retraites, pour permettre à chacun de mesurer les effets de la réforme, seront présentés par le gouvernement la semaine prochaine, a annoncé vendredi la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye.

«Nous aurons des simulateurs, des débuts de simulateurs, la semaine prochaine, qui seront présentés par le gouvernement», a indiqué Mme Ndiaye au micro de Radio classique, sans autre précision.

Des simulateurs de retraite ont fleuri un peu partout sur Internet pour calculer le montant des pensions avec le nouveau régime universel mais le gouvernement n’a pas encore mis en place de simulateur officiel spécifique, ce qui fâche aussi bien dans la majorité que dans l’opposition.

Interrogée sur ce «retard», la porte-parole a répondu: «Imaginons que dès la sortie du rapport Delevoye au mois de juillet dernier, nous aurions mis en place un simulateur, nous aurions donc aussi menti aux Français» puisque, par exemple, sur «la première génération concernée» (1975 finalement et non 1963) ou sur «les droits familiaux», la position du gouvernement a évolué.

L’outil du gouvernement «devrait être disponible dans les semaines qui viennent, il y a encore un certain nombre de choses à préciser», a expliqué de son côté le secrétaire d’Etat au Numérique Cédric O sur Sud Radio.

«On a posé un certain nombre de principes, mais il reste quand même que, en fonction des situations, en fonction des métiers, de la pénibilité des horaires de nuit, de ce qu’on va décider sur un certain nombre de choses, vous n’aurez pas exactement les mêmes choses et on ne veut pas mentir aux Français», a-t-il argumenté pour expliquer ce délai.

Le président (ex-LR) de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, a réclamé une nouvelle fois dimanche la mise en place d’un simulateur des retraites officiel «pour chaque Français» alors que «personne ne fait plus confiance à personne». Selon lui, «le juge de paix, ce serait ce simulateur».

10h04: Invitée ce matin de CNews, la ministre de la Transition écologique et des Transports, Elisabeth Borne, a appelé les grévistes de la SNCF et de la RATP à "entendre les difficultés des Français" et à se "mettre à la table des négociations". 

La Ministre a précisé que "75% des conducteurs de sont pas concernés par la réforme".

09h35: Le point sur la situation en ce 9ème jour de grève

Pour son neuvième jour, la grève dans les transports ne présente pas de signes d’essoufflement mais le Premier ministre tente de désamorcer son élargissement en invitant les partenaires sociaux la semaine prochaine pour discuter de sa réforme des retraites.

Pour les usagers franciliens, les journées se suivent et se ressemblent avec toujours neuf lignes de métro fermées et près de 50% des bus en circulation, selon la RATP vendredi matin.

Un RER B sur trois circulait et un RER A sur deux était prévu.

Des dépôts de bus de Paris et petite couronne ont été débloqués par les forces de l’ordre, et plus aucune action de blocage n’était en cours à 08H00, selon la préfecture de police.

Du côté de la SNCF, un quart des TGV circulent et la même proportion moyenne de Transilien et d’Intercités. Quatre TER sur 10 sont par ailleurs assurés, essentiellement par bus.

TER partant très tôt à ne pas rater pour Paris, puis longue marche jusqu’à son travail. «C’est très compliqué, avec «les trains qui sont bondés», témoignait à la gare de Lyon Elsa, 23 ans, auxiliaire de puéricultrice.

«Si ça se prolonge je vais continuer à faire ça, c’est épuisant mais je n’ai pas d’autre possibilité, on ne peut pas tous faire du télétravail...», soulignait-elle.

Le trafic routier en Île-de-France, avec 380 kilomètres de bouchons vers 08H30, était également toujours exceptionnellement dense.

Face à la menace d’un blocage jusqu’à Noël et après la présentation de sa réforme pour créer un système de retraite universel par points, le Premier ministre Édouard Philippe a convié les organisations syndicales et patronales pour un «cycle de réunions».

Il a souhaité que cette concertation démarre «le plus tôt possible la semaine prochaine».

«Ma porte est ouverte et ma main est tendue», a insisté le Premier ministre jeudi à l’adresse notamment de Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, furieux de sa décision d’imposer une mesure d’âge dans la réforme.

«Je suis prêt à discuter, évidemment qu’on va discuter», avait déclaré le leader du premier syndicat français jeudi matin, après avoir réagi très vivement à la mise en place d’un «âge d’équilibre» à 64 ans. Celui-ci revient à allonger la durée de cotisation puisque en dessous de ce seuil, les retraités ne toucheront pas leur pension à taux plein, afin de faire des économies et de réduire le déficit éventuel du régime.

