17/11 05:56

Gilets Jaunes - Revivez minute par minute la journée de samedi avec les photos et les vidéos des incidents qui se sont produits à Paris pour le 1er anniversaire du mouvement

Selon le ministère de l'Intérieur, 28 000 manifestants en France mais au moins 39.530 selon le "chiffre jaune"ont pris part aux différents cortèges. Des flambées de violence à Paris et un retour sur les ronds-points de France: le premier anniversaire des "gilets jaunes", qui ambitionnaient de donner un second souffle à leur mouvement de contestation sociale, a été marqué samedi par le retour du chaos dans certains quartiers de la capitale. Durant deux heures en début d'après-midi, la situation est restée confuse Place d'Italie, sur la rive gauche de la Seine, où les forces de l'ordre ont tenté un moment en vain de disperser de petits groupes de casseurs, alternant charges brèves et déluge de lacrymogènes.

"Au vu des violences et des exactions", la préfecture de police a demandé l'annulation de la manifestation qui devait s'élancer de cette place à partir de 14H00. Voitures renversées, engin de chantier et poubelles incendiées, abribus saccagés: en une demi-heure, les assauts sporadiques de petits groupes se sont transformés en flambée de violences, ont constaté des journalistes de l'AFP, qui ont vu des manifestants blessés -dont un journaliste indépendant-, et des pompiers empêchés d'intervenir. Au centre de la place, un monument en mémoire du maréchal Juin a été en partie dégradé.

La manifestation Place d'Italie "rassemblait des individus qui ne défendaient pas une cause, mais procédaient à des destructions" et "à des attaques systématiques contre les forces de sécurité et contre les pompiers", a déclaré le préfet de police Didier Lallement lors d'une conférence de presse.

Le centre commercial d'Italie 2, sur la place, avait fermé dès les premiers incidents. Vers 13H00, ses portes d'entrée et les vitrines d'une résidence hôtelière voisine ont été attaquées à coup de pavés par plusieurs dizaines de personnes cagoulées et vêtues de noir. Régulièrement, ces petits groupes revenaient à la charge et étaient provisoirement repoussés par les force de l'ordre, qui ont utilisé à plusieurs reprises un canon à eau. "C'est pitoyable, c'est minable que la manifestation ait été interdite. Manifester c'est un droit et on me le refuse.

La colère est provoquée par l'Etat", s'emporte Catherine Van Puymbroeck, 49 ans, venue avec son fils d'Eure-et-Loire pour la première fois. Le calme est revenu en milieu d'après-midi une fois la place, parfois noyée sous un nuage de gaz lacrymogène, évacuée par les forces de l'ordre.

"Les pompiers, venez éteindre les bougies", a lancé un "gilet jaune" en quittant les lieux. A 19H00 la préfecture de police a fait état d'un total de 129 personnes interpellées à Paris, et selon le parquet de Paris, 78 personnes étaient placées en garde à vue à 18H30. La situation a été également un moment tendue place de la Bastille, où une première marche autorisée arrivée de la porte de Champerret a été bloquée par les forces de l'ordre, a constaté une journaliste de l'AFP.

19h01: Les incidents se poursuivent à 19h au Forum des Halles

 

18h55: Un deuxième véhicule de police dégradé devant la Préfecture de Police de Paris

18h36 : Les incidents ont repris depuis 18h30 dans le Forum des Halles à Paris avec les policiers obligés d'utiliser des gaz lacrymogènes. Des charges de forces de l'ordre et des échanges de gaz lacrymogènes et de projectiles divers ont ensuite eu lieu de manière intermittente rue Sainte-Catherine et aux alentours de cette longue rue piétonne et commerçante du centre-ville, au milieu des touristes et acheteurs dont certains se sont réfugiés dans les magasins pour échapper aux fumées

18h34: La permanence du député La République en Marche Patrick Vignal a été la cible des manifestants ce samedi après-midi à Montpellier, au premier anniversaire du mouvement des gilets jaunes, avec une vitre cassée et plusieurs inscriptions anarchistes taguées sur le bâtiment.

18h14: Une voiture de police a été renversée devant la préfecture de police de Paris selon les informations et les images diffusées par Le Parisien

 

 

17h50: Plusieurs dizaines de manifestants sont dans le forum des Halles à Paris - Les forces mobiles ont été attaqué par plusieurs manifestants alors que d'importantes forces de l'ordre sont en train d'arriver sur place. Jérôme Rodrigues est présent et explique sur CNews que cette manifestation sauvage est liée à l'interdiction de la manifestation Place d'Italie.

