23/08 07:31

Une policière affectée à la Direction de l'ordre public et de la circulation à la préfecture de police de Paris s'est suicidée avec son arme de service

Une policière affectée à la Direction de l'ordre public et de la circulation à la préfecture de police de Paris s'est donné la mort ce jeudi selon la chaîne BFM TV.

La fonctionnaire a été retrouvée morte dans son véhicule garé sur un parking à Drancy, en Seine-Saint-Denis.

Selon les premiers éléments, la policière s'est suicidée avec son arme de service. Il s'agit du 47e suicide dans la police depuis le début de l'année.

Le 28 juillet dernier, un policier du commissariat d'Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, s'est donné la mort à son domicile avec son arme de service.

Quatre jours plus tôt, c'est un officier de l'antenne de la police judiciaire de Cergy-Pontoise, dans le Val-d'Oise, qui s'est tué à l'hôtel de police.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Lou Jacobs
24/août/2019 - 09h51

il faut désarmer la police

Portrait de Vince3544
24/août/2019 - 08h34

Se réfugier derrière le fait de repenser les méthodes de maintien de l’ordre et se limiter à ça, ce n'est sûrement pas que cet aspect qui va redynamiser les forces de l'ordre. Quand on sait comment la majorité des commissaires traitent leurs subordonnés ... et ils l'apprennent dés à l'école : "chiens de gardiens" y étant une expression courante !! ... ça en dit long ... ! A Nantes -44- ces dernières années, un commissaire répond à un policier qui vient d'apprendre sa maladie des os et qu'il est donc "condamné" à ne plus aller sur le terrain: ""vous ne me servez plus à rien. Vous avez une maladie de bonne femme. Vous allez coûter cher à la société. Descendez aux vestiaires vous mettre une Repenser les méthodes d'intervention des Policiers en matière de maintien de l'ordre -lol-lol-lol-, ce balle, elle ne nous coûtera que moins de deux euros alors que sinon, à 46 ans jusqu'à votre fin de vie, vous allez nous coûter trop cher et emmerder votre famille avec les douleurs et les opérations."" Un autre commissaire a poussé une mère de famille au suicide. Elle a écrit sur internet: merci la police et a fait publier son texte explicatif par sa fille sur le net. Plus récemment, un policier reprend du service après un an de congé longue maladie. Certes, il a un peu d'âge mais il n'est pas au bout de ses annuités. Comme il a aussi une interdiction médicale de voie publique, son commissaire, celui là même qui a participé à la fameuse et célèbre charge dont il peut légitimement être pensé qu'elle a provoqué la chute de quelques personnes dans la Loire, ce même ""patron"" lui a dit à sa reprise qu'il n'avait plus besoin de lui, qu'il ne servait plus à rien car il était incompétent du fait de ne pas avoir de compétences judiciaires. QUANT A L'ÉTAT LUI MÊME: Certains policiers affectés dans des zones et ou des villes complètes dites sensibles doivent bénéficier d'une allocation spéciale pour leurs carrières dite Allocation Spécifique d'Ancienneté. En réalité, l'État nous le confisque et pour l'obtenir, c'est un vrai parcours du combattant: recours amiable, Tribunal Administratif, Appel au degré supérieur etc etc et, bien sûr, même condamné, l'État n'assume pas et ne paie pas. Il enfreint les décisions de Justice en refusant de s'y soumettre et pendant ce temps là, les policiers, actifs et ou retraités n'obtiennent pas leur dû !!! Ce sont là des facettes méconnues du public mais qui sont bien réelles et qui expliquent bien plus que la basique notion de changement de technique(s) d'intervention en maintien de l'ordre ... d'autant qu'il suffit simplement de revenir aux anciennes méthodes: boucliers serrés et avancées au pas cadencé / charges ou grenades suivant les vents et non pas en application d'ordres venant d'un bureaucrate qui n'est pas sur le terrain / projection d'un groupuscule de policiers sportifs et dûment entraînés (Ex S.P.I. ou S.P.L.I.) pour aller chercher les meneurs avec les tactiques d'avancées / récupération etc etc ... .... ..... A méditer ...

