09/07/2018 10:00

Les livreurs à vélo de Dilveroo, Uber Eats, Foodora sont en grève toute la semaine pour protester contre leurs conditions de travail

Cette semaine, les livreurs à vélo des plateformes Deliveroo, Foodora ou encore Uber Eat sont appelés à la grève.  Ils dénoncent une dégradation de leurs conditions de travail. Certains estiment qu'ils sont ce que l'uberisation a fait de pire car les livreurs travaillent sous le statut d'auto-entrepreneur : ils n'ont donc aucun salaire garanti.

Leurs journées durent également entre 9 et 10 heures mais ne rapportent qu'entre 50 à 60 euros de chiffre d'affaires.

A l'initiative de ce mouvement, des "travailleurs des plateformes" Uber Eats, Deliveroo, Stuart, Glovo et Foodora appellent aussi tous les clients à "ne pas commander la semaine du 8 au 15 juillet". "Il est désormais indispensable de renverser le rapport de force", souligne sur Twitter le CLAP, collectif des livreurs parisiens, en rappelant qu'il s'agit de "l'une des semaines les plus rentables pour les plateformes".

Les initiateurs de la mobilisation réclament "une tarification minimum horaire garantie" par leur contrat, "la prise en compte de la pénibilité de travail via différents bonus (pluie, week-end, nuit...)", ainsi que des "plages de travail et une activité" garanties.

"En effet, depuis plusieurs mois, nous avons vu nos rémunérations diminuer et les distances de livraison augmenter", écrivent-ils.

"L'attribution de commandes" ou de "places sur le planning" est, selon eux, "de plus en plus incertaine" du fait du recrutement de nouveaux livreurs.

Ailleurs sur le web

Vos réactions