16h28: Colère des internautes après la dégradation d'un monument en hommage au Maréchal Juin, Place d'Italie à Paris. Ce monument dédié au Maréchal Alphonse Juin ( 1888-1967) se trouve dans le jardin central de la Place d'Italie , face à l'avenue d'Italie . Cet emplacement sur la route de l'Italie , rappelle que le Maréchal s'est vaillamment battu contre les armées allemandes , en Tunisie mais surtout en Italie de 1943 à 1944 . Le monument est placé sur un piédestal de forme semi circulaire en marbre blanc avec une statue en bronze du Maréchal , en pied et en tenue militaire . Il a l'allure altière habituelle , regard droit devant , torse bombé et mains derrière le dos . Devant la statue , il y a deux murs bas où sont inscrits les faits d'armes du Maréchal en Afrique , en Tunisie et en Italie . Les inscriptions rappellent aussi que le Maréchal est à l'honneur mais aussi ses soldats , issus des corps d'Afrique et de France . L'oeuvre est du sculpteur André Greck et du fondeur Daniel Landowski . Elle été inaugurée en 1983 .

 

16h06: La police commence la dispersion des manifestants qui restent Place d'Italie en utilisant une nouvelle fois des gaz lacrymogène

15h52: Le calme est en train de revenir Porte d'Italie alors qu'une sortie a été ouverte pour les manifestants qui souhaitent quitter les lieux

15h26:  Les black blocs empêchent les pompiers d'accéder aux mobiliers urbains incendiés et jettent des pavés en leur direction. Les soldats du feu sont obligés de se replier derrière les forces mobiles.

 

 

15h08: Le Préfet de Police de Paris prend la parole:

"Au vu des exactions et des violences commises, J'ai demandé l'annulation de la manifestation qui devait partir de la Place d'Italie car des gens sont venus uniquement pour détruire. Les individus Place d'Italie vont être interpellés les uns après les autres. Les destructions sont limitées à 3 ou 4 voitures, du matériel de chantier et du mobilier urbain. Un certain nombre de policiers sont blessés. Ceux qui veulent manifester peuvent le faire mais avec discipline. Nous serons là, cet après-midi, ce soir, cette nuit et demain s'il le faut. La situation est sous contrôle. La manifestation est fixée. Il y a eu 61 interpellations en marge de la manifestation des "gilets jaunes" dans la capitale. 71 personnes ont été verbalisées, parce qu'elles se trouvaient dans des secteurs qui avaient été interdits à la manifestation. Un organisateur qui dépose une manifestation ne peut pas ensuite ne pas être responsable de ce qui se passe et doit assumer les conséquences de ce dépôt de parcours"

14h26:La place d'Italie est transformée en champ de bataille cet après-midi. Coïncidence : des travaux de rénovation étaient sur le point de s'achever "début décembre", selon la mairie de Paris, jointe par franceinfo. Il n'est "pas possible d'évaluer les dégâts" pour l'instant. La municipalité y faisait installer "un miroir d’eau", des arbres, des "gradins gazonnés", un "nouveau mobilier" et de "nouveaux éclairages", entre autres."

14h02: La Préfecture de Police décide d'interdire la manifestation qui devait partir à 14h Place d'Italie en raison des incidents (BFM TV)

13h48: Les pompiers viennent de quitter la place alors que plusieurs incendies sont en cours mais il ne peuvent plus intervenir en raison de la pression des manifestants

.

13h38: On dénombre environ 3.000 manifestants à Paris. Les forces de l’ordre ont indiqué avoir saisi «des armes par destination» lors de contrôles préventifs effectués notamment en amont de la porte de Champerret à Paris.

13h08: Les portes du centre commercial Italie II enfoncées et les policiers pris pour cibles à Paris avec des fortes tensions à nouveau et la police qui intervient. Une voiture a également été renversées alors que des incendies sont allumés dans plusieurs endroits de la Place d'Italie.

.

12h46: Nouveaux incidents en cours Porte d'Italie avec une banque attaquée et du mobilier urbain

12h10: La Préfecture de Police de Paris annonce avoir procédé à 1.500 contrôles et 41 interpellations à 12h

11h42: Selon la préfecture du Calvados, les Gilets Jaunes ont tenté de bloquer la route nationale 158 (l'axe Caen-Falaise). C'est pour cela que les forces de l'ordre sont intervenues peu après 7 heures pour disperser les manifestants en faisant usage de gaz lacrymogènes comme le rapporte  Liberté

11h41: Ils étaient plusieurs centaines ce matin sur Clermont-Ferrand, aux cris de "Macron dehors" ou de "On n'oublie pas." Il s'agissait de faire un bilan, forcement assez négatif, de cette année de mobilisation, estimant qu'ils n'ont pas obtenu assez de la part du gouvernement.

