24/12/2014 17:35

Marine Le Pen attaque en justice l'Obs pour un article qui évoque un "détournement qui pourrait dépasser 6 millions"

La présidente du Front national Marine Le Pen a engagé des poursuites judiciaires en diffamation contre l'Obs pour un article qui évoque un "détournement (qui) pourrait dépasser 6 millions d'euros", a annoncé mercredi son conseil, Me David Dassa-Le Deist.

Dans un article du 11 décembre 2014 intitulé "Le magot caché de Marine Le Pen" qui entend décrypter le système de financement des campagnes du Front national, l'Obs écrit notamment que "pour les seules législatives de 2012, le détournement pourrait dépasser 6M d'euros".

L'hebdomadaire écrit aussi que "la justice se demande si la présidente du Front national n'est pas la bénéficiaire d'un système conçu pour détourner de l'argent public".

Mme Le Pen attaque l'Obs pour "diffamation publique envers particulier" à cause de ces deux passages, selon le texte de la citation à comparaître , et demande 30.000EUR de dommages et intérêts et 3.000 EUR de frais de justice.

Pour Mme Le Pen, les deux passages précédemment cités lui "imputent clairement d'être personnellement la bénéficiaire d'un détournement d'argent public".

Ce système de financement pour les cantonales 2011, les législatives et la présidentielle 2012 fait actuellement l'objet d'une information judiciaire pour "escroquerie en bande organisée", "faux et usage de faux" et "blanchiment en bande organisée".

Aucune mise en examen n'a été prononcée dans ce dossier.

A l'origine, l'enquête porte sur le rôle joué auprès des candidats frontistes aux législatives par le parti personnel de Marine Le Pen, Jeanne, et la société Riwal, dirigée par un proche de la présidente du FN, Frédéric Chatillon, un ancien responsable du syndicat étudiant d'extrême droite GUD. Or, Riwal a également facturé ses services pour la présidentielle de Marine Le Pen.

Lors des législatives de 2012, c'est la double fonction de Jeanne qui a intéressé les enquêteurs: le micro-parti prêtait de l'argent aux candidats pour faire campagne et dans le même temps leur vendait des kits de campagne (photo, tracts etc).

Le taux d'intérêt du prêt pouvait se situer autour de 6,5%, pour des kits coûtant environ 16.500 euros.

Le FN s'est toujours défendu de toute irrégularité, en faisant notamment valoir que "rien ne s'oppose" à ce que Jeanne "prête à des candidats aux élections" et que ses comptes sont régulièrement validés par la Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP).

Selon des sources proches du dossier, les enquêteurs se demandent si les prestations fournies par Riwal ont pu être surfacturées, alors que les dépenses de campagne sont remboursées par l'Etat.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de babylone1997
26/décembre/2014 - 08h48
Gauchophobe a écrit :

Bravo madame Le Pen.

C'est quand les morues socialo-trotskystes sont échouées sur la berge qu'elles s'agitent le plus.

Ne vous inquiétez pas.

Vous aurez les votes des honnêtes francais.

Tout le prouve et le démontre.

Bravo madame.

Et merci pour votre courage et votre umplication.

Croyez-nous,nous vous suivront.

L'espoir fait vivre mon petit ! 

Portrait de Gereonais
25/décembre/2014 - 18h08
babylone1997 a écrit :

Comme c'est étonnant ! Ps,  ump,  FN même combat ! Ils arrivent même à être pire que les 2 grands partis de France !  De la saloperie ce parti,  en plus d'être un parti raciste ils se mettent à la corruption maintenant,  de la gerbe ce parti ! 

Un parti corrompu depuis des années. Et je parle de faits réels. Le père avec son compte en Suisse où je cite il a expliqué " l'avoir ouvert pour un besoin d'emprunt". Autres exemples : 1. A Toulon, Jean-Marie Le Chevallier, maire de 1995 à 2001 a été condamné pour détournement de fonds, complicité d'abus de confiance, et subordination de témoin.2. Catherine Mégret, élue maire de Vitrolles en 1997 sous l'étiquette Front National, a été condamnée pour détournement de fonds dans l'affaire dite des timbres postes de Vitrolles.3. L'ancien maire de Marignane, Daniel Simonpieri, élu sous l'étiquette Front National, a été condamné pour emploi fictif, fausses factures et favoritisme.Sans compter les histoires de drôles d'héritages etc.. Bref UMPSFN. 1 voyelle 5 consonnes c'est 6 de trop. 

Portrait de babylone1997
25/décembre/2014 - 09h38

Comme c'est étonnant ! Ps,  ump,  FN même combat ! Ils arrivent même à être pire que les 2 grands partis de France !  De la saloperie ce parti,  en plus d'être un parti raciste ils se mettent à la corruption maintenant,  de la gerbe ce parti !