19/09 18:38

Procès - Le Figaro publie un sondage désastreux pour Jean-Luc Mélenchon qualifié de "pas sympa, agressif, ni honnête ni compétent"

18h34: C'est un sondage explosif que publie ce soir le Figaro. Selon une étude Odoxa réalisée pour Le Figaro et FranceInfo, 72% des Français interrogés ont une mauvaise ou très mauvaise opinion de Jean-Luc Mélenchon après l'épisode des perquisitions, ces dernières ont eu un effet désastreux. Le député de Marseille est ainsi jugé «agressif» par 73% des sondés, mais aussi «pas sympathique» (72%) et «pas honnête» (71%). Deux tiers d’entre eux voient en lui quelqu’un qui «joue trop perso» et qui n’est ni «proche des gens» (62%) ni «compétent» (68%). 

17h27: A la barre, Jean-Luc Mélenchon ne reconnaît pas avoir poussé le vice-procureur Marilly: "C'est la vie. Il y a des moments de tension et il faut savoir y mettre un terme"

Et le président, agacé, de s'adresser au leader de la France Insoumise: "M. Mélenchon, parlez au tribunal s'il vous plaît (...) même si je sais que vous avez l'habitude d'haranguer les foules".

"Je me suis conduit ce jour-là comme un dirigeant politique et comme un stratège de l'action", a estimé Jean-Luc Mélenchon

16h20: Durant son audition, Jean-Luc Mélenchon s'est comparé à  Alexandre Benalla . Son objectif? Démontrer que tout le monde n'est pas traité de la même manière par la justice, selon lui.

"Est ce que moi j'ai dit aux policiers 'Revenez plus tard' ou 'Je n'ai pas les clés du coffre, il faudra repasser!'? Jamais!"', a-t-il déclaré, rapporte BFM TV.. 

14h49: A la barre, accompagné de son avocat Me Mathieu Davy, Jean-Luc Mélenchon est questionné dans un premier temps sur ses hurlements, et indique qu'être réveillé par des policiers à 7h du matin chez lui a probablement joué sur son humeur ce jour-là: "C’est un extraordinaire sentiment d'humiliation de me retrouver là. Moi qui suis président d’un grand parti. Pourquoi suis-je traité de cette façon? Tout ça parce que j’ai parlé fort sur un palier? Je n’ai violenté personne! Je parle fort parce que j’ai toujours parlé fort! Et voilà que ça m’est reproché! Mais de quoi suis-je coupable? Qu’est ce que je fais ici, franchement? A aucun moment je ne me sens coupable de quoi que ce soit. Et puis accuser un Insoumis de rébellion, il y a quelque chose qui tient du pléonasme!", a-t-il notamment ajouté. 

14h17: Maître Mathieu Davy, l'avocat de Jean-Luc Mélenchon,  explique à BFMTV que lui et son client arrivaient a "rester sereins." : "On revoit des images qui nous on fait du mal, des moments difficiles à vivre. On l’assume, Jean-Luc Mélenchon l'affronte, il ira jusqu’au bout".

13h58: L’audience s'apprête à reprendre. Les six prévenus sont déjà installés

13h52: "L'équipe de Nicole Belloubet nous a offert un spectacle en forme de pantalonnade", déclare Alexis Corbière

"Le procureur a voulu reporter ce procès à une date qui serait proche, pourquoi pas, des élections municipales, preuve qu’il s’agit d’un procès politique. On a assisté aux conditions déplorables de ce procès, les clés USB qui ne fonctionnent pas, les ordinateurs pas adaptés, ce n’est pas sérieux. On reste déterminés", a-t-il affirmé. 

13h06: Sur Twitter, l'avocate Raquel Garrido s'est également exprimée concernant le procès qui se tient à Bobigny. "Le procureur a obtenu de Bangumi [production de "Quotidien" sur TMC, ndlr] des vidéos dont il est le seul à connaître le contenu vu que c’est lui qui les a demandées", a-t-elle déclaré. 

Et d'ajouter : "À l’ouverture des scellés, on découvre que les moments calmes de la perquisition n’ont pas de son ! Le procureur ne donne aucune explication. Tout va bien". 