Mais, a relevé celui qui avait prévenu qu’il s’agissait d’une «ligne rouge»: «vouloir être constructif, ça ne veut pas dire se laisser marcher dessus».

La concertation visera à «continuer à améliorer le projet porté par le gouvernement», a expliqué Matignon en évoquant «une série de thèmes»: «la mise en place du minimum de pension, la pénibilité, la retraite progressive et l’accompagnement des transitions vers le système universel».

Il s’agit très exactement des revendications de la CFDT, la CFTC, l’Unsa et des étudiants de la Fage qui ont appelé à rejoindre la manifestation du 17 décembre alors même que ces organisations sont favorables à la création d’un système de retraites universel par points.

L’initiative de cette journée de manifestations revient à l’intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU, rejointe par la CFE-CGC, et des organisations de jeunesse à l’origine de la mobilisation depuis le 5 décembre. Eux demandent le retrait pur et simple de la réforme.

Vendredi, les syndicats enseignants sont reçus par le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, qui doit également participer dans la soirée à Nancy avec Édouard Philippe à un débat sur les retraites avec des profs. Très présents dans les cortèges, ces derniers craignent de perdre une grosse partie de leur pension de retraite avec la réforme.

Dans le même temps, la grève dans les transports pourrait ne connaître aucune trêve, pas même celle dite des «confiseurs» pour les fêtes de fin d’année. La CGT-Cheminots a annoncé que le blocage continuera «sauf si le gouvernement revient à la raison» en retirant son projet.

Une déclaration jugée «irresponsable» par la ministre de la Transition énergétique Élisabeth Borne. «Ce n’est pas ce qu’on peut attendre de syndicalistes qui disent défendre le service public», a-t-elle ajouté.

09h17: Le ministre de l’Education reçoit des organisations syndicales à partir de ce vendredi, avant de rencontrer des enseignants à Nancy aux côtés d’Edouard Philippe. Edouard Philippe a assuré mercredi, lors du dévoilement de l’architecture de la réforme, que le niveau des pensions des enseignants sera « sanctuarisé » et leurs salaires relavorisés.

08h29: La RATP annonce que le grave accident sur le RER A est "un acte volontaire" alors que les secours sont toujours sur place

08h20: La RATP annonce un "grave accident de personne sur la Ligne A du RER à Paris" et l'intervention en cours des services de secours

08h14: Tous les dépôts de bus qui étaient bloqués ce matin en Ile de France viennent d'être libérés par les forces de l'ordre

07h20: L'inquiétude monte pour les fêtes de Noël. Du côté de la CGT, il n'y aura "pas de trêve pour Noël, sauf si le gouvernement revient à la raison avant ça", a prévenu ce jeudi matin le secrétaire général de la branche Cheminots du syndicat, Laurent Brun.  Même son de cloche chez SUD-Rail où l'on explique que, sur la question de la fin éventuelle de la grève, la base parle moins de Noël que "de la fin de l'année" explique Fabien Dumas, secrétaire fédéral de l'organisation. Pendant les assemblées générales, les troupes semblent plutôt favorables à "une amplification du mouvement" et "plus particulièrement chez les roulants", ajoute-t-il. Alors, à la question "Y aura-t-il des trains pour Noël?", la réponse du représentant syndical est franche: "Pour l'instant, non".

Force ouvrière, cinquième syndicat à la SNCF (7,6%) et quatrième chez les conducteurs (10,4%) se dit aussi se dit prêt à tenir jusqu'à Noël, voire au-delà. Ce sera en tout cas sa recommandation lors des votes en assemblée générale si l'exécutif n'abandonne pas son projet.

06h29: Les syndicats policiers suspendent leur mouvement de contestation contre la réforme des retraites, à l'issue de leur réunion jeudi  au ministère de l'Intérieur, par le ministre Christophe Castaner, son secrétaire d'Etat Laurent Nuñez et le haut-commissaire aux Retraites Jean-Paul Delevoye. Ils disent avoir obtenu des garanties sur le fait que tous les policiers bénéficient d'un régime spécifique, et pas uniquement ceux qui sont sur le terrain. Ils doivent recevoir samedi une lettre du ministre de l'Intérieur censée confirmer ces engagements. S'ils ne sont pas satisfaits de ce courrier, les syndicats appelleront à poursuivre et durcir la mobilisation.

