23/12/2014 09:57

Les assassinats de journalistes par le groupe Etat islamique ont contribué à faire de 2014 l'une des plus meurtrières

Les assassinats de journalistes étrangers perpétrés par le groupe Etat islamique ont contribué à faire de l'année 2014 l'une des plus meurtrières pour cette catégorie dans le monde entier, selon le rapport annuel du Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Le Comité a noté que les journalistes occidentaux représentaient une "proportion inhabituellement élevée" parmi les, au moins, 60 journalistes tués du fait de leurs fonctions cette année.

Et il enquête toujours sur la mort d'au moins 18 journalistes tués en 2014 pour déterminer si leur mort est liée à leur profession.

Au total, environ un quart des journalistes tués en 2014 étaient des correspondants étrangers, soit environ le double des années précédentes, a relevé le CPJ.

En 2013, 70 journalistes avaient été tués dont 9% étaient des journalistes occidentaux, selon le site du Comité. Parmi les victimes de 2014 figurent notamment les journalistes américains James Foley et Steven Sotloff, dont les décapitations filmées et diffusées sur internet par le groupe jihadiste Etats islamique (EI) ont horrifié le monde.

La photographe allemande Anja Niedringhaus a été tuée en avril par un policier alors qu'elle couvrait les élections en Afghanistan pour l'agence de presse américaine Associated Press.

Et six journalistes étrangers font partie des cinq reporters et deux employés de presse tués en Ukraine cette année. C'est la première fois depuis 2001 que le CPJ a constaté dans ce pays la mort de journalistes pendant qu'ils travaillaient.

Cependant, la "majorité écrasante" des journalistes dont la vie est en danger à cause de leur profession continue de concerner des membres de la presse locale.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Bilou
23/décembre/2014 - 12h21

Ils risquent leur vie pour nous informer. Bravo aux journalistes de terrain.

Ils sont d'une autre classe que ceux qui restent dans leur fauteuil et réclament la censure d'un des leurs.