08/10 13:01

Les salariés de L'Obs demandent à leurs actionnaires Xavier Niel et Matthieu Pigasse de bénéficier des mêmes garanties d'indépendance que celles accordées au Monde

Les salariés de L'Obs demandent à leurs actionnaires Xavier Niel et Matthieu Pigasse de bénéficier des mêmes garanties d'indépendance que celles accordées au groupe Le Monde et veulent bénéficier de tout projet de fondation, selon un communiqué. Dans ce communiqué signé par la Société des rédacteurs (SDR), les délégués syndicaux et le comité d'entreprise de L'Obs, les salariés du magazine "se réjouissent de la signature du droit d'agrément accordé par Xavier Niel et Matthieu Pigasse au Pôle d'indépendance du groupe". Ils "entendent ne pas être exclus des discussions et interpellent à leur tour les actionnaires sur la situation de leur journal", et rappellent à l'issue d'une assemblée générale qu'ils partagent "l'exigence éditoriale et les valeurs" du groupe Le Monde, auquel ils n'appartiennent pas, bien qu'ils aient les mêmes propriétaires.

"Nous avons exprimé par vote notre souhait d'intégrer sur le plan capitalistique le groupe Le Monde. Plusieurs des missions stratégiques de L'Obs (régie publicitaire, diffusion, ressources humaines) y sont déjà rattachées, et la rédaction elle-même travaillera dans les mêmes locaux que le groupe avec des services mis en commun (documentation, informatique...) après son déménagement sur le site d'Austerlitz", indiquent-ils. L'hebdomadaire souhaite également "être inclus dans le pôle d'indépendance et bénéficier de tout projet de fondation".

"Nos actionnaires peuvent et doivent mettre fin à ce qui apparaît aujourd'hui comme une incohérence structurelle dont nous pâtissons depuis 2014, et qui nous dessert dans notre effort de redressement", déplore le communiqué. "Notre journal affiche un résultat d'exploitation bénéficiaire en 2017, à l'équilibre en 2018 et devrait s'approcher du même équilibre en 2019", il "a donc respecté la condition imposée par les actionnaires pour obtenir les investissements indispensables à son développement", assurent les salariés. Les coactionnaires du Monde ont signé fin septembre avec le Pôle d'indépendance du journal un document qui instaure un droit d'agrément, au coeur d'un bras de fer avec la rédaction depuis un an et la vente de parts de M. Pigasse au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, et ils ont mis à l'étude un projet de fondation.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de lysniais
8/octobre/2019 - 14h03

En clair, c'est "laissez-nous propager notre islamogauchisme tranquillement"!