13/09 07:46

Dix jours après le passage dévastateur de l'ouragan Dorian, une nouvelle tempête menace de s'abattre aujourd'hui sur les Bahamas

Dix jours après le passage dévastateur de l'ouragan Dorian, une nouvelle tempête menace de s'abattre aujourd'hui sur les Bahamas. Le Centre national des ouragans (NHC) américain a indiqué qu'un nouvel avis de tempête tropicale pourrait être publié pour le centre et le nord-ouest des Bahamas et la Floride, et que des vents violents et de fortes pluies allaient s'abattre vendredi et samedi sur les îles touchées par Dorian.

La dépression susceptible de se transformer en tempête se trouvait vendredi à 00H00 GMT à environ 380 km au sud-est des îles Abacos, avec 80% de chances de se transformer en tempête dans les 48 heures suivantes, a indiqué le NHC. Dans le nord-ouest de l'archipel des Caraïbes dévasté par Dorian, un ouragan de catégorie 5, les autorités cherchaient encore jeudi soir à localiser 1.300 personnes, contre 2.500 la veille, selon les services d'urgence.

Cette baisse drastique des personnes recherchées est due aux recoupements effectués entre la liste des personnes signalées disparues par leurs proches et celle des victimes hébergées dans des centres d'urgence, a indiqué le porte-parole de l'agence bahaméenne des situations d'urgence (Nema). Le bilan officiel reste de 50 morts, a déclaré le chef de la police de l'archipel des Caraïbes, Anthony Ferguson.

Le chiffre devrait toutefois augmenter, a-t-il ajouté, demandant à la population d'être patiente, les opérations de recherches avançant lentement. "Sur la base des informations que j'ai reçu et de mon expérience, il y a des centaines de morts", a indiqué mercredi l'ancien Premier ministre bahaméen, Hubert Ingraham, au quotidien Nassau Guardian.

Environ 2.000 personnes étaient encore hébergées dans des centres d'accueil sur l'île de New Providence, et 150 autres à Grand Bahama. Mais le flot des évacués d'Abaco s'est tari selon le porte-parole des services d'urgence.

Ce porte-parole a également souligné que les procédures d'expulsion avaient été suspendues pour les clandestins, en large majorité des Haïtiens, victimes de l'ouragan.

Ailleurs sur le web

Vos réactions