20/02 14:39

Affaire Benalla: Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour "entrave à la manifestation de la vérité" - Le porte-parole du gouvernement dénonce "beaucoup de contrevérités"

14h37: Le parquet de Paris a annoncé aujourd'hui avoir ouvert la semaine dernière une enquête préliminaire pour déterminer s'il y a pu avoir des "dissimulations de preuves" dans le cadre des différentes enquêtes visant Alexandre Benalla et son entourage.
Cette enquête ouverte vendredi 15 février a été confiée à la brigade criminelle. Elle vise notamment des propos tenus en garde à vue par l'ex-chargé de mission à l'Elysée sur son coffre-fort, qui n'a jamais été retrouvé par les enquêteurs, mais aussi les enregistrements de ses conversations avec son ami Vincent Crase dans lesquelles ils évoquent des messages effacés de leur téléphone, a indiqué une source proche du dossier à l'AFP.

14h16: Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement: "La justice ne reçoit d'ordre de personne, elle est indépendante."

"L'Elysée aura l'occasion d'apporter des réponses factuelles"

Le gouvernement va apporter "des explications factuelles à un certain nombre de contre-vérités qui se trouvent dans le rapport" sénatorial, a-t-il ajouté.

12h41: La conférence de presse de la commission d'enquête du Sénat vient de se terminer

12h30: "Il y a toute une série d'éléments dans notre rapport qui peuvent donner lieu à une série d'investigations" (Jean-Pierre Sueur)

12h22: Voici les 13 propositions de la commission d'enquête du Sénat (via le compte Twitter de la journaliste Manon Rescan‏)

12h10: "Les enregistrements révélés par Mediapart, et le témoignage de Jean-Maurice Bernard sur BFM, laissent à penser que M.Crase et M.Benalla se sont rendus coupables de faux témoignages" (Jean-Pierre Sueur)

12h06: Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de la commission d'enquête du Sénat

«Dysfonctionnement majeur au sommet de l’État»: la Commission des lois du Sénat a frappé un grand coup mercredi en demandant des poursuites contre l’ex-collaborateur d’Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, mais aussi la saisine de la justice sur les déclarations des principaux collaborateurs du président.

«La sécurité du président de la République a été affectée», a affirmé le président de la commission d’enquête Philippe Bas, en présentant le rapport de la commission d’enquête à la presse.

Après six mois de travaux, 40 personnes entendues au cours de 34 auditions, la Commission sénatoriale a rendu ses conclusions mercredi, alors que M. Benalla et Crase, au centre de l’affaire la plus retentissante du quinquennat Macron, ont dormi en prison mardi soir, après la révocation de leur contrôle judiciaire.

Dans une lettre au président du Sénat Gérard Larcher, les membres de la commission présidée par Philippe Bas (LR) demandent de «saisir le ministère public des déclarations» des deux intéressés. Ils soupçonnent un «faux témoignage» de M. Benalla sur le «périmètre de ses fonctions» à l’Elysée et «son rôle dans le dispositif de sécurité du chef de l’État», mais aussi sur l’utilisation de ses passeports diplomatiques.

M. Benalla et M. Crase sont en outre soupçonnés d’avoir menti au sujet du contrat de sécurité privée pour le compte du Russie Iskander Makhmudov, alors que les révélations de Mediapart, peut-on lire dans la lettre, laissent supposer «l’implication de M. Alexandre Benalla dans la négociation dudit contrat alors que ce dernier était encore en fonction à l’Elysée».

Dans l’enregistrement sonore publié par le site d’information, les deux hommes évoquent les répercussions de leurs ennuis judiciaires sur la société de M. Crase, engagée dans un contrat de sécurité avec le milliardaire russe. Contrat qui fait aujourd’hui l’objet d’une enquête récente du parquet national financier. Le faux témoignage devant une commission d’enquête parlementaire est puni de cinq, voire sept ans d’emprisonnement, rappelle la Commission.

Tout aussi explosif pour Emmanuel Macron, les commissaires demandent au bureau du Sénat de saisir la justice pour vérifier «un certain nombre d’omissions, d’incohérences et de contradictions» relevées lors des auditions des plus hauts collaborateurs du chef de l’État.

Sont nommés le secrétaire général de l’Elysée Alexis Kohler et le chef de cabinet Patrick Strzoda, mais aussi le chef du groupe de sécurité de la présidence, le général Lionel Lavergne.