11h39: La préfecture de police de Paris annonce un bilan à 11h30 de 33 interpellations et cinq verbalisations sur des périmètres interdits

11h26: Dans le nord-ouest de Paris, des centaines de manifestants arborant un gilet jaune sont rassemblés place d'Italie, point de départ de l'une des trois manifestations déclarées ce samedi. Ils ont bloqué la circulation avec un important feu de barricades. Avant que des policiers, armés de flash-ball interviennent, utilisant aussi des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Les palettes de bois enflammées viennent d'être éteintes par des sapeurs-pompiers

 

11h02: La Préfecture de Police de Paris annonce avoir déjà procédé à 1.300 contrôles et 24 interpellations à 11h

10h52: La tension reste palpable dans de nombreux endroits à Paris avec des face à face tendus avec les forces de l'ordre

 

.

10h40: Premiers gaz lacrymogènes à Paris, Porte de Champerret, et incendie Place d'Italie sur une première barricade.

 

 

.

10h32: Un journaliste de France 2 raconte que "Thierry Paul Valette, initiateur de la page Facebook appelant à manifester ce samedi sur les Champs-Elysees vient de se faire interpeller sous nos yeux sur la place de l’Etoile. La police l’a embarqué dans une voiture qui est partie sirènes hurlantes"

10h25: Les Gilets Jaunes sont en train d'occuper le périphérique Parisien à la Porte de Champerret. Les forces de l'ordre interviennent pour libérer les lieux.

.

10h17: Une première manifestation à Paris prend forme Porte de Champerret à Paris

.

10h11: La Préfecture de Police annonce la saisie de matériel ce matin lors des fouilles dans Paris

 

09h34: Selon un sondage Elabe diffusé , 55% des Français soutiennent ou ont de la sympathie pour la mobilisation, mais 63% ne souhaitent pas qu'elle reprenne. Sur les événements Facebook de ce week-end, pas de mot d'ordre ni de revendications précises, mais des références à "la fête" et à "l'anniversaire" du mouvement né il y a un an d'une colère contre une taxe sur le carburant avant de se propager à de multiples autres revendications comme la démission d'Emmanuel Macron ou plus de démocratie directe.

08h01: Au moins 23 stations de métro et RER seront fermées, indique la RATP. La ligne 1 ne s'arrêtera pas aux stations Tuileries, Argentine, Georges V, Champs-Élysées-Clémenceau, Charles de Gaulle-Étoile, Franklin D. Roosevelt et Concorde. Le trafic de la ligne 2 est arrêté entre Porte Dauphine et Courcelles et celui de la 6 entre Trocadéro et Charles de Gaulle-Étoile. Ces deux lignes ne s'arrêteront par ailleurs pas à la station Charles de Gaulle-Étoile. 

La ligne 13 ne marquera pas l'arrêt à Champs-Élysées-Clémenceau, ainsi qu'aux stations Invalides, Miromesnil et Varenne. Pas d'arrêt pour la 9 à Franklin D. Roosevelt, Havre-Caumartin, Saint-Augustin, Saint-Philippe du Roule, Iéna, Alma-Marceau et Miromesnil. La ligne 8 sera affectée aux stations Concorde, Opéra et Invalides, la 7 à Opéra uniquement, la 10 à Vaneau. La ligne 12 du métro ne s'arrêtera  pas à l'arrêt Concorde, ni à Assemblée nationale et Solférino. Enfin, le RER C fera ne stoppe pas aux stations Invalides, Pont de l'Alma, Champs de Mars-Tour Eiffel, même chose pour le RER A à Charles de Gaulle-Étoile et Auber.

 

 

 

07h01: Les principales manifestations prévues en région:

A Toulouse, le matin, les «gilets jaunes» prévoient de se rassembler aux abords de multiples ronds-points dans la périphérie et dans le centre. Pour le deuxième temps de cette journée d’action, les «gilets jaunes»vont se rassembler dans le centre-ville de Toulouse, à partir de 14 heures. A Bordeaux, un appel à bloquer le péage de Virsac. Point de blocage depuis le début du mouvement, le péage de Virsac avait été la cible de dégradations en novembre 2018. Depuis la place de la République à Lille, une manifestation aura lieu jusqu’à la Bourse du Travail le 16 novembre à 13 heures. A Lyon, un rassemblement est prévu place Bellecour, «pour ceux qui ne peuvent pas aller à Paris». À Nantes, dès 4 heures du matin vendredi, un blocage du rond-point du Canon est organisé, suivi samedi d’une manifestation à 13 heures le samedi puis d’un bal populaire. Du côté de Montpellier, plusieurs ronds-points seront bloqués dès 8 heures, avant une manifestation.

