10/01/2015 11:03

Le slogan #JeSuisCharlie a été utilisé dans plus de 5 millions de tweets dans le monde

Le slogan #JeSuisCharlie, qui s'est répandu sur les réseaux sociaux en signe de soutien aux victimes de l'attentat meurtrier contre Charlie Hebdo mercredi, a été utilisé dans plus de 5 millions de tweets dans le monde, a annoncé Twitter France.

Cet élan, inédit autour d'un seul hashtag concernant l'actualité française, a atteint vendredi à 17H00 heure américaine (22H00 GMT) la barre des 5.044.740 tweets, avec un pic à 6.300 tweets par minute comportant ce mot-clé.

La barre symbolique des 5 millions de tweets a été franchie peu après la mort des deux auteurs de la tuerie de Charlie Hebdo, les frères Chérif et Saïd Kouachi, et celle d'Amedy Coulibaly, qui s'était retranché vendredi matin avec des otages dans un supermarché casher de la banlieue parisienne.

Les deux premiers ont été tués lors d'un raid du GIGN dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne) tandis que le troisième, qui serait également l'auteur du meurtre d'une policière à Montrouge (Hauts-de-Seine) jeudi a été tué lors d'une opération du Raid.

Quatre des otages du supermarché sont également morts.

Mercredi après-midi déjà, les 10 mots-clés les plus mentionnés par les internautes français étaient tous liés à l'attentat contre Charlie Hebdo, qui a entraîné une vague d'émotion et d'indignation à travers le monde.

Les hashtags #JeSuisAhmed et #JeSuisPolicier, en hommage aux deux policiers tués lors de l'attaque, étaient également très populaires, bien que nettement moins présents.

Si le hashtag #JeSuisCharlie n'a pas fini d'être utilisé par les internautes, il est toutefois loin d'atteindre les 18.136.006 millions de tweets qu'avait généré le mot-clé #Ferguson, de loin le plus utilisé en 2014, en référence à la ville du Missouri (centre des Etats-Unis), où un jeune Américain noir a été tué par un policier blanc début août.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Thom1979
11/janvier/2015 - 00h58
patriote4545 a écrit :

et combien ne sont pas charlie ,journalistes gauchistes de merde

Donc pour toi les gens qui soutiennent la liberté d'expression, les proches des victimes et condamnent le terrorisme et la haine sont uniquement des gauchistes ? 

Portrait de Block
10/janvier/2015 - 11h28
Napre a écrit :

Elle, elle est vraiment à plaindre.

 

A la manif, autour d'elle, il y aura bien sûr des gens sincères, de braves gens.

 

Mais il y aura aussi, poussant parfois des coudes pour bien être vus, de sacrés hypocrites.

 

 

 

On risque en effet de voir défiler de belles brochettes de faux culs a ce défiler.

Je me demande si certaines personnes, malgré leur position, et leurs paroles, a l'époque des caricatures de Mahomet , je pense a Besancenot par exemple, auront le culot de venir avec leur petite pancarte "je suis Charlie" a ce fameux défilé qui se fera sans moi.

Portrait de Napre
10/janvier/2015 - 11h18
Block a écrit :

« Il faut savoir que tout le monde s'unit autour de Charlie Hebdo, mais il y a encore quelques semaines on les accusait d'être islamophobes, d'être racistes. Ils étaient obligés de faire appel à la générosité des lecteurs pour pouvoir survivre, on leur a attribué des "Y'a bon Awards". On les stigmatisait en disant que c'était eux les racistes, on les a pointé du doigt pour les faire assassiner (...). On a été coupables, la République a été coupable (...). Ils étaient systématiquement protégés par la police, il y avait des messages de haine sans que personne se lève pour les défendre. On aurait pu éviter ce massacre et on ne l'a pas fait. Alors on doit s'interroger : pourquoi on ne l'a pas fait ? »

 

Jeannette Bougrab, compagne de Charb.

Elle, elle est vraiment à plaindre.

 

A la manif, autour d'elle, il y aura bien sûr des gens sincères, de braves gens.

 

Mais il y aura aussi, poussant parfois des coudes pour bien être vus, de sacrés hypocrites.

 

 

Portrait de Block
10/janvier/2015 - 11h12

« Il faut savoir que tout le monde s'unit autour de Charlie Hebdo, mais il y a encore quelques semaines on les accusait d'être islamophobes, d'être racistes. Ils étaient obligés de faire appel à la générosité des lecteurs pour pouvoir survivre, on leur a attribué des "Y'a bon Awards". On les stigmatisait en disant que c'était eux les racistes, on les a pointé du doigt pour les faire assassiner (...). On a été coupables, la République a été coupable (...). Ils étaient systématiquement protégés par la police, il y avait des messages de haine sans que personne se lève pour les défendre. On aurait pu éviter ce massacre et on ne l'a pas fait. Alors on doit s'interroger : pourquoi on ne l'a pas fait ? »

 

Jeannette Bougrab, compagne de Charb.