La décision finale de saisir ou non la justice reviendra au Bureau du Sénat.

D’une manière générale, la Commission pointe une série de «dysfonctionnements majeurs au sein des services de l’Etat» qui ont pu «affecter» la sécurité du président et «les intérêts» du pays, évoquant des «pouvoirs excessifs laissés à un collaborateur inexpérimenté» et un «sérieux manque de précaution dans la prévention des conflits d’intérêts de certains collaborateurs», en référence au contrat russe.

Elle plaide pour la fin des «collaborateurs officieux» au sein de la présidence de la République.

L’affaire Benalla et ses ramifications n’en finissent plus d’embarrasser l’Elysée depuis l’identification, le 18 juillet par le Monde, de ce proche collaborateur du président en train de molester des manifestants le 1er mai à Paris.

A l’Elysée, par ailleurs confronté depuis trois mois à la crise inédite des «gilets jaunes», un vaste mouvement de remaniement des équipes semble engagé.

La présidence a notamment déjà enregistré le départ de la «plume» Sylvain Fort et du conseiller spécial du président Ismaël Emelien. Le conseiller politique Stéphane Séjourné est parti diriger la campagne de La République en marche pour les européennes. Celui d’Alexis Kohler est régulièrement évoquée dans la presse. L’Elysée a par ailleurs recruté un directeur général des services, Jérôme Rivoisy.

Au plan politique, l’affaire a également entraîné l’abandon de la révision constitutionnelle, les oppositions exigeant une enquête parlementaire.

Une commission d’enquête de l’Assemblée, dominée par la majorité En Marche, a fait long feu au grand dam des oppositions.

Aurore Bergé, porte-parole de La République en marche, a estimé mercredi que la commission d’enquête du Sénat a «voulu faire de la politique» et crée un «précédent dangereux».

La ministre de la Justice Nicole Belloubet a elle estimé que la justice n’était pas «sous pression», contrairement à ce qu’avait affirmé l’avocate d’Alexandre Benalla.

12h02: "Le renouvellement du premier passeport diplomatique a été fait le 24 mai 2018 alors qu'il n'aurait du conserver aucun rôle en matière de déplacements internationaux" (Murielle Jourda)

11h48: "Ce qui est frappant dans cette affaire, c'est que dès lors qu'il est apparu que Monsieur Benallla disposait d'une protection, sans que cela ait été formalisé, tout s'est mis à dysfonctionner", déclare Jean-Pierre Sueur.

Et d'ajouter : "Contrairement à ce qui a été dit sous serment devant notre commission, une mission spécifique de coordination des services de sécurité du Président de la République lui a été confiée. Il l'a exercé seul sous contrôle du directeur de cabinet".

"Le permis de port d'armes lui a été attribué par la préfecture de police dans des conditions dérogatoires au droit commun. Il envisageait même, à défaut, un décret secret du Président de la République pour l'autoriser à porter une arme."

11h30: Ce qu'il faut retenir

La commission d’enquête sénatoriale sur l’affaire Benalla a demandé au Bureau du Sénat de saisir la justice pour «faux témoignage» de la part d’Alexandre Benalla et de Vincent Crase, tous deux en détention provisoire depuis mardi.

Dans une lettre adressée au président du Sénat Gérard Larcher, dont l’AFP a eu connaissance mercredi, la commission met également en cause le témoignage de trois hauts responsables à l’Elysée, Patrick Strzoda, Alexis Kohler et le général Lionel Lavergne, les soupçonnant d'«omissions, incohérences» et «contradictions».

«Tout témoignage mensonger devant une commission d’enquête parlementaire est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75.000 euros d’amende», rappellent dans leur lettre le président de la commission Philippe Bas et les deux corapporteurs, Jean-Pierre Sueur et Muriel Jourda.

Concernant M. Benalla, ancien chargé de mission à l’Elysée, ils estiment que «contrairement à ses affirmations, (il) assurait bien, dans les faits, une fonction de protection rapprochée du chef de l’Etat». Ils épinglent aussi ses déclarations sous serment sur ses passeports diplomatiques.

M. Benalla et Vincent Crase, ex-employé de LREM et ex-gendarme réserviste en fonction à la présidence de la République, sont aussi soupçonnés d’avoir menti sur le contrat de sécurité privé négocié avec un oligarque russe, Iskander Makhmudov.

