07/07/2017 07:19

Les groupes Le Monde et Le Figaro ont annoncé qu'ils allaient commercialiser leurs espaces de publicité numérique

Les groupes Le Monde et Le Figaro ont annoncé qu'ils allaient commercialiser leurs espaces de publicité numérique dans le cadre d'une alliance inédite, appelée Skyline, conçue pour résister aux Gafa, les géants d'internet comme Google et Facebook. Les deux concurrents historiques dévoilent cette alliance deux jours après l'annonce par le groupe SFR et une centaine de médias français de la création d'une grande plateforme, Gravity, qui va centraliser les données de leurs utilisateurs et la vente de leurs espaces publicitaires numériques pour, là aussi, résister aux géants américains qui récupèrent une part immense des revenus en forte croissance de la publicité en ligne.

Le Monde et le Figaro ont refusé de s'intégrer à Gravity et vont commercialiser des offres conjointes dans leur "guichet unique" Skyline, ont précisé leurs directeurs généraux au cours d'une conférence de presse. Les 20 médias gérés par leurs deux régies touchent chaque mois 35 millions de Français, contre 44 millions pour Google, 40 millions pour Facebook et 36 millions pour Microsoft. "Nos régies vont vendre les mêmes produits sur une même base technologique, dans les mêmes environnements, avec le même format", a souligné Marc Feuillée, directeur général du groupe Le Figaro, propriété de Serge Dassault. Cette alliance déployée à partir du mois de septembre doit être, selon lui, "un signal pour le marché publicitaire", montrant qu'il y a dans les médias "des alternatives puissantes pour la publicité premium" aux Gafa.

Le Monde et Le Figaro "sont deux marques très haut de gamme, avec des valeurs communes, qui ont réussi leur transformation digitale et qui ont décidé de s'allier", a ajouté Louis Dreyfus, directeur général du groupe Le Monde, propriété du trio Bergé-Niel-Pigasse. Le groupe Le Monde a confirmé son retour aux bénéfices en 2016 après plusieurs années dans le rouge tandis que le groupe Le Figaro a affiché un bond de 42% de son résultat d'exploitation.

Si cette alliance doit offrir plus de "transparence" et de "simplicité" aux annonceurs, chaque régie continuera à vendre aussi ses propres offres et les deux médias restent concurrents dans l'information, affirment leurs directeurs.

Ailleurs sur le web

Vos réactions