06h50: Opposé aux manifestations déclarées, Éric Drouet, autre figure du mouvement, a lancé dans une vidéo diffusée sur sa page Facebook un appel à une «opération escargot» sur le boulevard périphérique samedi à partir de 10h00, puis sur les Champs-Élysées à partir de 14h00.

06h37: La mobilisation s'annonce importante, avec plusieurs milliers de personnes attendues. Le dispositif de sécurité a par conséquent été renforcé. Plusieurs secteurs de la capitale seront interdits aux manifestants : les abords de certains lieux sensibles tels que l'Élysée, par exemple, ou d'autres lieux comme le Trocadéro ou l'avenue des Champs-Élysées, où certains commerçants ont installé des protections sur leurs vitrines vendredi soir.

L’événement Facebook, baptisé «Acte 53 gilets Jaunes, l’anniversaire sur les Champs-Élysées» , est celui qui réunit le plus de monde pour tout le week-end, avec environ 5000 personnes inscrites comme participantes et 6500 qui se déclarent intéressées. L’organisateur Thierry-Paul Valette, co-fondateur du collectif des «Gilets jaunes citoyens», dit avoir envoyé une demande de manifester à la préfecture, mais s’attend à un refus.

Les autorités ont interdit pour le week-end à venir de défiler sur la célèbre avenue, théâtre de violences et de saccages lors des précédentes éditions, ainsi que dans un large périmètre comprenant l’Élysée et l’Assemblée nationale. «Je maintiendrai mon appel, le droit de manifester est un droit légal, constitutionnel. On verra quel sera le rapport de force du gouvernement, ce que fera le ministère de l’Intérieur», a-t-il affirmé.

05h11: À Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), une manifestation de «convergence des luttes locales et nationales» se tiendra près du métro Garibaldi samedi. À Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) le même jour, un barbecue sera organisé pour ceux «ceux qui ne peuvent pas ou ne veulent pas aller sur Paris». Deux départs auront lieu depuis Montreuil (Seine-Saint-Denis) pour rejoindre la capitale. L’un à 8 heures et le second à 10 heures au métro de Chavaux.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Panurge
16/novembre/2019 - 13h01

Mais ils sont malades ces casseur !!!!  ils cassent l endroit où ces anars de salon vont chercher leur rsa ????

Portrait de vévert1416
16/novembre/2019 - 12h55

Une fois de plus ces trous du cul vont pourrir le commerce local et ainsi dégager l'horizon pour les Amazon ou autres CDISCOUNT. Bravo messieurs, continuez à dégrader nos petits commerces

Portrait de Vladimirlefox
16/novembre/2019 - 11h38 - depuis l'application mobile

Comment on peut laisser bloquer un pays à la main de ces crétins de GJ. Foutez nous la paix à nous citoyens non ralliés à votre cause

Portrait de 7440
16/novembre/2019 - 11h25
La République C'est Moi a écrit :

Jusqu'à preuve du contraire, les manifestants de la semaine dernière n'ont pas saccagé L'arc de triomphe, les magasins et le bien public. Posez-vous les bonnes questions au lieu sans arrêt de vous en prendre à quelqu'un que vous ne connaissez pas.

 

Je ne connais pas, mais bien sur...

Au fait, la semaine dernière il n'y a rien eu pour la bonne et simple raison que les islamo racailles ceux qui saccagent tout pendant les manifs des GJ faisaient partis des manifestants, CQFD...

Portrait de Mimosas06
16/novembre/2019 - 11h10

Aujourd'hui journée sans chaînes d'info qui vont encore se goinfrer avec ça.

Portrait de Juillet2307
16/novembre/2019 - 11h10

Ah si ces forces de l ordre pouvaient servir à rétablir l ordre dans les cités et ces zones de non droits.  Mais c'est plus facile d envoyer ces forces de  l ordre  pour frapper les crétins jaunes  avinés 

Portrait de Mimosas06
16/novembre/2019 - 11h09

Ça recommence le bazar.. Bizarre quand même la semaine dernière manif et pas de problème, on va encore nous dire que ce sont les black bloc et pas les gentils gilets jaunes, mais où étaient donc ces blackblocs la semaine dernière?