Concernant Patrick Strzoda, directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, Alexis Kohler, secrétaire général de l’Elysée, et le général Lionel Lavergne, chef du Groupe de Sécurité de la Présidence de la République (GSPR), la commission estime avoir «bénéficié d’utiles informations» de leur part mais elle a «également mis au jour dans leurs déclarations un certain nombre d’omissions, d’incohérences et de contradictions», est-il indiqué dans la lettre.

Ces trois hauts responsables «ont retenu une part significative de la vérité à la commission», notamment «sur le périmètre de la mission de sécurité exercée par Alexandre Benalla», juge la commission, qui demande au Bureau du Sénat «de saisir le ministère public», qui pourra «procéder aux investigations qu’il jugera opportunes afin de déterminer s’il y a lieu de donner des suites judiciaires à ces déclarations».

11h21: La conférence de presse commence avec une déclaration de Philippe Bas

"Il n'y aurait pas eu d'Affaire Benalla si une sanction appropriée avait été prise dès le 2 mai 2018 : un licenciement du collaborateur de l'Elysée"

"Le rapport a duré près de sept mois (...) Leur rapport est rendu public. La commission des Lois en a débattu pendant près de trois heures".

"Il s'agissait pour nous de faire œuvre de vérité, de rendre l'Etat plus transparent, plus efficace, plus respectueux du droit et de permettre aux Français de se faire leur propre jugement"

"Le rapport sera transmis dès cet après-midi à l'Elysée (...) Notre deuxième objectif était de proposer des mesures afin d'éviter les dysfonctionnements constatés (...) Notre troisième objectif est de faire mieux respecter à l'avenir, les prérogatives de l'Etat"

"Nous ne pouvons pas laisser sans suite ce que nous considérons comme des faux témoignages"

La commission d'enquête du Sénat met en cause le témoignage de trois hauts responsables à l'Elysée. "Nous avons enquêté sur le fonctionnement de l'Etat et pas sur les agissements de Monsieur Benalla"

"La sécurité du président de la République a été affectée, de nombreuses erreurs ou anomalies ont été constatées, sanctions insuffisantes, justice tenue à l'écart (...) non-respect des règles de déontologie sur les conflits d'intérêt"

"J'ai décidé de demander au Président du Sénat que le bureau de notre assemblée délibère afin de saisir le Procureur de Paris pour faux témoignages de M.Benalla et pour les contradictions entre les premières déclarations des collaborateurs du Président."

La commission d'enquête demande la fin des "collaborateurs officieux" d'Emmanuel Macron

11h19: La commission d'enquête du Sénat demande des poursuites contre l'ancien conseiller de l'Elysée

11h02: La commission des Lois du Sénat dévoile dans les prochaines minutes son rapport d’enquête sur l’affaire Benalla.
La commission des lois s'est réunie ce matin, vers 8 heures à huis clos, sous la présidence de Philippe Bas, pour prendre connaissance du rapport de Jean-Pierre Sueur et de Muriel Jourda.

10h30: Le premier visé est Alexandre Benalla lui-même. Sans attendre les conclusions de la commission d’enquête, plusieurs sénateurs ont en effet déjà estimé que l’ancien chargé de mission de l’Elysée, avait menti lors de ses auditions.

«On a vu qu’il avait menti devant cette commission d’enquête (...), c’est un avis quand même assez largement partagé au sein de la commission», a assuré mercredi le sénateur LR François-Noël Buffet, vice-président des Lois, sur FranceInfo.

Selon lui, Benalla n’est pas le seul à avoir menti. «M. Crase par exemple a pu éventuellement dire des mensonges, peut-être d’autres par omission», a-t-il avancé.

François Grosdidier, autre sénateur LR membre de la commission des Lois, avait estimé mardi auprès de l’AFP que «le mensonge est caractérisé pénalement» pour M. Benalla.

Dernier volet, le rapport devrait formuler «13 propositions» pour permettre «l’amélioration des conditions» de la protection des chefs de l’Etat et hautes personnalités.

10h12: Selon ces sources, Philippe Bas et les rapporteurs devraient également soumettre à ses membres une lettre adressée au président du Sénat Gérard Larcher, tirant «les conséquences éventuelles» en termes judiciaires.

Les déclarations antérieures du président Bas comme des rapporteurs ne laissent cependant guère place au doute. Le rapport ne pourra qu’être «sévère» sur les dysfonctionnements des services de l’Etat dans cette affaire.