06h18: Le Premier ministre a convié jeudi soir les partenaires sociaux à un nouveau "cycle de réunions" la semaine prochaine, au lendemain de la présentation du projet de réforme des retraites qui a suscité l'ire de la CFDT, tandis que la grève semblait partie pour durer dans les transports publics. Edouard Philippe "a invité les organisations syndicales et patronales à un cycle de réunions qui se dérouleront à Matignon le plus tôt possible la semaine prochaine", a annoncé son entourage à l'AFP.

Après avoir échangé au téléphone avec les partenaires sociaux dans l'après-midi, le Premier ministre "a confirmé sa proposition de dialogue pour continuer à améliorer le projet porté par le gouvernement", a ajouté Matignon, évoquant "une série de thèmes": "la mise en place du minimum de pension, la pénibilité, la retraite progressive et l'accompagnement des transitions vers le système universel".

"Ces thèmes rejoignent très largement les préoccupations exprimées aujourd'hui par les organisations syndicales qui soutiennent la mise en place du système universel", notamment la CFDT de Laurent Berger, a-t-on souligné de même source, en réaffirmant la "disponibilité" du Premier ministre "pour examiner les propositions des partenaires sociaux", notamment sur la question cruciale de l'équilibre financier du système.

"Ma porte est ouverte et ma main est tendue", avait insisté Edouard Philippe dans l'après-midi sur Twitter. Fin des régimes spéciaux, "âge d'équilibre" à 64 ans, entrée dans le système à points à partir de la génération née en 1975... M. Philippe avait détaillé mercredi le contenu du futur "système universel de retraite" par points, assurant que "tout le monde serait gagnant". Laurent Berger, favorable à un système universel par points mais fermement opposé à un allongement de la durée de cotisation via un "âge d'équilibre", avait immédiatement dénoncé le franchissement d'une "ligne rouge" et demandé au gouvernement de revenir sur ce point.

La CFDT, accompagnée de la CFTC et l'Unsa, elles aussi favorables à un régime universel, ont adressé jeudi au gouvernement une liste de sujets à leurs yeux "cruciaux", dont la pénibilité ou la retraite progressive. Tous trois ont appelé à rejoindre la mobilisation prévue dans la rue le 17 à l'initiative de la CGT, FO, la FSU et Solidaires ainsi que d'organisations de jeunesse. Jeudi, gouvernement et majorité ont multiplié les appels du pied pour que la CFDT accepte de reprendre la négociation.

"Je suis prêt à discuter, évidemment qu'on va discuter", a répondu M. Berger. Mais, a-t-il averti, "vouloir être constructif, ça ne veut pas dire se laisser marcher dessus". Le gouvernement a "fait une proposition et maintenant il y a une concertation qui doit se faire", a déclaré Emmanuel Macron, interrogé par la presse avant le début d'un sommet européen à Bruxelles.

06h00: Les prévisions pour cette journée de vendredi

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de tobian
15/décembre/2019 - 16h42

   "Je demande à ceux qui sont dans le mouvement de réfléchir à faire une pause pendant les fêtes", déclare-t-il."

   Il n'a pas dit "s'il vous plait".

Portrait de popeye55
14/décembre/2019 - 22h16
CARAMEL MOU a écrit :

contrairement à ce que vous dites les Français ne sont pas égoistes car ils financent et renflouent à hauteur de 7 milliards le régime de retraite des exploitants agricoles qui est largement déficitaire, quant au montant de leur retraite il est calculé en partie sur les revenus, mais comme le sport national est d'en déclarer le moins possible, la retraite est proportionnelle, d'autre part il ne faut pas oublier en fin de carrière la vente de la ferme et de l'outil de travail qui rapporte une somme importante ce qui ne risque pas d'arriver à un salarié.

Je n'ai pas dit que les français étaient égoïstes, j'ai dit que vous personnellement et vos semblables RATP, EDF et SNCF sont des égoïstes et je le maintiens !!!!

Portrait de Mimosas06
14/décembre/2019 - 15h18

Belle mentalité les syndiqués et les syndicats :

Si la grève contre la réforme des retraites est particulièrement suivie à la Ratp, certains agents ne souhaitent pourtant pas prendre part au mouvement. Un comportement qui n’a pas l’heur de plaire aux grévistes et aux syndicats.

