22/12/2014 12:34

Regardez les adieux du journaliste sportif de France 2 Jean-Paul Ollivier dans "Stade 2"

Jean-Paul Ollivier a fait hier après-midi ses adieux à France 2, lors de Stade 2, après 40 années passées dans la chaine...

C'est avec émotion et humour que le journaliste est parti à la retraite.
Mais avant, il a tenu à faire ses adieux aux équipes de l'émission mais aussi et surtout, au public qui l'a "toujours soutenu".
"Stade 2 est une émission que je continue à soutenir", a-t-il conclu.
Regardez:

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Reryriot
22/décembre/2014 - 17h07

Ce départ m'en rappelle un autre celui de Jean Mamère . qui présenta les "jeux du stade" et parlait de sports dans les jt de 13 heures . Parti de ce monde à cause d'une leucémie en aout 1995.

Souhait de t bonne retraite à "Paulo la science"

Portrait de CYTISE
22/décembre/2014 - 16h22

bonne retraite  monsieur JEAN PAUL .

Portrait de de votre appareil dans l'espace ci-dessus
22/décembre/2014 - 15h29

Oui il a une grande culture du cyclisme français d'antan, mais là n'est pas la critique. Ses descriptions géographiques et commentaires historiques étaient d'un ennuie profond, même ses acolytes s'en moquaient gentiment à l'antenne et c'était ennuyeux non pas parce que la culture est ennuyeuse mais parce qu'il donnait l'impression de lire mots à mots une brochure de l'office du tourisme ou en l’occurrence, comme l'a montré Charleroy, Wikipédia.

Portrait de boulange
22/décembre/2014 - 13h42
vavrais a écrit :

C'est limite méchant ...mais c'est la réalité pure et dure 

Paulo la science "pompait" hardiment une grande partie de ses commentaires sur ce support, en faisait même des cop/coller éhontés.

  Pour le reste, il connaissait  bien le cyclisme, on notera tout de même son mutisme parfait  sur tous les dopés de ce sport.

Vous êtes vraiment des imbéciles , Jean Paul Olivier pouvait vous dire , les vainqueurs les dates et les villes des étapes de tous les tours de France depuis son origine sans rien consulter et cela bien avant wikipédia