Les personnes auditionnées par la commission d’enquête depuis fin juillet - plus d’une vingtaine - ont en effet prêté serment et sont donc passibles de cinq ans de prison et 75.000 euros d’amende en cas de faux témoignage.

La décision finale de saisir ou non la justice reviendra au Bureau du Sénat.

10h00: Invraisemblances, incohérences, contradictions, mensonges: la commission des Lois du Sénat dévoile mercredi son rapport d’enquête sur l’affaire Benalla, du nom de l’ex-chargé de mission de l’Elysée soupçonné d’avoir menti sous serment, ce qui pourrait l’exposer à de nouvelles poursuites judiciaires.

Alexandre Benalla a été placé mardi soir pour ne pas avoir respecté son contrôle judiciaire dans l’enquête sur les violences du 1er mai 2018 à Paris qui lui a valu d’être mise en examen.

Au Sénat, à majorité d’opposition, la commission des Lois s’est réunie un peu après 08H00 à huis clos, sous la présidence de Philippe Bas (LR), pour prendre connaissance du rapport de Jean-Pierre Sueur (PS) et Muriel Jourda (LR).

Les conclusions doivent être soumises à ses membres en fin de réunion. Elles seront ensuite rendues publiques au cours d’une conférence de presse, prévue à 11H00, ont indiqué à l’AFP des sources proches de la commission.

>

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de BILOU T
21/février/2019 - 10h07

JP Sueur, co rapporteur de la commission d'enquête du Sénat dit avoir subi les pressions de 4 ministres, Griveaux, porte parole du gouvernement dit que le rapport des sénateurs comporte beaucoup de contre vérités (mensonges) les sénateurs auraient menti ?, cela commence à faire beaucoup pour celui que Castaner qualifiait de "cornecul".

Portrait de BILOU T
20/février/2019 - 19h09

Les macronistes disent depuis le début que c'est pas une affaire d'état, il avait dit que c'était "une tempête dans un verre d'eau", sans parler de toutes les déclarations de ses sbires, la justice commence à faire son travail, ira t"elle jusqu'au bout ?

Portrait de Jse
20/février/2019 - 18h38

Plus d'une vingtaine a prêté serment !!!!  

Non !!! ils n'ont pas tous menti  !!!! je n'y crois pas !!!!!!

Portrait de mestoutou
20/février/2019 - 18h17

Il faudra que monsieur griveaux nous cite les contrevérités du rapport sénatorial !

Il faudrait plutôt que ce monsieur se taise car les contrevérités viennes des individus papillonnant autour de benalla !!

Et pourquoi tous les responsables lrem deviennent très angoissés?????

Portrait de Trumpette
20/février/2019 - 17h56
Hexagone a écrit :

Les 1ers faits litigieux de Benalla datent du 1er mai exactement, on est fin février. .. on va arrondir vers le bas, sans compter février ... 9 mois de réflexion ! Super !

Le temps pour lui de cacher des preuves, de se mettre d'accord avec ses complices et de voyager à multiples reprises sans être nullement inquiété.

En effet elle est belle la justice lol

Ps : merci Mediapart qui a révélé l'entente cordiale entre Benalla et Casse. Du parjure pur et dur devant une commission sénatoriale... il nous aura tout fait le mignon du Roi :)

Merci de me donner raison. Je n'aurai pas fait mieux. smiley

 

Portrait de bichon33
20/février/2019 - 17h41
Philou.2 a écrit :

moi c'était un mail " sur le bon coup " c'est flatteur en sois mais je n ai pas validé mon inscription :) 

Le coup de Jarnac? Le coup du moulin à vent?Le coup de fil à un ami?Le coup de Trafalgar??

la liste est longue ! Prudence!

Portrait de Hexagone
20/février/2019 - 17h39
Trumpette a écrit :

C'est bien, ça va faire taire les conspirationnistes de tout poil.

Tettinger dehors, Benalla dedans.

On peut dire que la justice est indépendante.

Hein messieurs les râleurs...... ;)

Les 1ers faits litigieux de Benalla datent du 1er mai exactement, on est fin février. .. on va arrondir vers le bas, sans compter février ... 9 mois de réflexion ! Super !

Le temps pour lui de cacher des preuves, de se mettre d'accord avec ses complices et de voyager à multiples reprises sans être nullement inquiété.