Interrogé par Europe 1, un conducteur de métro parisien qui refuse de faire grève n’a pas hésité à dénoncer les pressions dont il affirme être victime de la part de ses collègues grévistes et des syndicats.

« Il y a des menaces, parfois des insultes, on nous fera la misère si on vient travailler. On m’a prévenu que pour mon bien, il ne fallait pas venir travailler. J’étais venu travailler lors du premier jour, on m’a bien fait comprendre qu’il ne fallait pas que je continue comme ça », explique-t-il.

Afin d’éviter d’être étiqueté comme non-gréviste et de s’exposer à des représailles, il a préféré se mettre en arrêt maladie : « Je ne suis pas gréviste, j’ai été contraint de me mettre en arrêt maladie. C’est plus simple d’aller voir son médecin que de se mettre en grève. »

« Une partie des grévistes sont sur les quais pour vous insulter, vous menacer et vous dire d’arrêter de travailler sous peine de représailles. Pour d’autres, c’était des menaces d’aller leur crever les pneus. Il y a aussi des listes de diffusion sur les réseaux sociaux avec les noms des gens qui ne font pas grève, comme sur Whatsapp, Facebook et autres », poursuit le machiniste.

Un climat délétère sur lequel les syndicats seraient prêts à fermer les yeux, voire à encourager.

Portrait de francaz33
14/décembre/2019 - 02h32

plus de 500kms de bouchons ce soir plus personne ne parle de la polution

Portrait de cineberry
13/décembre/2019 - 23h52
popeye55 a écrit :

Les cacahuètes dont vous parlez à 1000 euros, beaucoup d'agriculteurs ou de petits entrepreneurs aimeraient bien l'avoir ! Mais vous qui êtes vraisemblablement un de ces privilégiés dont le montant de la retraite dépasse/dépassera les 3000 euros (retraite moyenne RATP 3705 euros), vous êtes dans un monde d'égoïsme qui ne pense qu'à sa gueule mais pas à celle des autres !!!!

La pension minimum de 1000€ pour une carrière complète était déjà inscrite dans une loi de réforme des retraites portée en 2003 par François Fillon et Jean-Paul Delevoye (tiens, tiens...) sans jamais avoir été appliquée (Loi n°2003-775 art 4) et vous voudriez que la même clique tienne ses promesses ?

Pour ce qui est des retraites à la RATP, je vous suggère de visionner le reportage d'Arte en date du 23/09/2019 intitulé "Les retraités RATP privilégiés ?". Ça vous évitera d'écrire des conneries.

Portrait de Claire OGrosse
13/décembre/2019 - 23h07
popeye55 a écrit :

Les cacahuètes dont vous parlez à 1000 euros, beaucoup d'agriculteurs ou de petits entrepreneurs aimeraient bien l'avoir ! Mais vous qui êtes vraisemblablement un de ces privilégiés dont le montant de la retraite dépasse/dépassera les 3000 euros (retraite moyenne RATP 3705 euros), vous êtes dans un monde d'égoïsme qui ne pense qu'à sa gueule mais pas à celle des autres !!!!

Avant de réciter les âneries de BFM TV comme un mouton renseignez-vous, il existe un simulateur sur le site de la caisse des retraites de la RATP, tester le et vous verrez pour qu'un conducteur de bus parte avec une retraite de 3650 Euro il devra partir à 105 ans! Par contre j'aimerais vous entendre sur les magouilles de Delevoye un mot? Et en ce qui concerne les agriculteurs ils sont déjà sur un systéme de retraite à point et on voit le résultat, et non désolé pour les agriculteurs aprés la fabuleuse réforme du gouvernement, ils n'auront pas 1000 euro c'est du pipo puisque qu'ils n'auront pas assez de points par rapport aux salaires qu'ils se versent!

Portrait de cineberry
13/décembre/2019 - 22h51
bengalister a écrit :

Les régimes spéciaux côutent plusieurs milliards aux contribuables (même ajustés du déficit des travailleurs dûs aux gains de productivité). 

En tant que contribuable qui doit renflouer leur manque de travail par rapport au reste de la population on a notre mot à dire. Ils prennent 19j d'arrêt maladie par an et sont les plus en grève. La France est championne du monde de la grève (chiffres OCDE) et ceci alors que le secteur privé n'est pas souvent en grève. Toujours les mêmes à faire grève: les profs, personnels d'éducation, transporteurs publiques, éboueurs et dockers, contrôleurs aériens.