12h41: L'audience est suspendue ce midi. Reprise cet après-midi à partir de 14h

11h45: En fin de matinée, les personnes présentes dans le tribunal ont débuté le visionnage des images tournées par l’émission de TMC « Quotidien »

11h27: Le point ce matin sur le début du procès de Jean-Luc Mélenchon et de cinq de ses proches

Jean-Luc Mélenchon et cinq de ses proches ont commencé à comparaître jeudi à Bobigny pour les incidents ayant émaillé la perquisition au siège de LFI en octobre, un procès sous haute tension maintenu après le rejet d’une demande de renvoi du parquet.

Le procès, prévu sur deux jours, s’est ouvert peu après 9H30 dans un climat électrique. Au juge qui lui demandait s’il acceptait de comparaître, M. Mélenchon a répondu: «Je crois pas que j’aie le choix, mais oui».

Après avoir dénoncé ces dernières semaines un procès «politique», le chef de file des Insoumis était resté silencieux à son arrivée devant le tribunal de Bobigny, où cette affaire a été dépaysée par souci d’impartialité.

Ceint de son écharpe tricolore d’élu, il avait laissé à un de ses co-prévenus, le député Alexis Corbière, le soin de mener la charge. «Tout ça est hors norme, disproportionné», a-t-il déclaré. «Nous ferons entendre des arguments (...) qui feront comprendre que depuis le début, cette affaire est politique».

Le procès a toutefois failli être reporté après une demande de renvoi formulée à l’audience par le parquet, qui a fait bondir les prévenus.

Le ministère public demandait un report au motif que les conclusions du rapport de l’IGPN, saisie après une plainte de LFI pour des violences policières lors de la perquisition controversée, n’avaient pas été transmises à toutes les parties.

«Il n’est pas possible de juger sereinement ce dossier», estimait le parquet, dont la requête a finalement été rejetée par le tribunal.

«Après avoir organisé la pagaille, le parquet se prévaut de sa propre turpitude et demande... le report du procès !», a tweeté en pleine audience M. Mélenchon «Le ministère de Belloubet organise le chaos !»

Son avocat Me Mathieu Davy avait auparavant dénoncé une demande «scandaleuse». «Il y a eu la tentative de faire de ce procès un procès politique, maintenant vous continuez à vouloir renvoyer le dossier pour contenir mes clients dans cette séquence. Ça suffit, ça fait onze mois [depuis la perquisition], on souhaite être entendu».

Le tribunal a donc commencé à examiner les faits qui valent à M. Mélenchon et aux co-prévenus -- dont le député Bastien Lachaud et l’eurodéputé Manuel Bompard-- des poursuites pour «actes d’intimidation envers un magistrat et un dépositaire de l’autorité publique, rébellion et provocation».

Ils encourent jusqu’à 10 ans de prison, une amende de 150.000 euros et 5 ans inéligibilité.

Le 16 octobre 2018, M. Mélenchon s’était opposé avec virulence à la perquisition menée au siège de son parti à Paris dans le cadre de deux enquêtes du parquet de Paris: sur les comptes de la campagne présidentielle de 2017 et sur les conditions d’emploi d’assistants d’eurodéputés de la France insoumise, confiées depuis à des juges d’instruction.

Filmant en direct sur Facebook la perquisition de son domicile, M. Mélenchon avait d’abord dénoncé une «énorme opération de police politique». Il s’était ensuite rendu avec des proches au siège du mouvement, où une autre perquisition avait viré à la confrontation.

Devant des caméras, il avait appelé ses proches à «enfoncer la porte» pour entrer dans les locaux où la perquisition était en cours, affirmant notamment: «La République, c’est moi!». On le voyait également bousculer un représentant du parquet ainsi qu’un policier qui tentait de s’interposer.

Des policiers et magistrats figurent parmi les parties civiles. Avant l’audience, Me François Saint-Pierre, qui représente cinq fonctionnaires de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales, a appelé à «un débat dans la sérénité et le respect».