En effet elle est belle la justice lol

Ps : merci Mediapart qui a révélé l'entente cordiale entre Benalla et Casse. Du parjure pur et dur devant une commission sénatoriale... il nous aura tout fait le mignon du Roi smiley

Portrait de Hexagone
20/février/2019 - 17h34
Trumpette a écrit :

Je ne vais pas essayer de vous ennuyer davantage mais une question : vous parlez bien de responsables politiques (que vous traitez de con) et dont vous ne connaissez peu de chose finalement ? C'est ça ?

Je pense que, comme certains GJ, vous haïssez le pouvoir. Et vous aimeriez que la France soit à votre image.

Une seule chose me vient à l'esprit en lisant vos généralités : arrêtez de penser pour le bien de l'humanité smiley

Portrait de Philou.2
20/février/2019 - 17h24
bichon33 a écrit :

Il est toujours pénible d'être dans le doute .

J'ai reçu un mail il y un bon mois ,avec un lien me demandant de cliquer pour valider mon inscription sur "le bon coin" alors que je ne me suis pas inscrit du tout. Je n'ai pas cliqué mais je ne sais toujours pas d'où vient le mail ..tentative d'arnaque ou pas ..

moi c'était un mail " sur le bon coup " c'est flatteur en sois mais je n ai pas validé mon inscription smiley 

Portrait de bichon33
20/février/2019 - 15h46
Voltaire . a écrit :

Bichon 33 est THE bonne âme du blog  ,:D  qui m’avait éclairé sur l’origine d’un sondage et je l’en remercie encore ....

Il est toujours pénible d'être dans le doute .

J'ai reçu un mail il y un bon mois ,avec un lien me demandant de cliquer pour valider mon inscription sur "le bon coin" alors que je ne me suis pas inscrit du tout. Je n'ai pas cliqué mais je ne sais toujours pas d'où vient le mail ..tentative d'arnaque ou pas ..

Portrait de Voltaire .
20/février/2019 - 15h45
bichon33 a écrit :

 

Merci.

Oui surtout dans le cas précis. Alexandre le bienheureux s'est fourvoyé dans ses réponses mais bien sûr ,rien de volontaire.Sans doute ,un peu troublé par l'émotion....Car des émotions ,il en a eu le pauvret. Rien qu'un mariage annulé ,ça vous plombe son homme ,fou de passion amoureuse..

C’est certainement cela !smiley

j’ai bien sûr oublié dans ma liste  : Mytho  .....

Portrait de bichon33
20/février/2019 - 15h36
Voltaire . a écrit :

Blanc bonnet et bonnet blanc .... on peut y ajouter propos fallacieux , demi mensonges , fake , bobards , craques , boniments etc etc .... :bigsmile:

Griveaux doit trouver cela plus chic et moins passible de sanctions judiciaires pour propos injurieux ... et fallacieux !!!!! :-D

 

Merci.

Oui surtout dans le cas précis. Alexandre le bienheureux s'est fourvoyé dans ses réponses mais bien sûr ,rien de volontaire.Sans doute ,un peu troublé par l'émotion....Car des émotions ,il en a eu le pauvret. Rien qu'un mariage annulé ,ça vous plombe son homme ,fou de passion amoureuse..

Portrait de Voltaire .
20/février/2019 - 15h34

Bichon 33 est THE bonne âme du blog  ,smiley  qui m’avait éclairé sur l’origine d’un sondage et je l’en remercie encore ....

Portrait de bichon33
20/février/2019 - 15h30
Philou.2 a écrit :

 Le mensonge est l'énoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité. Il ne faut pas le confondre avec la contrevérité, qui désigne simplement une affirmation inexacte, sans préjuger du fait que son auteur le sache ou non. 

Oh ne me remercie pas ' va ! :)  

Merci . C'est un peu comme lorsque l'on distingue dopage et dopage à l'insu de son plein gré ..je parle dans le cas précis de Benala ..smiley

Portrait de Voltaire .
20/février/2019 - 15h18
bichon33 a écrit :

Pour ma gouverne ,j'ai la flemme d'appeler Google ..Quelle est la différence entre contre-vérité et mensonge??

Si une bonne âme peut m'éclairer.

Blanc bonnet et bonnet blanc .... on peut y ajouter propos fallacieux , demi mensonges , fake , bobards , craques , boniments etc etc .... smiley

Griveaux doit trouver cela plus chic et moins passible de sanctions judiciaires pour propos injurieux ... et fallacieux !!!!! smiley

Portrait de Trumpette
20/février/2019 - 15h17
MacTV a écrit :

Je dis tout haut ce que beaucoup de Français pensent tout bas... Et lorsque l'on n'aime pas, on n'aime pas ! Si un mec est con , il restera toute sa vie con !

