17/07/2014 09:39

L'hebdomadaire d'extrême droite Minute, qui a comparé Christiane Taubira à un singe en 2013, sera jugé le 24 septembre

L'hebdomadaire d'extrême droite Minute, qui avait comparé Christiane Taubira à un singe en 2013, sera jugé le 24 septembre à Paris, a-t-on appris, au lendemain de la condamnation d'une ex-candidate FN pour des faits similaires.

"Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane", avait titré Minute, qui est renvoyé en correctionnelle pour "injure à caractère racial".

Le parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire et plusieurs associations antiracistes avaient déposé plainte.

Au terme de cette enquête, le parquet a cité à comparaître Minute et son directeur de la publication, Jean-Marie Molitor.

Concédant une couverture de "mauvais goût", ce dernier avait rejeté tout racisme en défendant "la satire (qui) n'est pas un délit". L'affaire sera jugée le 24 septembre par la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, selon une source judiciaire. Cette une, parue le 13 novembre 2013, avait relancé la polémique autour des attaques racistes contre la ministre de la Justice.

Mardi, le tribunal de Cayenne a infligé neuf mois de prison ferme, 5 ans d'inéligibilité et 50.000 euros d'amende à l'ex-candidate FN Anne-Sophie Leclère, qui avait également comparé Mme Taubira à un singe en octobre 2013. Le tribunal a également condamné le FN à une amende de 30.000 euros d'amende.

Le 17 octobre, dans un reportage diffusé sur France 2, Anne-Sophie Leclère, qui tentait de constituer une liste dans la petite ville de Rethel (Ardennes), assumait sans difficulté le photomontage publié sur sa page Facebook comparant un petit singe (avec la mention "à 18 mois") à la garde des Sceaux ("maintenant").

Niant tout "racisme", cette commerçante expliquait néanmoins préférer voir Mme Taubira "dans un arbre après les branches que comme ça, au gouvernement".

Elle avait été exclue du FN en décembre, à trois mois des municipales.

Au terme d'une enquête préliminaire, le parquet de Paris avait également renvoyé Mme Leclère en correctionnelle pour injure publique à caractère racial et une audience sur le fond est prévue le 24 septembre, également devant la 17e chambre.

Ces faits ayant déjà été jugés à Cayenne, le parquet de Paris devrait demander à l'audience au tribunal d'abandonner les poursuites, selon la source judiciaire. On ne peut en effet être jugé deux fois pour les mêmes faits.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de gabin
17/juillet/2014 - 13h12

Le code pénal est très très severe à l encontre des propos racistes..quand on aime notre republique on ne peux pas demander à la justice d être  laxiste.....il est quand même triste de voir certains critiquer des décisions de justices plutôt que de critiquer les propos racistes

Portrait de zlamet
17/juillet/2014 - 10h49

Minute a  reussi a faire le buzz mais je ne pense pas qu'un tribunal puisse les condamner, a aucun moment ils ne l'a comparent a un singe, ils disent qu'elle est mailgne et qu'elle a retrouvé le sourire en utilisant deux expressions de la langue francaise.

Portrait de desir soir
17/juillet/2014 - 10h41

Pourquoi les condamner? Parce que la simple injure est un crachat à la figure d'une personne. Et l'injure raciste est un délit et il faut condamner. Cette crasse n'a rien à voir avec la liberté d'expression....

Portrait de unknown
17/juillet/2014 - 10h08
chaparals a écrit :

ah bon  !! perso jamais je me suis fais insulter par mon teint par contre des reflexions sur des blacks arabes et autre colorés j'en entends tout le temps et cela me répugne ,la xénophobie doit être sévèrement réprimésmiley

faire une généralité de votre cas personnel est un peu réducteur.

Portrait de paulau
17/juillet/2014 - 09h54

 L 'antiracisme sera le totalitarisme du XXI ième siècle.