15/04/2019 07:15

Le magazine Têtu va lancer un forum pour la visibilité et la valorisation des profils LGBT en entreprise

Le magazine Têtu va lancer un forum pour les dirigeants d'entreprise autour de la visibilité et de la valorisation des profils LGBT dans le milieu du travail, a annoncé son directeur de la publication à l'AFP.

Il s'agit de "pousser à l'émergence de rôles modèles en entreprise, et pourquoi pas dans le monde du sport, via un forum ouvert qui rassemble des entreprises, des associations LGBT d'entreprises déjà constituées et des associations étudiantes", a expliqué Albin Serviant, qui vit en Grande-Bretagne et a racheté le magazine l'an dernier.

Têtu Connect doit être officiellement lancé le 16 avril à Paris en présence du candidat à l'investiture LREM pour la mairie de Paris Mounir Mahjoubi, du journaliste Marc-Olivier Fogiel ainsi que de cadres dirigeants de plusieurs grandes entreprises, dont Facebook et BNP Paribas, a indiqué M. Serviant.

Le forum se veut ouvert à l'ensemble de la société. "Mon projet s'est d'éduquer, d'expliquer la diversité à la société française", explique le patron de Têtu, qui s'est inspiré de la plate-forme britannique Outstanding, laquelle met en avant des personnalités LGBT du monde de l'entreprise. "On a une légitimité pour parler des sujets de diversité en général", affirme M. Serviant. Il précise que "le sujet, c'est le regard des autres par rapport à un non-conformisme", que ce soit sur les femmes, les minorités ethniques ou sexuelles ou encore les personnes handicapées.

La France se situe dans le "ventre mou" en matière d'acceptation des personnes LGBT au sein des entreprises, selon une étude réalisée par le Boston Consulting Groupe et Têtu dans dix pays. Ainsi en 2018, 30% des personnes interrogées en France estimaient mettre leur carrière en danger si elles révèlaient leur homosexualité dans l'entreprise, contre 35% en moyenne dans le monde, et 52% déclaraient préférer mentir sur leur orientation sexuelle lors d'une conversation informelle avec leur manager (contre 46% en moyenne dans le monde). La peur de subir une discrimination est toutefois en baisse rapide. En 2015, ceux qui craignaient de mettre leur carrière en danger étaient encore 49%.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Jilou1994
15/avril/2019 - 09h48

 Vous croyez vraiment que valoriser la cause des identifications multiples au corps et à tout ce qui s'y rapporte va aider des milliards d'habitants à mieux vivre ensemble ? Au contraire cela participe à nous diviser encore plus parce que l'âme spirituelle, cet atome d'énergie spirituelle qui habite le corps n'a rien à voir avec son conditionnement temporaire, que cela soit en rapport avec le corps grossier ou son corps subtil composé d'un mental et d'un intellect tout aussi matériels et temporaires que le corps composé de terre, d'eau, de feu, d'air et d'éther, ou si vous préférez d'os, de muscles, d'organes, de sang, de graisse, d’excréments etc. Une personne évoluée et éduquée spirituellement n'identifie pas le corps et le possesseur du corps, le pilote et l'avion, le vêtement et celui qui le porte. Cette démarche à vouloir être reconnu pour ce que nous n'avons jamais été est non seulement illusoire mais est surtout une pure perte de temps et très dangereux puisque cela participe à enfoncer l'âme de plus en plus dans une conscience matérialiste. Nous devrions plutôt nous efforcer de travailler à notre émancipation spirituelle, à nous libérer de cette prison temporaire qu'est le corps matériel. Rejoignons-nous dans cette dimension spirituelle où nous sommes tous des serviteurs et enfants éternels de l'Absolu et où nous sommes simultanément tous un en qualité avec Lui et différents en quantité. Valoriser toutes ces désignations temporaires sont autant d'illusoires identifications comme être lgbt mais aussi "je suis une femme, un homme, un jeune, un vieux, un malade, un petit, un grand, un riche, un pauvre, un américain, un français, un hindou, un musulman, un chrétien, un socialiste, un communiste et tant d'autres dénominations en "isme".  Nous sommes faits pour penser, sentir et vouloir mais de façon purement spirituelle en accord avec notre vrai moi, l'âme spirituelle, éternelle. Dès que nous nous identifions à cette charrette temporaire les ennuis recommencent, et ce dans un cycle sans fin (tellement cela semble long) appelé le samsara, le cycle des morts et des renaissances, dans des corps divers et variés via le processus de la naissance, la vieillesse, la maladie et la mort. La bonne nouvelle c'est que nous sommes éternels mais la mauvaise c'est que ce corps nous conditionne à nous identifier à lui et donc à nous préparer à revenir pour nous réincarner encore et encore dans l"oublie de notre vraie nature dans des espèces animales, plantes, insectes entre autres à cause d'un mauvais usage de notre libre arbitre. En bref si le calcul de base est faux et même si les calculs intermédiaires sont bons, le résultat sera faux. Si nous commençons notre raisonnement à partir de l'axiome faux 'je suis ce corps" alors nos névroses dûes à l'identification corporelle vont continuer à nous perturber et peuvent dans certains cas devenir des psychoses. 

Portrait de MARTINI
15/avril/2019 - 07h59

Beurk !