«Je souhaite répondre à M. Mélenchon que mes clients sont des fonctionnaires de police qui agissent dans un esprit républicain», a poursuivi l’avocat qui partagera le banc des parties civiles notamment avec Me Eric Dupond-Moretti.

10h54: Jean-Luc Mélenchon continue à tweeter alors que son procès est actuellement en cours

 

10h39: Jean-Luc Mélenchon vient de réagir sur Twitter sur le refus du renvoi de son procès

 

10h33: Malgré la demande du parquet, pas de renvoi du procès de Jean-Luc Mélenchon et 5 de ses proches

10h10: Sur Twitter, depuis la salle d'audience, Jean-Luc Mélenchon a réagi à la demande du parquet de renvoyer son procès

 

10h01: Le procès de Jean-Luc Mélenchon et cinq de ses proches pour les incidents ayant émaillé la perquisition au siège de LFI en octobre s’est ouvert jeudi à Bobigny dans un climat électrique mais pourrait être aussitôt renvoyé à la demande du parquet.

Le procès, prévu sur deux jours, s’est ouvert peu après 9H30. Au juge qui lui a demandé s’il acceptait de comparaître, M. Mélenchon a répondu: «Je crois pas que j’ai le choix, mais oui».

Mais le parquet a aussitôt demandé un renvoi au motif que les conclusions de l’IGPN, saisie par des élus LFI qui dénonçaient des violences policières lors de la perquisition, n’ont «pas été transmises à toutes les parties». «Il n’est pas possible de juger sereinement ce dossier», a estimé le procureur.

Après une suspension d’audience, le tribunal doit statuer sur cette demande à laquelle s’opposent les prévenus, qui demandent à comparaître aujourd’hui à un procès dont ils dénoncent le caractère «politique».

09h51: Dans une salle archi-comble, le président a débuté la séance de ce premier jour du procès, il y a quelques minutes

09h48: Le point ce matin sur le procès de Jean-Luc Mélenchon et de cinq de ses proches

Le procès de Jean-Luc Mélenchon et cinq de ses proches pour les incidents ayant émaillé la perquisition au siège de LFI en octobre doit s’ouvrir jeudi à Bobigny dans un climat électrique, alimenté par les accusations «d’instrumentalisation» de la justice.

Depuis plusieurs semaines, le chef de file des Insoumis dénonce un «procès politique», affirme ne plus «croire en la justice» et qualifie les magistrats de «menteurs».

En réponse, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a fustigé des propos «inacceptables», et accusé M. Mélenchon d’être dans «l’invective» et «le complot».

Jeudi matin, ceint de son écharpe tricolore d’élu, Jean-Luc Mélenchon est par contre resté silencieux à son arrivée au tribunal de Bobigny - où l’affaire a été dépaysée «dans un souci d’impartialité», selon le parquet général de Paris.

Le député des Bouches-du-Rhône a laissé le soin à un de ses coprévenus, le député Alexis Corbière, de prendre la parole.

«Tout ça est hors norme, disproportionné depuis le début y compris cette convocation», a déclaré ce dernier. «Nous ferons entendre des arguments (...) qui feront comprendre que depuis le début cette affaire est politique».

Autour d’eux et des dizaines de journalistes présents, une cinquantaine de soutiens étaient rassemblés devant le TGI de Bobigny, dont les portes, fermées, étaient gardées par des policiers.

«Résistance ! Résistance !», se sont-ils mis à crier à l’arrivée des prévenus, avant d’entamer une Marseillaise.

M. Mélenchon et ses cinq coprévenus -- dont le député Bastien Lachaud et l’eurodéputé Manuel Bompard-- comparaissent pour «actes d’intimidation envers un magistrat et un dépositaire de l’autorité publique, rébellion et provocation».

Le procès, prévu sur deux jours, doit débuter à 9H30, et ils encourent jusqu’à 10 ans de prison, une amende de 150.000 euros et 5 ans inéligibilité.

Des rumeurs sur une possible demande de renvoi de l’audience circulaient toutefois au tribunal. «J’apprends ce matin que ce sera une des demandes (…), nous nous y opposerons extrêmement fermement (…) nous n’accepterons pas le renvoi», a déclaré l’avocate de M. Corbière, Jade Dousselin, sur BFMTV. «Nos clients souhaitent être jugés aujourd’hui».

