30/10 07:31

Toulouse: Trois élèves du collège Lamartine, âgés de 14 à 15 ans, mis en examen pour "viols en réunion et agression sexuelle" - Ils pourraient avoir fait plusieurs victimes

Une jeune fille, âgée de 14 ans, aurait été violée par les trois garçons à plusieurs reprises en mars dernier dans un immeuble situé juste derrière le collège, d'après le quotidien La Dépêche. Des vidéos, partiellement récupérées par les enquêteurs, ont été réalisées et diffusées sur un réseau social de ces événements qui ont été dénoncés par la jeune fille. "Elle avait 13 ans à l’époque des faits, elle n’avait rien dit à ses parents mais une surveillante a eu connaissance des faits et l’a encouragée à se confier à sa mère" déclare au quotidien 20 Minutes Clémence Doumenc, conseil de la jeune fille scolarisée aujourd’hui en quatrième dans un autre établissement toulousain. Elle a subi des actes horribles qui interrogent la société sur la notion aujourd’hui du consentement. Les faits sont d’une extrême gravité et ces jeunes n’ont pas pris la mesure de ce qu’ils faisaient, qui est clairement une tournante. Elle n’a pas parlé avant car elle avait honte par rapport à ses parents et peur d’une vendetta des élèves à son encontre ».

D'autres élèves pourraient également avoir subi des agressions sexuelles de la part des mêmes adolescents. Les suspects, âgés de 14 et 15 ans, n'auraient pas nié ces jeux sexuels mais selon leurs explications, la victime ou les victimes auraient participé volontairement.

Lors d'une confrontation devant les policiers, un des adolescents mis en cause aurait admis la contrainte. Les trois garçons ont été placés sous contrôle judiciaire avec interdiction de prendre contact avec les victimes et interdiction de retourner au collège.

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Media44
30/octobre/2019 - 20h46

Des futurs violeurs en série.  Peine capitale !

Portrait de catalinaElclerigo
30/octobre/2019 - 18h48
La République C'est Moi a écrit :

Vous savez très bien que ce n'est pas le cas. On ne peut pas enfermer tous les gens qui dépassent la ligne rouge, dans un asile.

Il y a surtout l'accès très facile à la pornographie bien grasse et démesurée dans laquelle la femme est considérée comme un trou. Rien à voir avec celle des années 70/80 qui était bien plus proche de la réalité.

Je ne parle pas d'internement, mais au moins une consultation avec des experts. 

Portrait de catalinaElclerigo
30/octobre/2019 - 16h22

Ces pervers sexuels relèvent de la psychiatrie. 

Portrait de .Kazindrah.
30/octobre/2019 - 13h44

CIT : " Les faits sont d’une extrême gravité et ces jeunes n’ont pas pris la mesure de ce qu’ils faisaient, qui est clairement une tournante. "

C'est difficile à croire.

Portrait de pypatche
30/octobre/2019 - 13h17
Le blé en herbe version nouvelle France ! Hé bé ça promet. .