Un moment il faut arrêter de toujours rejeter la faute sur les dirigeants le grand capital, et se remettre un peu question quand on est champion du monde.
 Les Français sont pour les réformes à condition que ça ne les touche pas.

Pour la retraite à partir du moment où l'on doit travailler plus on est forcément perdant de toute façon. Mais avons-nous le choix ? Regardez l'âge de départ dans les autres pays Européens. L'argent ne tombe pas du ciel. 

 

Ce ne sont pas les régimes spéciaux qui coûtent plusieurs milliards aux contribuables mais le déficit démographique dans des entreprises comme la SNCF où les effectifs ont été divisés par deux ces 45 dernières années (Source : SNCF Open Data) entraînant mécaniquement la baisse du ratio cotisants / retraités : à la SNCF, il y a 1 cotisant pour 2 retraités. Fatalement, le régime est en déséquilibre et les agents de la SNCF n'y sont pour rien. C'est encore plus flagrant chez les agriculteurs où il y a 1 cotisant pour 3,7 retraités, ce qui coûte également des milliards. Le gouvernement, jamais à court d'idées scélérates, jette en pâture quelques professions (toujours les mêmes à chaque réforme) pour justifier un rabotage des retraites de quasiment tous les salariés. Quand aux économies réalisées, elle se transforment en baisse de cotisations patronales, ni vu, ni connu. Oui, nos dirigeants sont très futés pour pomper l'argent des classes moyennes et populaires au bénéfices des 1% les plus riches. Et ça fait 50 ans que les inégalités se creusent dans notre pays alors même que le PIB n'a cessé d'augmenter. Il est temps de renverser la vapeur.

Portrait de LesRipoublicains
13/décembre/2019 - 22h49

Le patron de la SNCF demande aux grévistes de faire une pause pour les fêtes.

Il est gentil, mais il rêve ! Le propre d'une gréve, c'est d'établir un rapport de force. S'il n'y a plus de gêne, la gréve est inutile.

Castaner n'a qu'a envoyer les CRS ou les Gendarmes avec des LBD contre les grévistes ! Surtout qu'eux vont garder leur régime de retraite. L'universalité en prend un coup, et ce n'est pas fini. 1995 n'est pas loin de ressurgir, grâce à l'entêtement de Macron et Philippe sur l'âge Pivot. Au fait, il a quel âge notre Bernard ?

Euh ... non, les LBD, mauvaise idée, s'ils les esquintent, ils ne pourront plus conduire les trains, surtout avec un œil en moins !

Portrait de popeye55
13/décembre/2019 - 22h03
bengalister a écrit :

Les régimes spéciaux côutent plusieurs milliards aux contribuables (même ajustés du déficit des travailleurs dûs aux gains de productivité). 

En tant que contribuable qui doit renflouer leur manque de travail par rapport au reste de la population on a notre mot à dire. Ils prennent 19j d'arrêt maladie par an et sont les plus en grève. La France est championne du monde de la grève (chiffres OCDE) et ceci alors que le secteur privé n'est pas souvent en grève. Toujours les mêmes à faire grève: les profs, personnels d'éducation, transporteurs publiques, éboueurs et dockers, contrôleurs aériens.

Un moment il faut arrêter de toujours rejeter la faute sur les dirigeants le grand capital, et se remettre un peu question quand on est champion du monde.
 Les Français sont pour les réformes à condition que ça ne les touche pas.

Pour la retraite à partir du moment où l'on doit travailler plus on est forcément perdant de toute façon. Mais avons-nous le choix ? Regardez l'âge de départ dans les autres pays Européens. L'argent ne tombe pas du ciel. 

 

Rien à  dire de plus, entièrement d'accord avec vous.  Vous avez bien résumé la situation 

Portrait de popeye55
13/décembre/2019 - 22h00
cineberry a écrit :

A 20 ans, tu es au mieux BAC+2, donc payé avec des cacahuètes. Le gouvernement promet une retraite minimum de 1000€ à condition d'avoir une carrière complète (ce qui est loin d'être évident vu le faible taux d'emploi passé 50 ans) donc en cas de périodes de chômage, il y aura une décote, ce qui veut dire que le montant de ta pension sera diminué pour le restant de tes jours. Par ailleurs, le gouvernement se garde bien d'évoquer l'inflation : déjà qu'en 2019, avec 1000€ on est sous le seuil de pauvreté, alors je n'ose imaginer dans 43 ans.