Le 16 octobre 2018, M. Mélenchon s’était opposé avec virulence à la perquisition menée au siège de son parti à Paris dans le cadre de deux enquêtes du parquet de Paris: sur les comptes de la campagne présidentielle de 2017 et sur les conditions d’emploi d’assistants d’eurodéputés de la France insoumise - confiées depuis à des juges d’instruction.

Ce jour-là, le leader du parti, filmant en direct sur Facebook la perquisition de son domicile, avait d’abord dénoncé une «énorme opération de police politique». Il s’était ensuite rendu avec des proches au siège du mouvement, où une autre perquisition avait viré à la confrontation.

Devant des caméras, il avait appelé ses proches à «enfoncer la porte» pour entrer dans les locaux où la perquisition était en cours, affirmant notamment: «La République c’est moi! ». On le voyait également bousculer un représentant du parquet ainsi qu’un policier qui tentait de s’interposer.

09h42: Me François Saint-Pierre, qui représente cinq fonctionnaires de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales, appelle toutefois à «un débat dans la sérénité et le respect» lors du procès.

«Je souhaite répondre à M. Mélenchon que mes clients sont des fonctionnaires de police qui agissent dans un esprit républicain», poursuit l’avocat qui partagera le banc des parties civiles notamment avec Me Eric Dupond-Moretti.

09h34: Sur Twitter, quelques minutes après son arrivée, Jean-Luc Mélenchon s'est exprimé sur son compte personnel Twitter et a posté deux messages depuis la salle d'audience

 

09h25: Ce matin, Adrien Quatennens était l’invité de la matinale de RTL. Le député LFI du Nord espère "la relaxe" pour Jean-Luc Mélenchon et cinq de ses proches.
"Veuillez noter cela, aujourd’hui, et avec quatre autres parlementaires, plus deux autres camarades, il ne va pas être représenté, il sera sur place, il ne fera valoir aucune immunité et nous espérons la relaxe mais surtout nous espérons que ce procès va nous donner l’occasion de faire valoir ces arguments", a-t-il déclaré.

Et d'ajouter : "Moi ce que je demande c’est que nous avons quelques arguments solides et je prends vos auditeurs à témoin pour expliquer qu’il s’agit d’une justice d’exception. »

08h39: Jean Luc Mélenchon et les autres accusés sont arrivés au Tribunal aux cris de "résistance"..

08h01: Quelques dizaines de personnes sont présentes devant le tribunal à Bobigny pour témoigner de leur soutien à Jean-Luc Mélenchon

07h41: Le leader de la France insoumise comparaît pour "actes d'intimidation envers un magistrat et un dépositaire de l'autorité publique, rébellion et provocation" pendant deux jours au tribunal correctionnel de Bobigny. Lui et ses cinq co-prévenus encourent jusqu'à 10 ans de prison, une amende de 150.000 euros et 5 ans inéligibilité.

le 16 octobre 2018, Jean-Luc Mélenchon s'était opposé avec virulence à la perquisition menée au siège de son parti à Paris dans le cadre de deux enquêtes du parquet de Paris : sur les comptes de la campagne présidentielle de 2017 et sur les conditions d'emploi d'assistants d'eurodéputés de la France insoumise - confiées depuis à des juges d'instruction. Ce jour-là, le leader du parti, filmant en direct sur Facebook la perquisition de son domicile, avait d'abord dénoncé une "énorme opération de police politique". Il s'était ensuite rendu avec des proches au siège du mouvement, où une autre perquisition avait viré à la confrontation.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de lxa75
20/septembre/2019 - 09h03

Moi je rajouterai mauvais clown triste

Portrait de Alhekine
19/septembre/2019 - 20h23
Verygood a écrit :

Oui mais 19% aux Présidentielles.....à 600 000 voix du second tour. Le personnage Mélenchon clive mais c'est un des rares politiques de cette envergure, d'ailleurs c'est reconnu par tout le monde de la gauche à la droite : Cultivé, intelligent, grand orateur, il reste très peu de personnes dans cette lignée de politiciens cultivés et éclairés.

