06/01 13:49

EN DIRECT - Au lendemain de l'acte VIII, des femmes "Gilets jaunes" manifestent à Paris et dans plusieurs villes françaises - VIDEO

13h46: Le point à la mi-journée

Plusieurs centaines de femmes «gilets jaunes» se sont rassemblées dimanche matin à Paris, sur la place de la Bastille, afin de donner une image «inédite» du mouvement, au lendemain de manifestations marquées par de nouvelles violences.

Réunies à 11H00 sur les marches de l’Opéra Bastille, ces femmes ont chanté la Marseillaise, des ballons jaunes à la main. Elles ont ensuite encerclé la place, perturbant la circulation, avant de se diriger vers la place de la République.

«En faisant cette première manifestation de femmes, on voulait avoir un autre canal de communication que la violence, car tout ce qui émerge du mouvement dans les médias ce sont les actes de violence et on oublie le fond du problème», a déclaré à l’AFP Karen, une infirmière de 42 ans venue de Marseille, une des fondatrices du groupe Facebook «Femmes gilets jaunes».

«Cette manifestation n’est pas féministe mais destinée à donner une image inédite au mouvement», a-t-elle ajouté.

En Saône-et-Loire, à Montceau-les-Mines, une centaine de femmes «gilets jaunes» ont elles aussi défilé dimanche matin. Parmi les manifestantes, une dame âgée, avec une pancarte sur laquelle était écrit «Pour la France de nos enfants» et une jeune femme poussant une poussette avec l’inscription: «Je suis une fille et je ne veux pas d’enfant dans ce monde-là».

Près de 50.000 personnes ont manifesté samedi à travers la France pour «l’acte VIII» de la mobilisation des «gilets jaunes», qui a parfois viré à l’affrontement avec les forces de l’ordre.

12h58: Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a appelé dimanche les Français à se rassembler et à réclamer la fin des violences lors des manifestations des «gilets jaunes», au lendemain d’une journée de mobilisation marquée par de nouveaux heurts.

«Je souhaite que tous ceux qui croient à la démocratie, à la représentation souveraine du peuple français se rassemblent et disent +ça suffit+», a déclaré M. Le Maire, invité de l’émission «Le Grand Rendez-Vous» sur Europe 1, organisée avec CNews et Les Echos.

Le ministre de l’Economie a ainsi demandé aux Français de refuser la «violence» qui a assombri la dernière manifestation des «gilets jaunes» ainsi que «ceux qui cautionnent cette violence».

Parmi les incidents ayant émaillé la journée, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a dû être évacué de ses bureaux rue de Grenelle après une intrusion de «gilets jaunes».

«Ce n’est pas un hasard» si les violences «touchent les abords de l’Assemblée nationale, un ministère, la presse», a poursuivi M. Le Maire, «elles s’attaquent à la démocratie».

«Il y a aujourd’hui des forces qui veulent mettre à bas la démocratie», a-t-il également affirmé, soulignant que ces forces «s’arrogent le peuple français» alors qu’elles «sont une minorité».

«Il faut écouter les minorités mais en fin de compte, en démocratie, c’est la majorité qui décide», a-t-il ajouté.

12h03: Les manifestantes regroupées place de la Bastille depuis plusieurs minutes ont quitté l'endroit pour rejoindre un des boulevards.

12h00: Au lendemain de la mobilisation nationale lors de l'Acte VIII, des femmes "gilets jaunes" sont mobilisées pour de nombreux rassemblements en France. "Ce n'est pas une lutte féministe mais féminine", indiquent-elles sur Facebook.

10h10: Sur le plan comptable, les «gilets jaunes» ont réussi leur pari en mobilisant bien plus que les 32.000 manifestants du 29 décembre, même si le ministre de l’Intérieur a assuré que ce mouvement n’était «pas représentatif de la France».

Christophe Castaner a également insisté sur la «détermination» du gouvernement face à cette contestation qui fait vaciller l’exécutif depuis un mois et demi.

10h00: Près de 50.000 personnes ont manifesté samedi à travers la France pour «l’acte VIII» de la mobilisation des «gilets jaunes» qui a parfois viré à l’affrontement avec les forces de l’ordre, suscitant l’indignation du chef de l’Etat.

«Une fois encore, une extrême violence est venue attaquer la République - ses gardiens, ses représentants, ses symboles (...). Chacun doit se ressaisir pour faire advenir le débat et le dialogue», a réagi Emmanuel Macron sur Twitter.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Chris33
6/janvier/2019 - 21h48
La République.c'est.moi a écrit :

Faux 

Puisque vous aimez bien la comptabilité visiblement, je vous rappelle que en cas de candidature d'une liste GJ, ils n'auraientt pas plus de 8% des voix.

Ne confondez pas tout. 

c'est quoi le principe d'une élection ? 

faire gagner celui qui à le plus de soutien financier et médiatique  ? 

faire croire à la population qu'elle est en démocratie  ? 

en attendant la république en marche ou crève, est entrée à l'Elysée avec 15% des voix et non pas 24 comme le dit la propagande qui oublie les non-inscrits, les abstentionnistes, les votes blancs et nuls, cela est un fait, et non un sondage issu du pouvoir monarchique en place qui, s'il compte aussi bien les gilets jaunes que les intentions de vote, à une crédibilité proche du néant.

Portrait de Chris33
6/janvier/2019 - 21h38

c'est moins mis en avant par JMM cette news... pas assez de flammes et de violence, sans doute pour ça...

Portrait de Hexagone
6/janvier/2019 - 14h29

Vont ils encore oser dire que ce sont des irréductibles, des radicaux et autres propos dénigrants !

Bravo Mesdames !

Portrait de jarod.26
6/janvier/2019 - 14h22
et après ça sera quoi les filles et les fils des minions oO
Portrait de waidy
6/janvier/2019 - 12h24 - depuis l'application mobile

Allez les filles ❤️❤️❤️