04/11 07:16

Près de 90% des responsables d'assassinats de journalistes recensés entre 2006 et 2018 dans le monde "n'ont pas été châtiés", dénonce l'ONU

Près de 90% des responsables d'assassinats de journalistes recensés entre 2006 et 2018 dans le monde "n'ont pas été châtiés", a dénoncé dans un communiqué l'Unesco. Selon un rapport de l'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture, dénoncant cette impunité, 1.109 journalistes ont été assassinés au cours de cette période. En outre, ces crimes ont bondi de 18% entre 2014 et 2018 par rapport aux cinq années précédentes, résume le communiqué.

"La région des États arabes a été la plus meurtrière pour la presse (30% des assassinats dans le monde), suivie par l'Amérique latine et les Caraïbes (26%) et l'Asie-Pacifique (24%)", est-il précisé. Le rapport est publié dans le cadre de la Journée internationale de la fin de l'impunité pour les crimes commis contre les journalistes, samedi. "Cette année, le 2 novembre, la Journée internationale de la fin de l'impunité pour les crimes commis contre des journalistes sera centrée sur les journalistes locaux. Avec la campagne #KeepTruthAlive, il s'agira de remettre en cause l'idée que les assassinats ne se produisent que bien loin de l'oeil du public, et visent principalement les correspondants étrangers en zone de guerre", souligne la directrice générale de l'Unesco Audrey Azoulay dans un message pour cette journée.

"Lumière sera faite sur les journalistes locaux travaillant sur les questions de corruption et de politique en dehors des situations de conflit, qui ont représenté 93 % des décès de journalistes de ces dix dernières années", ajoute-t-elle. "L'Unesco rend comptables de leurs actes tous ceux qui mettent les journalistes en danger, tous ceux qui tuent des journalistes, et tous ceux qui ne font rien pour mettre fin à cette violence. La mort d'un journaliste ne devrait jamais signer la fin de la quête de vérité", déclare encore Mme Azoulay. Séminaires au Mexique et en Ouganda, exposition de dessins de presse au siège de l'ONU à New York, qui rend hommage à la mémoire des journalistes français Ghislaine Dupont et Claude Verlon assassinés au Mali le 2 novembre 2013 : des commémorations ou événements sont prévus dans une vingtaine de pays à cette occasion.

L'Unesco oeuvre pour la sécurité des journalistes par l'intermédiaire du plan d'action des Nations Unies sur cette question et sur celle de l'impunité. Depuis juillet, elle administre un nouveau Fonds mondial de défense des médias, créé à l'initiative du Royaume-Uni et du Canada qui ont alors annoncé qu'ils alloueraient respectivement 3 millions de livres sur cinq ans (environ 3,8 millions de dollars US) et un million de dollars canadiens (765.000 dollars US). Ce fonds doit notamment permettre de "renforcer la protection juridique des professionnels des médias et de financer des formations de sécurité" pour ceux qui travaillent en zones de conflits.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Panurge
4/novembre/2019 - 11h31

Et d assassinats tout court ? Combien ?

Portrait de djbaxter
4/novembre/2019 - 08h35

L'ONU est prié de fermer sa gueule pour donner des leçons du respect de la loi depuis qu'ils poussent toutes les formes d'immigration et notamment illégale au mépris des lois et choix démocratiques des peuples, très majoritairement contre.