Oui il fait peur car c'est un enfant de Mitterand, un ex du POI : Parti Ouvrier Indépendant, grande pouponnière de politiques de gauche (Jospin, Mélenchon, Cambadélis, Corbière et jusqu'au père de Marlène Schiappa...).

C'est un vrai animal politique, bien plus solide qu'une Le Pen....

Et Jospin était contre Chirac au 2° tour en 2002...à 300000 voix prés.

Mélenchon était 4°, si on part par là, Fillon avait plus le droit d'y être que Mélenchon.

Portrait de hummerH2
19/septembre/2019 - 17h54
Polska a écrit :

D'après un récent sondage, 64% des français trouvent qu´il y a trop d’immigrés dans ce pays, le même pourcentage estime qu’ils ne s'intègrent pas.

LFI n’a donc aucune chance face à Macron au second tour. Macron qui d’ailleurs, révise sa copie sur le sujet.

Il a peut être enfin réalisé que la France, ce n’est pas cette minorité bobo omniprésente dans les media, mais une majorité de descendants de paysans qui ne seraient pas contre, éventuellement, faire un peu de ménage à coups de pelle.

La crainte de la justice de ce pays ne suffira pas à les contraindre éternellement.

 

En effet j'ai vu hier les chiffres de la dernière enquête annuelle Ipsos Sopra-Steria pour Le Monde.

A remarquer dans dans ces 63% des Français qui estiment qu'il y a "trop d'étrangers en France", certes le pourcentage de sympathisants RN et LR n'est pas surprenant, mais ceux de LFI et meme de  LREM commencent à être assez significatifs, et ils sont presque la moitié maintenant meme au PS !!! smiley :

 

ils sont 97% à le penser chez les sympathisants du Rassemblement national, 83% du côté des Républicains (42% au PS, 39% à LaREM et 33% à LFI/PCF).

Portrait de swatss
19/septembre/2019 - 17h42
C'ptain What101 a écrit :

Macron qui révise sa copie sur le dossier "immigrés" alors qu'il y a un an il a ouvert "à coups de pelle" le regroupement familial,  84 millions de cartes vitale pour 67 millions de français, des centaines de milliers de centenaires allocataires d'une retraite alors que l'INSEE n'en compte que 20 000, des charters à 50 euro le voyage pour se faire gratuitement dialyser ou autre implantation mammaire etc etc... 

Maintenant si selon vous les 64 % des français qui ne se sentent plus chez eux sont tous des électeurs RN alors vous êtes juste un fieffé diffamateur en plus d'être aveugle et naïf car si ces 64% votaient RN Macron ne serait pas Président de la République. 

Continuez donc à dénigrer les gens qui osent poser les bonnes questions en essayant de les traiter de RN, facho, réacs, racistes etc... juste pour discréditer gratuitement... Que vous vouliez ou non l'ere du fascisme de gauche commence à avoir du plomb dans l'aile. 

Donc pour votre gouverne , le fait des 84 Millions s'explique par le fait des gens ayant travaillés vécu en France et qui sont parti vivre dans un autre pays , donc les chiffres sont faussés et ce depuis sa création en 1945 , ce qui explique aussi pourquoi non des milliers comme vous laisser paraitre , mais belle et bien des Cartes Vital centenaire...

Pour ce qui est des 64 % , le dernier sondage fait le 13 par ipsos ne fait en aucun cas état de 64  pourcents de Français ne se sent plus chez eux , mais bon avec vous nous ne sommes plus à ça près...

Faudrait songer à changer de pseudo pour C'ptainFakeNews.

Je ne dénigre pas , je fais le constat de la mauvaise foi et du discrédit , que l'électeur FN apporte au quotidien ici ou sur les réseaux sociaux...

Portrait de swatss
19/septembre/2019 - 15h27
Polska a écrit :

D'après un récent sondage, 64% des français trouvent qu´il y a trop d’immigrés dans ce pays, le même pourcentage estime qu’ils ne s'intègrent pas.

LFI n’a donc aucune chance face à Macron au second tour. Macron qui d’ailleurs, révise sa copie sur le sujet.

