02/02/2018 10:46

Morandini Zap: Des vétérinaires tentent de sauver un chat touché par des dizaines de coups de fusil par un tireur acharné !

Hier soir dans "Véto de choc" sur W9, direction un cabinet vétérinaire qui a dû opérer en grande urgence un chat sur lequel on avait tiré des dizaines de coups de fusil à plomb. Les billes de plomb qui ont touché l'animal sont minuscules, quelques millimètres. Elles peuvent pourtant faire des ravages.

La propriétaire, dévastée, n'a pas compris ce qu'il s'est passé et a vu revenir son chat dans un état lamentable... "Ma voisine a entendu trois coups de carabine", a-t-elle expliqué après avoir confié que son chat était parti dehors pour vaquer à ses occupations. Malgré tout, le chat est un miraculé, le cerveau n'ayant pas été atteint.

.

Regardez

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de voldemor62
2/février/2018 - 15h48

ce type est un lâche complètement

débile malheureusement il ne risque

quasiment rien penalement

 

Portrait de LaRésistante.
2/février/2018 - 15h39
.legay a écrit :

"Le chat est une espèce protégée"...

 

C'est "mignon", mais malheureusement complétement faux !

 

Bien évidemment, la personne qui a tiré sur le chat est une ordure !!

J'ai moi meme un chat, j'adore les chats, mais meme si il est très difficile de les empêcher de se promener, les chats sont aussi soumis aux lois existantes en France, et il est "théoriquement" !!! interdit de les laisser divaguer.

 

Bonne lecture ;)

 

Un animal est considéré comme errant ou en état de divagation dès lors qu’il est trouvé sans gardien sur le terrain d’autrui ou sur la voie publique.



Plus précisément, est considéré comme en état de divagation tout chat non identifié trouvé à plus de deux cents mètres des habitations ou tout chat trouvé à plus de mille mètres du domicile de son maître et qui n’est pas sous la surveillance immédiate de celui-ci, ainsi que tout chat dont le propriétaire n’est pas connu et qui est saisi sur la voie publique ou sur la propriété d’autrui.



La divagation sur la voie publique est évoquée à l'article R.412- 44 du code la route. La sanction pénale après constatation par le Maire ou la Gendarmerie est constituée par autant de contraventions de la 2e classe (150 €) qu’il y a d’animaux en divagation. En cas de condamnation, le juge peut également retirer le ou les animaux en cause de façon définitive (art. R .622-2 du Code pénal). L’article R.214-18 du code rural sanctionne par une contravention de la 4e classe (750 € par animal) la divagation des animaux lorsqu’elle est de nature à leur faire courir un risque d’accident.



La divagation fréquente sur la voie publique peut être requalifiée par le Procureur de la République en mise en danger délibérée de la personne  d’autrui ou accident provoqué par des animaux (art.121-3 du Code pénal). En effet, cette divagation risque de provoquer un accident de la route. Si la divagation a causé des dommages dans les domaines privés, le responsable des animaux doit réparer les dommages (art.1382 du Code civil).



Dans tous les cas de divagation sur la voie publique ou dans les domaines privés (art.L.211-11 et L.211-20 du code rural), les animaux peuvent être conduits dans un lieu de dépôt désigné par le Maire de la commune (art.L.211-1 du code rural) . Le propriétaire ou le gardien de ces animaux doit reconnaître les animaux, payer les frais de capture, de transport, de pension et réparer les dommages s’il y a lieu. Ensuite, il peut les reprendre, et ceci dans les 8 jours après le placement. Dans le cas contraire, le maire peut saisir le juge de l’ordre judiciaire qui peut ordonner la vente des animaux.

Les chats harets font de gros dégâts chez les oiseaux.

Portrait de Sd03200
2/février/2018 - 10h54

Qu'on aime pas les chats OK. Mais de la a lui tirer dessus.