18/12/2014 07:19

Rachat de l'hebdomadaire L'Express: L'intersyndicale CFDT-CGT met en garde les éventuels repreneurs

L'intersyndicale CFDT-CGT du groupe Express-Roularta, qui étudie actuellement des offres de reprise des titres, a averti qu'elle serait vigilante au respect de leur indépendance éditoriale et au risque de "casse sociale", quel que soit le repreneur.

Dans un communiqué, l'intersyndicale CFDT-CGT a "pris acte des négociations" engagées entre Roularta Media Group (RMG) d'une part, et Patrick Drahi et Le Figaro d'autre part dans la perspective de la cession du groupe et a souligné que "l'éventuel désengagement de RMG ne [les] décevrait pas".

Lundi, une source avait confirmé que Patrick Drahi (Libération) et Marc Laufer d'un côté, Le Figaro de l'autre, s'étaient alliés pour déposer une offre commune sur L'Express et les autres magazines français du groupe belge Roularta.

En revanche, et quel que soit l'acquéreur, l'intersyndicale CGT-CFDT "met en garde contre les dangers" susceptibles de remettre en cause "l'indépendance éditoriale des titres" et de produire de "la casse sociale" dans le cadre d'"un démantèlement" du groupe.

Dans cet esprit, l'intersyndicale a averti qu'elle demanderait "à la direction du groupe de s'expliquer sur les événements en cours" dès le début de janvier et se réserve la possibilité de recours au "droit d'alerte prévu par la loi".

Le pôle des magazines français de Roularta emploie aujourd'hui 720 personnes environ, dont 330 journalistes, hors pigistes et CDD.

En 2013, le groupe belge avait accusé une perte nette de 57,9 millions d'euros, imputée principalement à ses magazines français.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de iracoubo
18/décembre/2014 - 10h43 - depuis l'application mobile

il est sur que pour des journalistes pro gauche qu'être dirigé par des gens de droite ça va être gênant.