04/09/2014 13:12

Propos de François Hollande sur les pauvres selon Valérie Trierweiler: "C'est n'importe quoi!", dénonce Ségolène Royal

La ministre de l'Energie et de l'Ecologie, Ségolène Royal, a qualifié de "n'importe quoi" les propos méprisants attribués au président François Hollande sur les pauvres par son ex-compagne Valérie Trierweiler dans son livre paru jeudi.

Interrogée sur RMC/BFMTV sur l'impact de ce livre sur la fonction présidentielle, Mme Royal, ex-compagne du chef de l'Etat et mère de ses quatre enfants, a d'abord répondu à plusieurs reprises ne pas vouloir se "laisser entraîner sur le terrain privé". Mais à une nouvelle question sur le passage du livre où Valérie Trierweiler écrit qu'"en réalité, le président n'aime pas les pauvres" qu'il surnommerait selon elle les "sans dents", Ségolène Royal a répondu: "c'est n'importe quoi, c'est le contraire de l'engagement politique d'un grand responsable de gauche, socialiste". "C'est le contraire de son identité politique, il faut être sérieux", a-t-elle ajouté.

"Il faut juger les hommes politiques sur leurs actes", a-t-elle estimé, renvoyant à l'action de François Hollande notamment en Corrèze et à "l'attention portée aux plus précaires" dans ce département lorsqu'il le présidait.

Sollicitée sur la démarche de Valérie Trierweiler, la ministre de l'Ecologie a affirmé: "Je n'alimenterai en aucune façon ce débat". Selon Mme Royal, "il faut avoir une certaine dignité de la fonction politique que l'on exerce et ne pas s'en laisser dévier".

Dans son ouvrage "Merci pour ce moment", la journaliste accuse par ailleurs Ségolène Royal d'avoir monnayé son ralliement à François Hollande lors de la campagne de 2012. "Vous ne m'entraînerez pas sur ce sujet", a seulement réagi la ministre.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de souffle
5/septembre/2014 - 15h07

Un des atouts séduction de Hollande auprès des femmes, c'est sans doute son humour  avec toujours une bonne blague à raconter... Les "sans dent" c'est sans doute une de ses bonnes blagues qui a bien fait rire VT à l'époque, et qui maintenant raconte cela hors de son contexte, pour se venger.

Portrait de étonnée
5/septembre/2014 - 08h17
Verite a écrit :
Certains ont les moyens d être socialistes, d autres pas... Tout dépend du patrimoine...

comme vous dites, on arrive pas à la tête du gouvernement si on en a pas les moyens ou que la famille n'en a pas les moyens, la plupart des ministres (droite ou gauche c'est pareil) descendent d'une famille aisée il n'y a pas de "SANS DENT" , un des rares, IL EST MORT,  le pauvre M. Berégovoy !

Portrait de Verite
5/septembre/2014 - 06h25 - depuis l'application mobile
taine66 a écrit :

On en a vu d'aute, surtout avec les socialistes: la fille secréte de Mitterand, l'incroyable fortune du fils Fabius, l'affaire Cahuzac ou tout le monde savait sauf nous...les petits, les sans dents.

Certains ont les moyens d être socialistes, d autres pas... Tout dépend du patrimoine...

Portrait de étonnée
5/septembre/2014 - 03h52
cestmoila a écrit :

+1.000

bien dit

Portrait de freddu13500
4/septembre/2014 - 16h15
philnours a écrit :

qui franchement va acheté son bouquin a part les bobos...lol

Pas faux ^^ , de plus on sait pas si ce qu'elle dit est vrai ou pas.

Portrait de freddu13500
4/septembre/2014 - 13h34

De toute manière ce livre est là juste pour carcher sur le dos de hollande tout en se fesant de la thune sur le dos des personnes qui vont boire ses connerie.

Portrait de Dubitatif
4/septembre/2014 - 12h32

Ah! Quand la langue de bois est une seconde nature!

Il eût mieux valu pour elle, compte-tenu de son passé de compagne, de refuser tout commentaire. Elle en serait sortie grandie.

Portrait de garlaban
4/septembre/2014 - 11h47

Normal que la secte des énarques se soutienne.

Portrait de lechene
4/septembre/2014 - 11h33

de toutes façons, elle n'ira pas dans le sens de VT. elle a trop à y perdre, pour commencer sa place de ministre depuis le temps qu'elle attendait. elle veut rester classe, mais il paraîtrait qu'elle ne se retient pas trop de critiquer son ex dans les couloirs. elle a bien reconnu qu'il n'avait jamais rien fait de sa vie.