24/06/2014 13:06

Fin de vie: La Cour européenne des droits de l'homme saisie en urgence par les parents de Vincent Lambert

Les parents de Vincent Lambert ont saisi la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) pour qu'elle ordonne à la France de surseoir à tout arrêt éventuel de son alimentation et de son hydratation, dans l'hypothèse d'une décision en ce sens du Conseil d'Etat, indique mardi l'institution dans un communiqué.

Cette demande de "mesures provisoires" est parvenue lundi soir à Strasbourg, alors que la plus haute juridiction administrative française doit se prononcer mardi à 16H00 (14H GMT) sur le sort du jeune homme, tétraplégique en état végétatif dont le maintien en vie divise la famille.

Le rapporteur public du Conseil d'Etat s'est prononcé vendredi pour l'arrêt des soins qui lui sont prodigués.

"La décision concernant la demande d'article 39 sera prise dès que possible après que l'arrêt aura été rendu par le Conseil d'Etat", indique mardi la CEDH dans un communiqué.

L'article 39 du règlement de la Cour lui permet, lorsqu'il y a risque pour la vie ou l'intégrité d'une personne, de prescrire des mesures d'urgence à un Etat contre lequel est dirigée une requête, dans l'attente d'une décision ultérieure sur le fond.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de brezou
24/juin/2014 - 19h16

C'est un peu de l'acharnement qu'ils n'auraient pas pu assumer si ils n'avaient par la sécu qui paye les soins pour eux , une journée de réa ce n'est pas donnée

Portrait de ARTISAN3
24/juin/2014 - 18h20
pb71 a écrit :

Dans ce cas  précis  c est : Oter la vie ou maintenir en vie,? Car à l'évidence, si leur fils avait été dans cet état au 19è siècle ou début du 20 è  ; Dieu l'aurait rappeler à lui immédiatement. En 2014 ce sont les progrès de la médecine qui maintiennent  en vie ce pauvre homme, et pas le bon Dieu .

Certes, mais au siècle precedent, la medecine n'en savait pas autant et cela continue...donc rien n'est écrit. Nous ne savions pas qu'il y aurait des avions, des vaccins, des ordi...Et pourtant...

Portrait de pb71
24/juin/2014 - 16h59
ARTISAN3 a écrit :

Bj, Quelle que soit la motivation, elle me semble la plus acceptable en rapport à la filiation. De plus, rien n'est formel non plus concernant la douleur. Nous croyons ce que nous voulons...et libre à eux de croire que nous n'avons pas à ôter la vie.

Dans ce cas  précis  c est : Oter la vie ou maintenir en vie,? Car à l'évidence, si leur fils avait été dans cet état au 19è siècle ou début du 20 è  ; Dieu l'aurait rappeler à lui immédiatement. En 2014 ce sont les progrès de la médecine qui maintiennent  en vie ce pauvre homme, et pas le bon Dieu .

Portrait de ARTISAN3
24/juin/2014 - 16h29
touloune a écrit :

Quel est l'intêret de prolonger la vie de cet homme alors qu'il n'y a aucun espoir. Les parents sont tout bonnenment égoistes. 

Bj, Je ne vous souhaite pas de prendre leur place un jour. Car, entre vos théorie et la pratique.

Portrait de arnaud2502
24/juin/2014 - 16h23 - depuis l'application mobile

Et qui paye les frais en attendant ? La sécu donc nous. Les parents devraient se rendre à évidence que malheureusement leur fils restera un légume toute sa vie. C'est du pur égoïsme et la religion n'a rien à voir la dedans. Arrêtons de tout mélanger.

Portrait de scorpionne72
24/juin/2014 - 14h51

je serais d'avis que chaque assuré social remplisse un formulaire de ce qu'il souhaite pour ce genre de cas et qu'il le renvoie à la sécurité sociale ou msa ou autre selon son régime et que ce soit aussi noté sur la carte vitale celà éviterait ce genre de bataille juridique

Portrait de touloune
24/juin/2014 - 14h35

Quel est l'intêret de prolonger la vie de cet homme alors qu'il n'y a aucun espoir. Les parents sont tout bonnenment égoistes. 

Portrait de mameclipse
24/juin/2014 - 14h11

c 'est CA la charitée chretienne pour moi c 'est cretin ce debat m apermis d en parler  a mes proches et de faire le nécessaire pour le don d organe et la fin de vie et le paliatif

Portrait de ARTISAN3
24/juin/2014 - 13h42
Dees a écrit :

Pas un seul mot pour lui qui est emmurer dans un corps mort et aveugle ?  Je ne souhaiterais pas ça à mon pire ennemi.

Bj, Avons nous vécut une épreuve face à la mort (la nôtre), pour dire qu'il est préférable de partir. Combien, de malade en phase terminale lutte justement pour rester. Moi ma manière de prendre cas de lui, c'est de ne pas vouloir que quelqu'un décide pour lui. Il est trop facile d'exprimer les souhaits d'une personne qui ne peut plus rien dire. Sachant de plus que nous émettons des avis dans nos conversations avec nos proches alors que HEUREUSEMENT, nous ne savons si nous pourrions le faire.

Portrait de LucasActus
24/juin/2014 - 13h33 - depuis l'application mobile

Ils sont sérieux ?
J'espère que les décisions leur donnerons tort, qu'il laissent donc partir leur fils !

Portrait de ARTISAN3
24/juin/2014 - 13h33
willy75 a écrit :
Je pense que leur décision n est pas dirigée par l espérance d une amélioration de la situation médicale, mais plus par leur conviction religieuse. Apparemment, ils sont catholiques très pratiquants...et par conséquents s en remettent à la décision de "Dieu" pour décider s il doit partir ou rester. C est dommage car c est leur enfant qui souffre en attendant....

Bj, Quelle que soit la motivation, elle me semble la plus acceptable en rapport à la filiation. De plus, rien n'est formel non plus concernant la douleur. Nous croyons ce que nous voulons...et libre à eux de croire que nous n'avons pas à ôter la vie.

Portrait de ARTISAN3
24/juin/2014 - 13h22

QUI SAIT

 

Portrait de ARTISAN3
24/juin/2014 - 13h21

Je suis consterné de voir la douleur des parents. Qui sommes-nous et que connaissons-nous de l'avenir et de la science pour choisir entre la vie et la mort d'un homme. Je sais que les médecins pensent qu'il n'y a plus de possibilités au niveau de son cerveau, mais qui savent plus tard. Décider à la place des parents me semble l'horreur absolue, l'épouse, le neveu, etc. même remplis d'amour et de croyance dans leur bonne intention pour lui, ne remplacera jamais cette mère qui l'a porté, aimer, éduquer etc. et qui refuse le choix qu'on tente de lui imposer. Il reste facile de dire "je le ferais dans la même situation" toutefois, le jour où cela arrive rien n'est pareil.

Portrait de france66
24/juin/2014 - 13h10

qu'on le laisse partir tranquillement, rendez lui sa liberté...