Portrait de Vince3544
24/août/2019 - 08h32

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin-top:0cm; mso-para-margin-right:0cm; mso-para-margin-bottom:8.0pt; mso-para-margin-left:0cm; line-height:107%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri",sans-serif; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;}

Se réfugier derrière le fait de repenser les méthodes de maintien de l’ordre et se limiter à ça, ce n'est sûrement pas que cet aspect qui va redynamiser les forces de l'ordre. Quand on sait comment la majorité des commissaires traitent leurs subordonnés ... et ils l'apprennent dés à l'école : "chiens de gardiens" y étant une expression courante !! ... ça en dit long ... ! A Nantes -44- ces dernières années, un commissaire répond à un policier qui vient d'apprendre sa maladie des os et qu'il est donc "condamné" à ne plus aller sur le terrain: ""vous ne me servez plus à rien. Vous avez une maladie de bonne femme. Vous allez coûter cher à la société. Descendez aux vestiaires vous mettre une Repenser les méthodes d'intervention des Policiers en matière de maintien de l'ordre -lol-lol-lol-, ce balle, elle ne nous coûtera que moins de deux euros alors que sinon, à 46 ans jusqu'à votre fin de vie, vous allez nous coûter trop cher et emmerder votre famille avec les douleurs et les opérations."" Un autre commissaire a poussé une mère de famille au suicide. Elle a écrit sur internet: merci la police et a fait publier son texte explicatif par sa fille sur le net. Plus récemment, un policier reprend du service après un an de congé longue maladie. Certes, il a un peu d'âge mais il n'est pas au bout de ses annuités. Comme il a aussi une interdiction médicale de voie publique, son commissaire, celui là même qui a participé à la fameuse et célèbre charge dont il peut légitimement être pensé qu'elle a provoqué la chute de quelques personnes dans la Loire, ce même ""patron"" lui a dit à sa reprise qu'il n'avait plus besoin de lui, qu'il ne servait plus à rien car il était incompétent du fait de ne pas avoir de compétences judiciaires. QUANT A L'ÉTAT LUI MÊME: Certains policiers affectés dans des zones et ou des villes complètes dites sensibles doivent bénéficier d'une allocation spéciale pour leurs carrières dite Allocation Spécifique d'Ancienneté. En réalité, l'État nous le confisque et pour l'obtenir, c'est un vrai parcours du combattant: recours amiable, Tribunal Administratif, Appel au degré supérieur etc etc et, bien sûr, même condamné, l'État n'assume pas et ne paie pas. Il enfreint les décisions de Justice en refusant de s'y soumettre et pendant ce temps là, les policiers, actifs et ou retraités n'obtiennent pas leur dû !!! Ce sont là des facettes méconnues du public mais qui sont bien réelles et qui expliquent bien plus que la basique notion de changement de technique(s) d'intervention en maintien de l'ordre ... d'autant qu'il suffit simplement de revenir aux anciennes méthodes: boucliers serrés et avancées au pas cadencé / charges ou grenades suivant les vents et non pas en application d'ordres venant d'un bureaucrate qui n'est pas sur le terrain / projection d'un groupuscule de policiers sportifs et dûment entraînés (Ex S.P.I. ou S.P.L.I.) pour aller chercher les meneurs avec les tactiques d'avancées / récupération etc etc ... .... ..... A méditer ...

Portrait de seb2746
23/août/2019 - 09h54

Pour le gouvernement il n'y a pourtant aucun souci, on a même mis en place une prime pour féliciter ceux qui essayent de fracasser des citoyens non armés qui peuvent être nos parents, grand parents, amis avec l' assurance d'aucun suivi judiciaire.

Des mois qu'on tient ce système en place, des millions d'heures sup non payés, des ordres pour volontairement faire mal aux pacifistes et laisser les VRAIS casseurs tranquille pour la presse.

On parlera pas du suivi psychologique, 1 pour 28 000 fonctionnaires et encore hors grande ville on est à 1 pour 46 000... clairement impossible de travailler dans de bonnes conditions et d'aider ceux dans le besoin.

Castaner a juste du bol que ça péte pas non plus, malgré les avertissements ET menaces des syndicats de police.