01/06/2016 18:01

L'Union Européenne met en garde contre l'interdiction d'Uber ou d'Airbnb

Les services liés à l'"économie de partage" comme le site de location saisonnière Airbnb ou de voiturage Uber ne doivent pas être interdits dans l'Union européenne sauf en dernier recours, rappelle la Commission européenne dans ses dernières instructions dont Reuters a pu prendre connaissance.

S'il doit y avoir restriction de ces nouveaux services sur internet, il faut qu'elle soit justifiée et tienne compte de l'intérêt public, lit-on dans ce document.

"L'interdiction totale d'une activité constitue une mesure de dernier recours qui ne doit être appliquée que dans les cas où aucune autre mesure moins restrictive pour parvenir à l'intérêt public ne peut être utilisée", rappelle la Commission.

Dans le cas des sites de location d'appartements comme Airbnb, la Commission estime que l'interdiction des locations de courte durée "semble difficile à justifier" et estime qu'il serait plus approprié d'instaurer une limite au nombre de jours maximum où les appartements peuvent être loués.

Uber et Airbnb sont parfois interdits ou très encadrés dans certaines villes où ils sont accusés de concurrence déloyale par les compagnies de taxis et les hôtels.


Un chauffeur de VTC se plaint d'Uber et se... par morandini

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Nono75
2/juin/2016 - 07h01
pamphletaire a écrit :

en Amérique ils inventent

en chine ils copient

 

 

et en France , nous, on règlemente ..... serait on un pays de loosers?.

Je t'invite a googler Airbnb New York, Berlin ou Barcelone et on en rediscute ok ?

Portrait de michelle48
2/juin/2016 - 00h59
Jejedu69 a écrit :
En France on arrête le progrès !!!

Cette remarque n'a pas de sens, ce "France bashing" est ridicule.

Les difficultés légales d'Uber or Airnbnb concernent le monde entier, pas seulement la France.

Uber et Airbnb sont confrontés à des problèmes législatifs bien plus importants à l'étranger qu'en France, même en Californie d'où elles sont originaires.

Le progrès est utile que lorsqu'il améliore la condition Humaine, par lorsqu'il précarise la société comme c'est le cas actuellemnt avec ces plateformes.

L'économie de partage doit en effet être mieux encadrée, notemment pour Airbnb qui profite au final des abus de propriétaires peux scrupuleux.

 Considérer Uber comme un acteur de l'économie de partage est une erreur bien trop présente dans les média. Uber ne partage rien du tout mais profite et abuse seulement des chauffeurs qui sont prêts à prendre des risques et investir pour cette entreprise, à sa place. Uber méprise totalement ses chauffeurs, sont but ultime est de les remplacer. Uber est beaucoup moins "cool" que ce qu'elle laisse voir, par ses pratiques et ses objectifs.

Portrait de mastercons
1/juin/2016 - 18h25

uberison tout en commençant par les politique il faudrait une application qui permette a tout concitoyen de  de sieger aux senat ou parlement européen stop a l'aparatchisme.

Portrait de centre
1/juin/2016 - 18h08

Le problème avec ces nouveaux services est qu'ils nécessitent un environnement législatif adapté. Si certaines villes les autorisent tandis que d'autres les interdisent, c'est que ça ne doit pas être simple à trouver.