Les cacahuètes dont vous parlez à 1000 euros, beaucoup d'agriculteurs ou de petits entrepreneurs aimeraient bien l'avoir ! Mais vous qui êtes vraisemblablement un de ces privilégiés dont le montant de la retraite dépasse/dépassera les 3000 euros (retraite moyenne RATP 3705 euros), vous êtes dans un monde d'égoïsme qui ne pense qu'à sa gueule mais pas à celle des autres !!!!

Portrait de Claire OGrosse
13/décembre/2019 - 20h47
skytronick a écrit :

Vous en avez pas marre d'être des pigeons sur ce site?

Ce site est infesté par les fans de LREM.

Portrait de Claire OGrosse
13/décembre/2019 - 20h28
francaz33 a écrit :

il faut privatiser le plus rapidement possible la sncf  et la ratp ce n'est plus possible une pareille situation il y a une polution enorme  a cause des voitures on ne peut plus respirer 

Encore une lumière!

Dans ma ville les transports urbains sont géré par transdev (société privé) et en grève depuis le 05/12, donc quel est le rapport????

Portrait de Claire OGrosse
13/décembre/2019 - 20h21
bengalister a écrit :

Les régimes spéciaux côutent plusieurs milliards aux contribuables (même ajustés du déficit des travailleurs dûs aux gains de productivité). 

En tant que contribuable qui doit renflouer leur manque de travail par rapport au reste de la population on a notre mot à dire. Ils prennent 19j d'arrêt maladie par an et sont les plus en grève. La France est championne du monde de la grève (chiffres OCDE) et ceci alors que le secteur privé n'est pas souvent en grève. Toujours les mêmes à faire grève: les profs, personnels d'éducation, transporteurs publiques, éboueurs et dockers, contrôleurs aériens.

Un moment il faut arrêter de toujours rejeter la faute sur les dirigeants le grand capital, et se remettre un peu question quand on est champion du monde.
 Les Français sont pour les réformes à condition que ça ne les touche pas.

Pour la retraite à partir du moment où l'on doit travailler plus on est forcément perdant de toute façon. Mais avons-nous le choix ? Regardez l'âge de départ dans les autres pays Européens. L'argent ne tombe pas du ciel. 

 

Désolée moi je n'accepte pas une réforme construite sur le rapport d'un escroc notoire!

Portrait de Claire OGrosse
13/décembre/2019 - 20h20
platane66 a écrit :

toujours les memes en GREVE pourquoi on ne voit pas sur les plateaux télé ceux qui vraiment on de quoi se plaindre (je ne pense pas que sncf ratp ont des si petits salaires)par contre je pense aux macons caissieres retraités ouvriers usine  qui ont tout juste (et c est pas sur) le smic et a la retraite meme pas 1000 euros c est une honte et sans avantage dans mon village j e vois beaucoup de cheminots pas jamais j en ai vu un avec le dos tordu et certains heureusemnt reconnaissent qui ne sont pas a plaindre  bonne soirée

Demande à Delevoye de conduire les trains, il touchait un salaire qu'il avait oublié de déclarer. La honte c'est les escrocs qui nous gouvernent et les lumières qui soutiennent ces magouilles en votant pour LREM!

Portrait de platane66
13/décembre/2019 - 18h46

toujours les memes en GREVE pourquoi on ne voit pas sur les plateaux télé ceux qui vraiment on de quoi se plaindre (je ne pense pas que sncf ratp ont des si petits salaires)par contre je pense aux macons caissieres retraités ouvriers usine  qui ont tout juste (et c est pas sur) le smic et a la retraite meme pas 1000 euros c est une honte et sans avantage dans mon village j e vois beaucoup de cheminots pas jamais j en ai vu un avec le dos tordu et certains heureusemnt reconnaissent qui ne sont pas a plaindre  bonne soirée

Portrait de bengalister
13/décembre/2019 - 18h15
cineberry a écrit :

La prime de charbon a été supprimée il y a près de 50 ans avec la fin des locomotives à vapeur. Continuez à ânonner le discours des membres du gouvernements, ces parasites payés 10 000 € par mois par nos soins pour venir sur les plateaux télé monter les français les uns contre les autres et faire passer une réforme qui fera 90% de perdants.

