03/04/2019 12:49

Deux hommes, qui projetaient d'attaquer une école ou un policier, ont été arrêtés et mis en examen à Paris par un juge antiterroriste et placés en détention provisoire

12h46: Ce que l'on sait à la mi-journée

Deux hommes soupçonnés d'avoir projeté d'attaquer une école ou un policier ont été mis en examen à Paris par un juge antiterroriste et placés en détention provisoire vendredi dernier, a appris l'AFP  de sources concordantes, confirmant une information de BFMTV.

Ils ont été interpellés en Seine-et-Marne et à Paris le 25 mars, avant d'être mis en examen le 29 mars pour «association de malfaiteurs terroriste criminelle», a indiqué le parquet de Paris.

Le principal suspect, interpellé en Seine-et-Marne, présente "une très forte instabilité psychiatrique" et une "tendance suicidaire" qui aurait pu le pousser à passer à l'acte, selon une source proche de l'enquête. Présenté comme "un admirateur de Mohamed Merah", il était connu des services de renseignement, selon une deuxième source proche des investigations. Mais il n'a "aucun lien avec la mouvance radicale", selon une autre source.

Cet homme, né en 1998, voulait s'en prendre à une école maternelle ou à des fonctionnaires de police, dont un policier qui l'avait arrêté dans le passé dans une affaire de droit commun. C'est lorsqu'il a commencé à vouloir se procurer des armes que la justice a été saisie et que le parquet a décidé de son interpellation, a expliqué une source. "Il n'y a pas eu d'acte de préparation, pas de repérage", a souligné une source proche de l'enquête, indiquant qu'il évoquait "ses projets à l'oral".

Le deuxième homme, lui aussi né en 1998, n'était pas autant impliqué dans le projet et est soupçonné d'avoir pu lui apporter une aide, selon des sources concordantes.

12h34: Un deuxième homme soupçonné d'avoir apporté une aide logistique est également mis en examen

12h08: Le 28 mars dernier, il a été mis en examen pour "association de malfaiteur terroriste" et a été écroué. "Aucune propagande jihadiste n'a été retrouvée ni lors des perquisitions menées à son domicile, ni sur son ordinateur ou son téléphone portable", ajoutent nos confrères qui précisent qu'"à ce stade de l'enquête, les policiers considèrent que le suspect présente davantage des troubles psychiatriques qu'une réelle radicalité et adhésion pour les thèses jihadistes".

12h04: Selon BFMTV, le 25 mars dernier, un homme projetant un attentat contre une école maternelle et un policier a été arrêté à son domicile de Seine-et-Marne. Les enquêteurs de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) se sont rendus compte que l'individu - connu des services de renseignement territorial - cherchait à se procurer des armes.

L'homme - qui s'est présenté comme "admirateur de Mohamed Merah" - a été entendu pendant 96h en garde à vue. Aux enquêteurs, il a expliqué "avoir voulu entrer dans une école, s'en prendre à des enfants, puis les prendre en otages en attendant l'arrivée des policiers". Il avait également prévu de s'en prendre aux forces de l'ordre, d'après BFMTV.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Kilebolejako
3/avril/2019 - 13h02

J'adore le titre d'escrocs : deux HOMMES.

Portrait de archied87
3/avril/2019 - 12h44
Lucide a écrit :

"un homme projetant un attentat contre une école maternelle et un policier a été arrêté à son domicile"

un homme projetant un attentat contre une école maternelle et un policier ONT été arrêtéS à LEURS domicileS

Vous parlez de DEUX personnes, donc c'est au pluriel ! ! ! ! ! 

Non, un seul homme a été arrêté à ce moment là, le policier était la cible tout comme l'école.