26/02/2019 16:42

Alexandre Benalla et Vincent Crase, qui étaient incarcérés depuis une semaine, remis en liberté sous contrôle judiciaire

Un ex collaborateur du président français, Alexandre Benalla, et un ancien employé du parti présidentiel, Vincent Crase, incarcérés depuis une semaine, ont obtenu leur libération, a annoncé mardi le parquet général de Paris.
La cour d'appel de Paris a "infirmé l'ordonnance de révocation du contrôle judiciaire et de placement en détention provisoire" des deux hommes, prise parce qu'ils n'avaient pas respecté le contrôle judiciaire qui leur interdisait d'entrer en contact dans le cadre d'une enquête sur des violences contre des manifestants le 1er mai. "Les mesures du contrôle judiciaire (des deux inculpés) reprennent leurs effets", a précisé le parquet général.

Alexandre Benalla et Vincent Crase étaient incarcérés depuis une semaine pour ne pas avoir respecté le contrôle judiciaire qui leur interdisait d’entrer en contact dans l’enquête sur les violences du 1er mai 2018.

La chambre de l’instruction ont examiné l’appel déposé par l’ex-collaborateur du président Emmanuel Macron et l’ancien salarié de la République en marche, après la décision d’un juge des libertés et de la détention (JLD) de les placer en détention provisoire.

Un premier recours, via une procédure d’urgence appelée référé-liberté, a été rejeté vendredi par le président de la chambre de l’instruction. Mardi, c’est une formation collégiale qui a été appelée à statuer.

Les deux hommes sont mis en examen depuis le 22 juillet dans l’enquête sur les violences commises en marge du défilé du 1er mai à Paris. Ils devaient depuis lors suivre diverses obligations dans le cadre du contrôle judiciaire qui leur avait été imposé, à commencer par celle leur interdisant tout contact.

Mais, le 31 janvier, Mediapart publiait des enregistrements clandestins d’une conversation entre les deux hommes datant du 26 juillet. Ils étaient plus tard convoqués pour s’expliquer au tribunal de Paris par les magistrats, qui ont ensuite saisi le juge des libertés et de la détention.

Un incident a émaillé cette journée, le 19 février, dans une affaire qui n’en finit plus de connaître des rebondissements: alors qu’ils attendaient l’audience devant décider de leur sort, Alexandre Benalla et Vincent Crase ont pu se parler après avoir été placés dans un box commun par les policiers qui les escortaient, a révélé lundi RTL.

A l’origine de ce couac, un mail devant transmettre les consignes des juges n’a pas été envoyé et l’erreur n’a été corrigée qu’au bout d’une heure.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Capri
26/février/2019 - 23h17
bichon33 a écrit :

C'est logique, ils ont eu une heure dans leur box pour se confier tout ce qu'ils avaient à se dire. Du coup, pas besoin de les maintenir au frais,surtout que le printemps approche..smiley

C’est sûr que cette affaire du box commun pendant 1h fut très maladroite ! A moins que le « box » n’ait été sonorisé haha. Ça paraît tellement énorme !

Portrait de bichon33
26/février/2019 - 19h09
Wouhpinaise a écrit :

De nouvelles têtes peuvent toujours émerger. Qui aurait pu croire il y a seulement 4 ou 5 ans qu'un certains Emmanuel Macron, alors à peine connu des Français, deviendrait Président en 2017 ?

C'est sûr ! Au royaume des aveugles les borgnes sont rois !smiley

Portrait de tatou
26/février/2019 - 17h50

grosse parti ce soir chez les macrons pour fêter çà..on nous prend vraiment pour des cons

 

Portrait de bichon33
26/février/2019 - 17h47
gégé a écrit :

Encore une justice a deux vitesse pour certains !  On sait qui, il y a derrière tout ça ,on promet de ne pas divulguer certaines saloperies et le tour est joué . De toute façon cette histoire sera enterrée et jupiter sera tranquille ,il pourra continuer sa campagne de propagande en toute quiétude,aucun obstacle a l'horizon 2022.......Sauf sursaut mais là.....................pfffffff !

Je pense vraiment qu'en 2022 une majorité ne voudra plus de ce président ! Mais qui mettre en face pour le battre ! Là est la question.

Portrait de bichon33
26/février/2019 - 16h47

C'est logique, ils ont eu une heure dans leur box pour se confier tout ce qu'ils avaient à se dire. Du coup, pas besoin de les maintenir au frais,surtout que le printemps approche..smiley