Les régimes spéciaux côutent plusieurs milliards aux contribuables (même ajustés du déficit des travailleurs dûs aux gains de productivité). En tant que contribuable qui doit renflouer leur manque de travail par rapport au reste de la population on a notre mot à dire. Ils prennent 19j d'arrêt maladie par an et sont les plus en grève. La France est championne du monde de la grève (chiffres OCDE) et ceci alors que le secteur privé n'est pas souvent en grève. Toujours les mêmes à faire grève: les profs, personnels d'éducation, transporteurs publiques, éboueurs et dockers, contrôleurs aériens.

Un moment il faut arrêter de toujours rejeter la faute sur les dirigeants le grand capital, et se remettre un peu question quand on est champion du monde. Les Français sont pour les réformes à condition que ça ne les touche pas.

Pour la retraite à partir du moment où l'on doit travailler plus on est forcément perdant de toute façon. Mais avons-nous le choix ? Regardez l'âge de départ dans les autres pays Européens. L'argent ne tombe pas du ciel. 

 

Portrait de Wouhpinaise
13/décembre/2019 - 17h28
cineberry a écrit :

A 20 ans, tu es au mieux BAC+2, donc payé avec des cacahuètes. Le gouvernement promet une retraite minimum de 1000€ à condition d'avoir une carrière complète (ce qui est loin d'être évident vu le faible taux d'emploi passé 50 ans) donc en cas de périodes de chômage, il y aura une décote, ce qui veut dire que le montant de ta pension sera diminué pour le restant de tes jours. Par ailleurs, le gouvernement se garde bien d'évoquer l'inflation : déjà qu'en 2019, avec 1000€ on est sous le seuil de pauvreté, alors je n'ose imaginer dans 43 ans.

Tout dépend ce que vous considérez être "des cacahuètes". Certains considèrent que 2000 € net/mois est un salaire plutôt moyen. D'autres que 1600 net/mois est un salaire relativement élevé.

Portrait de francaz33
13/décembre/2019 - 17h18

il faut privatiser le plus rapidement possible la sncf  et la ratp ce n'est plus possible une pareille situation il y a une polution enorme  a cause des voitures on ne peut plus respirer 

Portrait de Kateadams
13/décembre/2019 - 16h59
CARAMEL MOU a écrit :

pour qu'il n'y ait pas de problèmes d'achat chez les commerçants, de risques de perturber les départs en vacances il suffisait simplement au gouvernement d'annoncer ses mesures en Janvier, pourquoi ne l'a t'il pas fait ?

J'ai bien entendu Le Gendre affirmer par trois fois dans la même émission hier que les députés LREM étaient plus de 300 à l'assemblée nationale et que la loi sera votée de toutes les façons.

Conclusion : discussions, réunions, main tendue, résolution, tout cela n'est que paroles pour calmer l'opinion.

 

Portrait de cineberry
13/décembre/2019 - 13h33
GolfPapa a écrit :

ils en  ont rien à foutre du problème des usagers, le principal pour un conducteur de train c'est de toucher sa prime "de charbon" au fait il l'a touche mais quand il ne va pas au charbon !!!

Honte à tous ces gus à qui on donne le droit de faire chier le monde et d'acculer le pays à la faillite des commerçants. J'attends avec impatience le gus de la SNCF qui va me demander du fric pour leur cagnotte. 

La prime de charbon a été supprimée il y a près de 50 ans avec la fin des locomotives à vapeur. Continuez à ânonner le discours des membres du gouvernements, ces parasites payés 10 000 € par mois par nos soins pour venir sur les plateaux télé monter les français les uns contre les autres et faire passer une réforme qui fera 90% de perdants.

Portrait de Mimosas06
13/décembre/2019 - 12h55

Et les syndicalistes qui se plaignent que les médias ne parlent pas d'eux, mais ils ne font que ça, quel culot, exemple avec Villedieu qui squatte toutes les chaînes télé à tout moment!

Portrait de Sorj
13/décembre/2019 - 12h43
cineberry a écrit :

A 20 ans, tu es au mieux BAC+2, donc payé avec des cacahuètes. Le gouvernement promet une retraite minimum de 1000€ à condition d'avoir une carrière complète (ce qui est loin d'être évident vu le faible taux d'emploi passé 50 ans) donc en cas de périodes de chômage, il y aura une décote, ce qui veut dire que le montant de ta pension sera diminué pour le restant de tes jours. Par ailleurs, le gouvernement se garde bien d'évoquer l'inflation : déjà qu'en 2019, avec 1000€ on est sous le seuil de pauvreté, alors je n'ose imaginer dans 43 ans.

Il y a aussi la question de la valeur du point, qui ne baissera pas, soit disant.