Portrait de Batori
16/novembre/2019 - 10h44
chrismontigny a écrit :
Juste pour info au dernière élection le GJ a -1% ... donc aucune représentation des français ...

Juste normal, pad d'organisation politique derrière , pas de lobbys derrière, les médias (à qui appartient BFMTV, l'express, libération...sans parler des médias publics à la solde du pouvoir)...

Et que dire d'un président de la république qui représente 1 français sur 4 ? et une assemblée en total décalage avec le peuple ? 

Et voir cette comédie du pouvoir qui fait tout pour nous monter un second tour en 2022 contre Le Pen pour asseoir sa réélection ?

On en parle ?

 

Portrait de 7440
16/novembre/2019 - 10h38
Batori a écrit :
Alors la semaine dernière nous avions la manifestation anti française sous couvert d’une pseudo islamophobie et là pas de problème, on peut crier sa haine de la France, pas un flics à l’horizon, pas de poursuites...LREM dans toute sa splendeur pro-communautariste. Et puis il y’a les gilets jaunes, le peuple m, celui qui ferme sa gueule et qui taf, qui ne peut plus joindre les deux bouts et lui on le fait taire, à coups d’intimidation, de répression, de canons à eau, de grenades, de LBD... Y’ aurait pas comme un problème en France, combien de temps allons nous tolérer ce pouvoir qui dérive tranquillement de l’autoritarisme vers des contrées qui peuvent mener au totalitarisme ?

C'est ce que j'allais dire. La semaine dernière un islamiste était juché sur le toit d'un véhicule à scander allah akbar mais aucun flic n'est intervenu, une fillette arborant une étoile jaune a défilé comme si de rien n'était. En revanche aujourd'hui le pouvoir intervient pour tirer à la LBD sur la foule des GJ.

Pouvoir de merde ....

Portrait de chrismontigny
16/novembre/2019 - 10h28 - depuis l'application mobile

Juste pour info au dernière élection le GJ a -1% ... donc aucune représentation des français ...

Portrait de Batori
16/novembre/2019 - 10h19 - depuis l'application mobile

Alors la semaine dernière nous avions la manifestation anti française sous couvert d’une pseudo islamophobie et là pas de problème, on peut crier sa haine de la France, pas un flics à l’horizon, pas de poursuites...LREM dans toute sa splendeur pro-communautariste.
Et puis il y’a les gilets jaunes, le peuple m, celui qui ferme sa gueule et qui taf, qui ne peut plus joindre les deux bouts et lui on le fait taire, à coups d’intimidation, de répression, de canons à eau, de grenades, de LBD...

Y’ aurait pas comme un problème en France, combien de temps allons nous tolérer ce pouvoir qui dérive tranquillement de l’autoritarisme vers des contrées qui peuvent mener au totalitarisme ?

Portrait de Batori
16/novembre/2019 - 10h18 - depuis l'application mobile

Alors la semaine dernière nous avions la manifestation anti française sous couvert d’une pseudo islamophobie et là pas de problème, on peut crier sa haine de la France, pas un flics à l’horizon, pas de poursuites...LREM dans toute sa splendeur communautariste.
Et puis il y’a les gilets jaunes, le peuple m, celui qui ferme sa gueule et qui taf, qui ne peut plus joindre les deux bouts et lui on le fait taire, à coups d’intimidation, de répression, de canons à eau, de grenades, de LBD...

Y’ aurait pas comme un problème en France, combien de temps allons nous tolérer ce pouvoir qui dérive tranquillement de l’autoritarisme vers des contrées qui peuvent mener au le totalitarisme ?

Portrait de Batori
16/novembre/2019 - 10h18 - depuis l'application mobile

Alors la semaine dernière nous avions la manifestation anti française sous couvert d’une pseudo islamophobie et là pas de problème, on peut crier sa haine de la France, pas un flics à l’horizon, pas de poursuites...LREM dans toute sa splendeur communautariste.
Et puis il y’a les gilets jaunes, le peuple m, celui qui ferme sa gueule et qui taf, qui ne peut plus joindre les deux bouts et lui on le fait taire, à coups d’intimidation, de répression, de canons à eau, de grenades, de LBD...

Y’ aurait pas comme un problème en France, combien de temps allons nous tolérer ce pouvoir qui dérive tranquillement de l’autoritarisme vers des contrées qui peuvent mener au le totalitarisme ?

Portrait de nina83
16/novembre/2019 - 08h13

on s'en fout complètement, mettre ça à la une...... bof ! bonne journée et bon WE smiley