22/06/2015 10:26

Journaliste d’Al-Jazeera arrêté à Berlin: La demande d’extradition de l’Egypte examinée aujourd'hui

La justice allemande doit décider lundi du sort d’un journaliste vedette de la chaîne satellitaire du Qatar Al-Jazeera, Ahmed Mansour, arrêté à l’aéroport de Berlin à la demande des autorités égyptiennes et qui pourrait être extradé.

Cette arrestation questionne les liens de l’Allemagne avec le régime égyptien du président Abdel Fattah al-Sissi et contrarie le léger dégel des relations entre le Qatar et l’Egypte.

Al-Jazeera reste perçue par Le Caire comme un émissaire de Doha, favorable au parti d’opposition des Frères musulmans et à l’ancien président destitué par l’armée, Mohammed Morsi.

M. Mansour, journaliste d’origine égyptienne mais qui a également la nationalité britannique, «est en garde à vue», a déclaré à l’AFP un porte-parole du bureau du procureur général de Berlin.

Il a été arrêté samedi sur la base d’un mandat d’arrêt international émis par l’Egypte, qui l’accuse de plusieurs crimes.

«Le bureau du procureur de Berlin examine la demande d’assistance légale» de l’Egypte, a ajouté le porte-parole.

M. Mansour doit comparaître devant un juge lundi, qui pourra lancer la procédure d’extradition ou le libérer, selon un de ses avocats Fazli Altin.

Al-Jazeera a demandé samedi la libération de son journaliste, affirmant que M. Mansour «est un des journalistes les plus respectés du monde arabe».

L’influente chaîne satellitaire du Qatar a rappelé que le journaliste de 52 ans avait été condamné par contumace en 2014 par la justice égyptienne «à quinze ans de prison» pour avoir «torturé un avocat en 2011 sur la place Tahrir», épicentre de la révolution qui secouait alors l’Egypte.

«Ce dossier est factice», a affirmé M. Mansour, considéré comme proche des Frères musulmans, dans une vidéo diffusée par Al-Jazeera. Il a aussi expliqué être poursuivi pour viol, enlèvement et vol, des accusations «absurdes» selon lui.

Le journaliste a pressé Berlin de ne pas coopérer avec le «régime issu du coup d’Etat en Egypte». Selon lui, la police lui a expliqué que son arrestation était «due à un ordre allemand, pas à un ordre d’Interpol».

Interpol a confirmé à l’AFP que M. Mansour ne faisait pas l’objet d’une «notice rouge» - alerte signalant aux pays membres de l’organisation qu’un individu est recherché.

Ailleurs sur le web

Vos réactions