17/02 09:32

Gilets Jaunes: Un journaliste de BFMTV a reçu "plusieurs coups de matraque de la part d'un policier" affirme un de ses confrères

Un journaliste reporter d'image (JRI) travaillant pour BFMTV a reçu "plusieurs coups de matraque de la part d'un policier" alors qu'il couvrait une manifestation de "gilets jaunes" ce samedi à Paris, a rapporté un de ses collègues de la chaîne d'info, témoin de la scène.

"Acte 14, esplanade des Invalides : alors que nous filmions, mon JRI a reçu plusieurs coups de matraque de la part d'un policier. Et ce, malgré nos cris +presse !+ et ma carte professionnelle en main. Violence gratuite inadmissible", a témoigné sur Twitter Raphaël Maillochon, reporter à BFMTV et BFM Paris.

Depuis le début du mouvement des "gilets jaunes" mi-novembre, des journalistes et photographes de nombreux médias ou freelance ont témoigné avoir été visés par des tirs de lanceurs de balles de défense, ou même avoir reçu des coups portés par les forces de l'ordre, alors qu'ils couvraient les manifestations.

D'autres avaient vu leur matériel de protection (casques...) confisqué, les mettant ainsi en danger dans l'exercice de leur travail. Après de nombreux heurts constatés lors de la manifestation du 8 décembre à Paris, les syndicats français de journalistes avaient annoncé avoir effectué un signalement de ces incidents auprès du Conseil de l'Europe et réclamé des explications "de la préfecture de police, du ministère de l'Intérieur, et du gouvernement, sur les consignes qui ont été données pour en arriver à cette situation".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de clal
18/février/2019 - 08h08 - depuis l'application mobile
Seaskua... a écrit :

Les journalistes ou ceux qui se désignent ainsi sans avoir de carte de presse, oublient qu'en manifestation, ils doivent impérativement porter des chasubles presse ou des brassards d'identification. Entre un type casqué, porteur d'un masque, en train de filmer avec une caméra et un journaliste casqué, porteur d'un masque, en train de filmer avec une caméra, il faudrait être Superman pour faire la différence. D'où l'obligation d'être clairement identifiés ! Ah oui, mais comme les journalistes ont peur d'être pris à partie par les manifestants, ils ne s'identifient plus. Dommage pour eux mais ils n'ont qu'à respecter les consignes.

@Seaskua... Donc, un type qui filme avec une caméra, identifié ou non presse peut selon vous être matraqué sans que ça vous problème, vous êtes complètement taré mon pauvre!

Portrait de BILOU T
18/février/2019 - 07h44

un appareil photo est parfois considéré comme une arme, alors dans le doute on tape d'abord et on vérifie ensuite, logique CRS.....

Portrait de B612
17/février/2019 - 20h43
Seaskua... a écrit :

Les journalistes ou ceux qui se désignent ainsi sans avoir de carte de presse, oublient qu'en manifestation, ils doivent impérativement porter des chasubles presse ou des brassards d'identification. Entre un type casqué, porteur d'un masque, en train de filmer avec une caméra et un journaliste casqué, porteur d'un masque, en train de filmer avec une caméra, il faudrait être Superman pour faire la différence. D'où l'obligation d'être clairement identifiés ! Ah oui, mais comme les journalistes ont peur d'être pris à partie par les manifestants, ils ne s'identifient plus. Dommage pour eux mais ils n'ont qu'à respecter les consignes.

Alors pourquoi les policiers ont continué à matraquer le caméraman alors qu'ils criaient qu'ils sont de la Presse, et que le journaliste leur montrait sa carte professionnelle ?

Portrait de Seaskua...
17/février/2019 - 20h15

Les journalistes ou ceux qui se désignent ainsi sans avoir de carte de presse, oublient qu'en manifestation, ils doivent impérativement porter des chasubles presse ou des brassards d'identification. Entre un type casqué, porteur d'un masque, en train de filmer avec une caméra et un journaliste casqué, porteur d'un masque, en train de filmer avec une caméra, il faudrait être Superman pour faire la différence. D'où l'obligation d'être clairement identifiés ! Ah oui, mais comme les journalistes ont peur d'être pris à partie par les manifestants, ils ne s'identifient plus. Dommage pour eux mais ils n'ont qu'à respecter les consignes.

Portrait de carino
17/février/2019 - 10h50

à noter aussi que remy busine de la chaine brut a aussi été pris à partie par les policiers .. .

Portrait de monette66
17/février/2019 - 10h47

CERTAINS JOURNALISTES SONT DES GJ CA SE VOIT TOUT LES JOURS A LA TV L’IMPARTIALITÉ N EXISTE PLUS  MALHEUREUSEMENT

 

 

Portrait de onebob
17/février/2019 - 10h02

de quoi tu te plainds le gouvernement dit que c est normal , c est pour calmer les mechants comme toi !!!

Les plus vus