10/02 10:01

Gilets Jaunes - Devant les caméras, un manifestant met un coup de pied dans la tête à un membre des forces de l'ordre ! Vidéo

Après presque trois mois de contestation, plus de 51.000 "gilets jaunes" ont manifesté en France pour leur acte 13, selon le ministère de l'Intérieur, une mobilisation en recul qui a été une nouvelle fois marquée par des incidents à Paris, où un manifestant a eu une main arrachée devant l'Assemblée nationale

. Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, contestés par les manifestants, 51.400 personnes au total se sont mobilisées dans l'hexagone, dont 4.000 à Paris.

Selon un bilan non définitif du "nombre jaune", un comptage fait par les "gilets jaunes" et publié sur une page Facebook, il y avait 111.010 manifestants en France samedi à 18H00. La mobilisation diminue globalement chaque samedi depuis mi-janvier, selon les chiffres de Beauvau: le 19 janvier, le nombre de "gilets jaunes" atteignait 84.000, ils étaient 69.000 le 26 janvier puis 58.600 le 2 février. Dans la capitale, des incidents ont éclaté à l'arrivée du cortège devant l'Assemblée nationale, où un manifestant âgé d'une trentaine d'années a eu une main arrachée. Selon la préfecture de police, il a eu "quatre doigts arrachés". La cause et les circonstances de la blessure restent incertaines.

Selon un témoin interrogé par l'AFP, il s'agit d'une "grenade de désencerclement", lancée par les forces de l'ordre et que le trentenaire a voulu repousser d'un "coup de main", alors que des manifestants tentaient d'enfoncer les palissades protégeant l'Assemblée.

Des incidents ont eu lieu sur le parcours de la manifestation, qui est arrivée vers 16H30 près de la Tour Eiffel, dans une ambiance tendue, et s'est terminée avant 20H00 après dispersion par les forces de l'ordre, qui restaient présentes, comme chaque samedi, sur les Champs-Elysées.

Du mobilier urbain et des distributeurs de banques ont été cassés, une dizaine de véhicules incendiée, principalement des voitures de luxe mais aussi une voiture de la mission antiterroriste militaire Sentinelle.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de BILOU T
11/février/2019 - 08h04

il a tapé dans la visière du casque, cela n'a pas eu l'air de poser des problèmes au CRS qui lui a couru après.... c'est pour cela qu'ils sont équipés comme des robocop.

Portrait de Tristan96
10/février/2019 - 19h22

Y'EN A MARRE DE CES PUTAINS DE GILETS JAUNES !!!!!

Portrait de C'est Mon Avis
10/février/2019 - 13h07

Ce n'est plus des gilets jaunes, ce sont des abrutis de casseurs avec un gilet jaune ! Bizarrement comme dit "bib" ci-dessous, c'est vrai que leur excuse sera "vous ne parlez que de la violence..." "c'est un cas à part"... et bien pour ceux qui sont blessés par des lanceurs de balles là aussi ils ne parlent que des cas isolés et pas de la majorité des forces de l'ordre qui font correctement leur boulot ! Il est temps que tout cela cesse et que les négociations commencent enfin ! Où sont les représentants des GJ qui nous ont été promis début décembre ? Rien n'est hiérarchisé ! Certains (Drouet, Nicolle,...) se disent incapables de représenter les GJ, mais appeler à la casse ne leur pose aucun problème ! C'est surtout que le mouvement leur échappe ! "Le quartier lapin" disait Coluche, c'est exactement ça : chacun parle pour sa paroisse. On ne peut pas régler tous les cas individuels ! Allez, bon dimanche !

Portrait de Jpmf-85
10/février/2019 - 12h31 - depuis l'application mobile
bib a écrit :

les gilets jaunes interviewés diront : "vous ne parlez que de la violence, pas du mouvement" puis "ce gilet jaune ne représente que lui-même" puis "c'est un black box".

Sans compter le boxeur qui met 3 jours à s'excuser puis 15 à dire qu'il avait vu le policier faire acte de violence auparavant, pour expliquer son geste. Jet de l'éponge :bigsmile:

C’est honteux et minable

Portrait de Jpmf-85
10/février/2019 - 12h31 - depuis l'application mobile
bib a écrit :

les gilets jaunes interviewés diront : "vous ne parlez que de la violence, pas du mouvement" puis "ce gilet jaune ne représente que lui-même" puis "c'est un black box".

Sans compter le boxeur qui met 3 jours à s'excuser puis 15 à dire qu'il avait vu le policier faire acte de violence auparavant, pour expliquer son geste. Jet de l'éponge :bigsmile:

C’est honteux et minable

Portrait de bib
10/février/2019 - 11h01

les gilets jaunes interviewés diront : "vous ne parlez que de la violence, pas du mouvement" puis "ce gilet jaune ne représente que lui-même" puis "c'est un black box".

Sans compter le boxeur qui met 3 jours à s'excuser puis 15 à dire qu'il avait vu le policier faire acte de violence auparavant, pour expliquer son geste. Jet de l'éponge smiley

Portrait de Voltaire .
10/février/2019 - 10h52

Celui là aussi au  gnoufff en espérant  qu’il serve de punching-ball aux matons ! 

Portrait de tutur76
10/février/2019 - 10h25

A quand l'armée 

Faites les payer il n'y a que cela qui marque et si pas de pognon et bien on prend sur les prestations sociales

CASTANER montrez vous plus ferme

Portrait de Wouhpinaise
10/février/2019 - 10h21

Violence gratuite ! Et en plus il fuit comme une fillette. Poltron !

Portrait de Miko
10/février/2019 - 10h16

Bim smiley

Portrait de jarod.26
10/février/2019 - 10h12
regardez moi ce sauvage oO