20/03/2015 18:01

Le livre numérique peine à convaincre les Français

Alors que le livre numérique prospère sur les marchés anglo-saxons, il peine à s'imposer en France, en raison d'une réglementation stricte des tarifs du livre et du bon réseau de librairies qui irrigue le territoire.

Près d'un Français sur cinq (18%) a déjà lu un livre numérique, selon le dernier Baromètre SOFIA/SNE/SGDL sur les usages du livre numérique. Un chiffre en progression mais qui reste faible compte tenu du fort taux d'équipement en tablettes, smartphones et liseuses.

Près d'un Français sur deux (49%) est équipé d'un smartphone en 2015, trois personnes sur dix disposent d'une tablette tactile (34%), et 3,4% des foyers disposent d'une liseuse, d'après une étude publiée en février par GfK.

Toutefois, l’e-book ne représentait en 2014 que 1,6% en valeur des ventes de détail de livres, loin derrière les États-Unis où il représente 27% des ventes, selon le Syndicat national de l'édition (SNE).

Aux États-Unis comme en Grande-Bretagne, "le prix est libre et donc les livres sont moins chers car les revendeurs ont la possibilité de faire du dumping sur les tarifs", explique Mathieu Raynaud, responsable de la distribution numérique chez Volumen (groupe La Martinière).

De plus, "en France quand on veut un livre, même si on habite en province on peut accéder à une librairie. Aux États-Unis ce n'est pas du tout le cas, du coup, le fait de pouvoir accéder à la lecture par un appareil numérique répond vraiment au besoin d'immédiateté", ajoute-t-il.

En France, la loi de 1981 sur le prix unique du livre a en effet permis de préserver un bon réseau de librairies, mais ne permet pas aux livres numérique de jouer sur les tarifs.

Pour soutenir la branche numérique de l'édition, Paris, Berlin, Varsovie et Rome ont demandé jeudi dans une déclaration conjointe à la Commission européenne d'agir "sans délai" afin d'appliquer des taux de TVA réduits pour tous les livres, y compris numériques.

La Cour de justice de l'UE avait en effet jugé le 5 mars que la France ne pourrait pas continuer d'appliquer un taux de TVA réduit de 5,5% sur les livres numériques, comme pour le papier, et devrait donc appliquer le taux de TVA normal de 20%.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de ajc21
21/mars/2015 - 12h05

Perso j'ai un Pocket Book et je suis super contente mais ça ne m’empêche pas de lire des "vrais" livres aussi. Mais l’avantage de la liseuse c'est que j'ai plusieurs livres sur un support, que je peux lire quelque soit la luminosité grâce au rétro éclairage, et je me suis aperçue que je lisais beaucoup plus longtemps sans me fatiguer les yeux car je peux choisir la taille des caractères qui me convient le mieux. Autre truc super pratique le dictionnaire, pour chercher un mot que je ne connais pas, juste a le toucher pour accéder au dico, et pour ceux qui aiment lire en VO il y a aussi des dictionnaires de traduction.  Et j'oubliais une consommation faible meme avec rétro éclairage activé

Portrait de tallis
21/mars/2015 - 09h37

Je lis beaucoup mais je prends les livres en médiathèque, ce qui coûte beaucoup moins cher. Alors, le numérique n'est pas encore pour moi.

Portrait de bozo972
20/mars/2015 - 21h14

Le livre numérique a pourtant beaucoup d’atouts, on peut d’ailleurs y trouver quelques raretés à moindre frais. Pour les livres censurés, interdits à la vente il y a les warez. La plupart de mes livres récents sont des ebooks, trop pressé pour attendre la version papier via commande, j’achète la version numérique (sur amazon), lisible immédiatement. Pratique donc. De plus c’est discret, avec un liseuse ( la mienne une kindle), impossible que l’on sache ce que vous lisez, surtout en y ajoutant un mot de passe.

Portrait de JoaKim
20/mars/2015 - 19h37
valenciennois a écrit :

Le virtuel ne coûte rien à produire.
Donc la marge est énorme par rapport à un livre de poche par exemple qu'il faut imprimer.

Imprimer, stocker, distribuer..... toute les choses qui ne coute plus rien en numérique.

Portrait de dodomhs70
20/mars/2015 - 18h24

Cela ne décollera pas tant qu'un livre sorti en poche sera moins cher que la version numérique. Les gros éditeurs se foutent bien du client ! smiley

La liseuse est par contre un bon moyen pour élargir ses lectures, beaucoup de petits auteurs y sont bien moins cher que la version papier. Entre le catalogue du domaine publique gratuit, les petits auteurs  qui sont a 0.99 / 4 euros ont peut trouver son bonheur. Mais on oublie stephen king, marc levy , musso , trop cher.