16/03/2015 14:21

Plusieurs syndicats de Radio France déposent un préavis de grève illimité contre un éventuel plan social

Plusieurs syndicats de Radio France ont déposé pour jeudi un quadruple préavis de grève, cette fois illimité: il s'agit du troisième appel à la grève en un mois contre un éventuel plan social et des mesures d'économies.
Les salariés sont appelés à se mobiliser à un mois environ de la conclusion avec l'Etat d'un nouveau COM (contrat d'objectifs et de moyens) où Radio France cherche 50 millions d'économies et le moyen de compenser le déficit de 21,3 millions d'euros prévu cette année, soulignent les syndicats.
Deux grèves de 24 heures ont déjà été organisées ces dernières semaines, les 11 février et 12 mars, mais les syndicats sont divisés : le préavis pour jeudi 19 mars, comme celui du 11 février, a été signé par 5 syndicats (CFDT, CGT, SNFORT, SUD, Unsa) mais pas par le SNJ ni FO, alors que celui du 12 mars, signé par le SNJ et la CFDT, n'a été suivi ni par la CGT ni par SUD.
"Avec cet appel à une grève illimitée, nous passons à la vitesse supérieure", a expliqué le délégué CFDT Jean-Eric Ziolowski. 
Les syndicats ont déposé quatre préavis, comportant une revendication récurrente contre une réduction de la masse salariale ainsi que des revendications sectorielles (arrêt des externalisations d'activité, maintien des orchestres au sein du groupe, maintien des effectifs dans les stations de France Bleu..).  
"Le président de Radio France Mathieu Gallet doit faire des choix structurants, et ne nous les dit pas. Ne pas savoir crée un climat anxiogène", a expliqué le délégué CFDT. 
"Le COM est repoussé de semaine en semaine. Nous attendons aussi dans une semaine ou deux un rapport de la Cour des Comptes, qui dénoncera une mauvaise gestion à Radio France, en particulier le coût des travaux (à la Maison de la Radio)", a-t-il ajouté.
"Nous craignons des suppressions d'effectifs de 300 à 400 emplois sur 4.619 actuellement", a précisé la déléguée SNJ Valeria Emanuele.
"Pour l'instant, l'Etat dit non à toutes les options pour éviter le déficit, que ce soit l'élargissement de la redevance aux autres écrans, l'ouverture du cahier des charges publicitaires" permettant à Radio France d'accepter de nouveaux annonceurs, "le rattachement de l'Orchestre national de France au Théâtre des Champs-Elysées ou l'arrêt de la diffusion en ondes courtes et moyennes, ce qui économiserait 12 millions d'euros", a-t-elle souligné -- des pistes toutes évoquées par le président de Radio France le mois dernier. 
"Ne reste que la piste du plan social", s'est-elle inquiétée.
Le président du groupe n'était pas joignable lundi matin pour commenter ce mouvement de grève.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Routier-69
16/mars/2015 - 23h33 - depuis l'application mobile

Ben tiens ! Service public = Grève...
Avec nos impôts...
Normal !!