Il a peut être enfin réalisé que la France, ce n’est pas cette minorité bobo omniprésente dans les media, mais une majorité de descendants de paysans qui ne seraient pas contre, éventuellement, faire un peu de ménage à coups de pelle.

La crainte de la justice de ce pays ne suffira pas à les contraindre éternellement.

Mais oui bien sur , mais faut arrêter un peut de se servir et modifier un sondage pour le rendre a sa sauce .

On reconnaît bien là , l'électeur FN  dans toute sa splendeur , surtout sur la fin "à coup de pelle"...

Vous êtes pathétique...

Portrait de swatss
19/septembre/2019 - 15h17
Verygood a écrit :

Oui mais 19% aux Présidentielles.....à 600 000 voix du second tour. Le personnage Mélenchon clive mais c'est un des rares politiques de cette envergure, d'ailleurs c'est reconnu par tout le monde de la gauche à la droite : Cultivé, intelligent, grand orateur, il reste très peu de personnes dans cette lignée de politiciens cultivés et éclairés.

Oui il fait peur car c'est un enfant de Mitterand, un ex du POI : Parti Ouvrier Indépendant, grande pouponnière de politiques de gauche (Jospin, Mélenchon, Cambadélis, Corbière et jusqu'au père de Marlène Schiappa...).

C'est un vrai animal politique, bien plus solide qu'une Le Pen....

Mélenchon , c'est un homme politique qui a les dents qui rayent le parterre...

Monsieur , a quitté le PS a la suite d'un caca nerveux en 2008 après que le PS a mis en place Ségo...

Mélenchon c'est une personne , qui se sachant fini au PS a choisi de créer son parti pour avoir son égo flatté ...

La seul différence entre Mélenchon et Le pen , c'est que lui est un grand orateur , sinon ils ont les mêmes outils pour combattre le pouvoir en place ...

Portrait de julien888
19/septembre/2019 - 14h30

QUEL FAN CLUB LOL 50 PERSONNES RIDICULE LOL

 

Portrait de julien888
19/septembre/2019 - 14h28

TANT DE CINEMA POUR UN MEK QUI FAIT LA PROMO DE SON LIVRE EN PLUS REEL HALLUCINNANT CE MONDE ET LA FRANCE

Portrait de Verygood
19/septembre/2019 - 14h02
swatss a écrit :

Mouhahah trop drôle , dite vous en avez encore beaucoup des comme ça aux Insoumis ?

Juste en passant un parti à 6% au Européenne , ça fait peur à qui ?

Oui mais 19% aux Présidentielles.....à 600 000 voix du second tour. Le personnage Mélenchon clive mais c'est un des rares politiques de cette envergure, d'ailleurs c'est reconnu par tout le monde de la gauche à la droite : Cultivé, intelligent, grand orateur, il reste très peu de personnes dans cette lignée de politiciens cultivés et éclairés.

Oui il fait peur car c'est un enfant de Mitterand, un ex du POI : Parti Ouvrier Indépendant, grande pouponnière de politiques de gauche (Jospin, Mélenchon, Cambadélis, Corbière et jusqu'au père de Marlène Schiappa...).

C'est un vrai animal politique, bien plus solide qu'une Le Pen....

Portrait de swatss
19/septembre/2019 - 13h51
Verygood a écrit :

Il ne faut pas être naïf : Macron veut absolument Le Pen face à lui en 2022, c'est sa seule chance et il le sait bien....Le PS et LR sont faibles, il reste LFI et ses alliés comme les Ecolos et autres parties de la gauche, il essaie de s'en débarasser de cette façon.

Macron a eu sa campagne financée par qui ? Par des dons plafonnés au maximum à 7500 € ?  Aucun média ne pose une question aussi simple, ne s'étonne, n'enquête.....Ca va sortir une fois que Macron sera parti en 2027 donc trop tard....

Mouhahah trop drôle , dite vous en avez encore beaucoup des comme ça aux Insoumis ?

Juste en passant un parti à 6% au Européenne , ça fait peur à qui ?

