02/08 17:55

Les livreurs de l'application Deliveroo menacent de faire grève contre la nouvelle grille tarifaire faisant passer la "petite course" de 4,20 à 3 euros

Les livreurs de l'application sont en colère contre la nouvelle grille tarifaire de leurs courses. Finie la "petite" course à 4,20 euros, les cyclistes vont désormais devoir pédaler pour 3 euros. Ils bloquent depuis plusieurs jours les livraisons de la plateforme en régions et une grève nationale est en préparation, selon le Collectif des livreurs autonomes de Paris [Clap 75].

A Nice, Toulouse, Tours, Besançon, des mouvements ponctuels de grève et de blocage de restaurants ont eu lieu cette semaine pour protester contre la décision de la plateforme britannique de baisser les tarifs des courses les plus courtes et d'augmenter celui des courses longues, délaissées par les livreurs car peu rentables.

"C'est un ras-le-bol généralisé", explique Jean-Daniel Zamor, président du Clap 75. Le collectif appelle à un rassemblement Place de la République samedi à Paris pour décider d'une grève nationale, "probablement la semaine prochaine".

Selon la plateforme, la nouvelle grille offre "une meilleure tarification, plus juste" et "plus de 54% des commandes sont payées davantage". Jean-Daniel Zamor estime pour sa part que la nouvelle grille, qui veut "obliger les livreurs à prendre les courses longues", entraîne de fait une baisse de rémunération de 30 à 50% pour les livreurs.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de kallylly
9/août/2019 - 11h53

Ben voilà la logique ultra-libérale british dans toute sa splendeur... Au début on séduit avec l'idée de "liberté" et "d'indépendance" et ensuite on serre les boulons pour rendre dépendant et esclave. A votre avis pourquoi les chauffeurs et livreurs ne sont pas directement embauchés par ces plateformes ?  Car ils savent bien qu'à terme ils vont écraser leur rémunérations! Uber et Deliveroo ne font pas un centime de bénéf à l'heure actuelle.En fait il s'agit d'abord de paris politiques et socio-économiques pour casser la règlementation du travail. Ce sont juste des paravents largement alimentés par les marchés boursiers. Qui investi réellemt là dedans? De grosses banques comme Goldman Sachs dont le but est moins de faire de l'argent avec ces plateformes que d'habituer les gens au travail dérégulé.

Heureux les simples d'esprit incapable de comprendre cela... leurs enfants comprendront... Ils pourront dire "oui j 'y étais et j'ai participé à cette destruction mon petit"... Complice malgré eux...!!