Je ne vais pas essayer de vous ennuyer davantage mais une question : vous parlez bien de responsables politiques (que vous traitez de con) et dont vous ne connaissez peu de chose finalement ? C'est ça ?

Je pense que, comme certains GJ, vous haïssez le pouvoir. Et vous aimeriez que la France soit à votre image.

Portrait de Philou.2
20/février/2019 - 15h16
bichon33 a écrit :

Pour ma gouverne ,j'ai la flemme d'appeler Google ..Quelle est la différence entre contre-vérité et mensonge??

Si une bonne âme peut m'éclairer.

 Le mensonge est l'énoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité. Il ne faut pas le confondre avec la contrevérité, qui désigne simplement une affirmation inexacte, sans préjuger du fait que son auteur le sache ou non. 

Oh ne me remercie pas ' va ! smiley  

Portrait de MacTV
20/février/2019 - 15h05
Trumpette a écrit :

Mais quel message rempli de haine.

J'ai l'impression de vous avoir déjà lu mais sous un autre pseudo.

Vous aviez sûrement dû être radié de ce site.

Peut-être que je me trompe.....

Je dis tout haut ce que beaucoup de Français pensent tout bas... Et lorsque l'on n'aime pas, on n'aime pas ! Si un mec est con , il restera toute sa vie con !

Portrait de bichon33
20/février/2019 - 15h03

Pour ma gouverne ,j'ai la flemme d'appeler Google ..Quelle est la différence entre contre-vérité et mensonge??

Si une bonne âme peut m'éclairer.

Portrait de Voltaire .
20/février/2019 - 14h53

A la sortie du conseil des ministres Griveaux porte parole du gouvernement  visiblement  très agacé a dit ne pas pouvoir répondre car il n’avait pas eu le temps de lire ce rapport du Sénat . Alors comment se fait il qu’il y trouve sans l’avoir lu  plein de contre  Vérités ??? Contre vérités qu’il est d’ailleurs incapable de préciser 

On sait quelle va être La Défense de l’Elysée .... 

Portrait de Trumpette
20/février/2019 - 14h52
MacTV a écrit :

Il faut jeter en prison ce connard de Benjamin Grillé ! C'est un imposteur ! Il est complice, incompétent et menteur ! Castagnettes Casse-Couilles et Benjamin Porte-Couilles sont les Dupont/Dupond de la connerie et la honte de la politique française !

Mais quel message rempli de haine.

J'ai l'impression de vous avoir déjà lu mais sous un autre pseudo.

Vous aviez sûrement dû être radié de ce site.

Peut-être que je me trompe.....

Portrait de MacTV
20/février/2019 - 14h32

Il faut jeter en prison ce connard de Benjamin Grillé ! C'est un imposteur ! Il est complice, incompétent et menteur ! Castagnettes Casse-Couilles et Benjamin Porte-Couilles sont les Dupont/Dupond de la connerie et la honte de la politique française !

Portrait de Voltaire .
20/février/2019 - 14h22
C'ptain What a écrit :

Il est mal Benalla, il est très mal.

Il n’est pas bien Macron , il n’est pas bien !!!!  smiley

 

Portrait de Trumpette
20/février/2019 - 14h08

C'est bien, ça va faire taire les conspirationnistes de tout poil.

Tettinger dehors, Benalla dedans.

On peut dire que la justice est indépendante.

Hein messieurs les râleurs...... smiley

Portrait de gtt
20/février/2019 - 13h38

« S’ils veulent un responsable, il est devant vous, qu’ils viennent le chercher »« On ne peut pas être chef par beau temps et se soustraire lorsque le temps est difficile »

Emmanuel Macron Le 24 Juillet 2018.

Portrait de Philou.2
20/février/2019 - 13h32

Il est bien partie pour voir les beaux jours du printemps derrière les barreaux ? Il a pas mal de doss' contre lui et son ami ne pourra rien faire ! 

Portrait de Voltaire .
20/février/2019 - 13h00

Bravo à l’idependance du Sénat ! Preuve a mon humble avis de l’utilité d’avoir une 2 eme chambre en contre pouvoir ....

Les plus vus