Portrait de papillon bleu
19/septembre/2019 - 13h10

Mi dictateur, mi gourou, cet homme a l’intelligence de faire croire aux démocrates qui croient en un communautarisme "Disney Land", que sa personne peut changer ce monde capitaliste, qui rappelons le, le fait très bien vivre, il était dans le top 3 des plus grandes fortunes patrimoniales, des derniers candidats a l'election présidentielle.

Dehors le monarchs de gauche.

Portrait de Verygood
19/septembre/2019 - 12h59

Il ne faut pas être naïf : Macron veut absolument Le Pen face à lui en 2022, c'est sa seule chance et il le sait bien....Le PS et LR sont faibles, il reste LFI et ses alliés comme les Ecolos et autres parties de la gauche, il essaie de s'en débarasser de cette façon.

Macron a eu sa campagne financée par qui ? Par des dons plafonnés au maximum à 7500 € ?  Aucun média ne pose une question aussi simple, ne s'étonne, n'enquête.....Ca va sortir une fois que Macron sera parti en 2027 donc trop tard....

Portrait de swatss
19/septembre/2019 - 11h58

De toute façon une chose est sur , c'est qu'il vas tout faire pour se positionner en victime , si il est blanchi , il s'en servira pour dire qu'il a été la cible à abattre en tant que opposition ( en faisant fît des 6 % aux Européennes )  et si il est reconnue coupable quelque soit la sanction , il vas se faire passer pour le caliméro ect...

Tient ça me rappel une personne et un parti politique de France , qui plus est le soutient aujourd’hui...

Reste plus que la fusion , RNINSOUMI ou INSOUMIRN ... smiley

Portrait de satine1
19/septembre/2019 - 10h11
canopee02 a écrit :

Pourquoi pas, mais en cas on peut conseiller de quitter le pays à tout les opposants. Vous préfèreriez un pays sans contre pouvoir vous? Personnellement ça me ferait peur.

Pourquoi  demander « à tous les opposants » de quitter le pays ? Vous cherchez la petite bête vous....Je n’ai pas entendu d’autres membres opposants se vanter d’admirer le Venezuela, comme le fait Mélenchon.

Portrait de satine1
19/septembre/2019 - 09h54

C’est un révolutionnaire aux petits pieds, admirateur de Castro, Lulla, Chavez et Maduro.

Cet homme devrait vivre en Amérique du Sud, puisque la France  ne lui convient plus, le Vénézuela par exemple. 

Portrait de jarod.26
19/septembre/2019 - 09h39
melenchon va retrouver balkany va savoir smiley
Portrait de Wouhpinaise
19/septembre/2019 - 09h31

Il se rend au tribunal ou il est en pleine manifestation du 1er mai ? Les images sont trompeuses. smiley

Portrait de Mimosas06
19/septembre/2019 - 09h25

Le procès d'un haineux, ça va bien occuper BFMTV toute la journée ça.

Portrait de colin33
19/septembre/2019 - 09h22 - depuis l'application mobile

Les Balkany n'ont pas eu cette ferveur populaire ! ils vont être jaloux.....

Portrait de seb2746
19/septembre/2019 - 09h01

benalla et les Lrem doivent  bien se fendre la poire en volant l'argent des Français pendant ce temps là.Les vrais Intouchables...

Portrait de Philou-02.
19/septembre/2019 - 08h59

La parade de Mickey version low-cost smiley

Portrait de didi1969
19/septembre/2019 - 08h51

la bande a simplet fait son cinema deven la tv ?

Portrait de nina83
19/septembre/2019 - 08h40

Mais il n'aura rien, il va faire son cinéma habituel et tourner l'attention vers d'autres, même les juges trouvent normal et même intéressant de décrocher un portrait de président dans les mairies, donc on a le droit aussi de s'énerver après un procureur, ou des flics !

Portrait de guizmo74100
19/septembre/2019 - 08h25

Franchement quand tu vois la façon qu'il parle avec ses collaboratrices féminine pendant la perquisition ( je vous conseille vivement de regarder la scène ) ce mec et juste une horreur...ses idées politique sont peux être pas mauvaises mais le personnage est méchant.