Il me semble que c’est la valeur des point acquis qui ne baissera pas ( d’ou la nuance), jusqu’a la date de modification de la valeur de ce point. Les points suivants cumulés baisseront d´autant.

Portrait de rude boy
13/décembre/2019 - 12h26

.

Portrait de cineberry
13/décembre/2019 - 11h20
GWG a écrit :

Et votre retraite passe avant tout. Avant le travail des employés du commerce dont certains seront au chômage dès janvier et le restant ne touchant pas leur prime de fin d'année. Avant les restaurants et hôtels qui voient les annulations augmenter de jour en jour. Avant toute l'économie française qui va certainement être plus impactée par ces 17% de grévistes que par toute une année de gilets jaunes. Si votre retraite vaut bien une dinde vous prenez le reste des français pour des dindons. 

Pourquoi croyez-vous que le gouvernement a fait son annonce sur le projet de réforme des retraites en plein mois de décembre si ce n'est pour créer cette situation conflictuelle et diviser les français ? Diviser pour mieux régner, ça vous parle ? S'il y avait trois millions de français dans les rues, le gouvernement ravalerait son projet à la con et tout rentrerait dans l'ordre en quelques jours.

Portrait de cineberry
13/décembre/2019 - 11h09
Media44 a écrit :

Merdes de syndicalistes qui veulent pourrir la vie à  ceux qui travaillent. 

Sans syndicalistes, nous bosserions encore 50 heures par semaine et ne connaîtrions pas les congés payés.

Portrait de cineberry
13/décembre/2019 - 11h00
chrismontigny a écrit :
Quand aujourd’hui tu commence à travailler à 20 ans + 43 ans de cotisation ça fait 63 ans ... alors partir à 64 je ne vois pas le soucis

A 20 ans, tu es au mieux BAC+2, donc payé avec des cacahuètes. Le gouvernement promet une retraite minimum de 1000€ à condition d'avoir une carrière complète (ce qui est loin d'être évident vu le faible taux d'emploi passé 50 ans) donc en cas de périodes de chômage, il y aura une décote, ce qui veut dire que le montant de ta pension sera diminué pour le restant de tes jours. Par ailleurs, le gouvernement se garde bien d'évoquer l'inflation : déjà qu'en 2019, avec 1000€ on est sous le seuil de pauvreté, alors je n'ose imaginer dans 43 ans.

Portrait de cineberry
13/décembre/2019 - 10h39
cbor33 a écrit :

Le premier ministre ne se préoccupe pas trop des travailleurs qui galèrent puisqu'ils ne prévoit une réunion avec les syndicats que la semaine prochaine... Si d'ici là les travailleurs en lutte pouvaient reprendre le travail, ce serait tout bénef.... Pourquoi pas une réunion aujourd'hui docteur Philippe ?

Il préfère laisser pourrir la situation et laisser la division s'installer. Diviser pour mieux régner, telle est sa devise.

Le 18 janvier 2017, dans un billet qu'il rédigeait dans Libération, Edouard Philippe écrivait : "Macron qui n'assume rien mais promet tout, avec la fougue d'un conquérant juvénile et le cynisme d'un vieux routier."

Ça donne une idée du personnage...

Portrait de cineberry
13/décembre/2019 - 10h32
seki a écrit :

Il va peut être falloir revenir sur l'idée de privatiser la SNCF/RATP..

Les anglais qui ont privatisé le rail il y a une vingtaine d'année reviennent aussi sur l'idée.

Portrait de cineberry
13/décembre/2019 - 10h30
catalinaElclerigo a écrit :

Le peuple n'a besoin de personne pour se rendre compte que quelques privilégiés les empeche d'aller bosser pour défendre leur pré carré 

Les privilégiés, ce sont les policiers qui seront épargnés par la réforme. Ils ne sont pas fous au gouvernement. Ils ne tiennent que grâce à eux...

Portrait de Angelussauron
13/décembre/2019 - 10h29

De tout manière c'est moins chiant pour les fêtes car bon nombre de personne sont en congés. Après c'est juste que plutôt de prendre le train pour aller rejoindre sa famille, ils prendront leur voiture.Bref c'est plus chiant actuellement pour les parisiens d'aller au boulot que quand ils seront en congés.

Et concernant les commerçants ça n'aurait rien changé de plus par rapport à aujourd'hui. Une bonne majorité de personne se sont déjà rabattu sur le commerce en ligne (Tu paye moins cher en plus).