13/10/2015 16:36

Air France: Cinq salariés déférés devant le parquet de Bobigny pour "violences aggravées", selon le parquet

Les cinq salariés d'Air France en garde à vue depuis lundi dans l'enquête sur les violences du 5 octobre dernier ont été déférés mardi après-midi devant le parquet de Bobigny, a-t-on appris de source judiciaire.

Ils seront jugés en correctionnelle le 2 décembre prochain.

Leurs gardes à vue avaient été prolongées dans la matinée "afin de permettre la poursuite des investigations".

Une sixième garde à vue avait été levée lundi en début de soirée.

Le parquet de Bobigny a ouvert le 6 octobre dernier une enquête pour dégradations, entrave au fonctionnement du comité central d'entreprise (CCE) et violences en réunion.

Le directeur des ressources humaines d'Air France, Xavier Broseta, et un responsable de l'activité long-courrier, Pierre Plissonnier, avaient été pris à partie le 5 octobre par des salariés lors de la réunion du CCE, après l'annonce de 2.900 suppressions de postes dans le cadre d'un "plan B" consécutif à l'échec des négociations avec les personnels navigants.

Trois autres cadres d'Air France avaient été molestés et deux vigiles blessés.

L'interpellation des salariés soupçonnés d'être les auteurs des violences, tôt lundi matin à leur domicile, a été vivement critiquée par plusieurs syndicats et hommes politiques de la gauche de la gauche.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de DADO
13/octobre/2015 - 23h04 - depuis l'application mobile

Je comprend que leurs situation est dur mais je ne comprend pas leur violence car sinon c'est l'anarchie . Moi aussi je trouve que paquet de pâte est trop cher c'est pas pour autant que je vais aller défoncer mon épicier

Portrait de Lélia C
13/octobre/2015 - 17h05

Ces salariés devraient être renvoyés pour faute professionnelle grave.