13/05/2014 17:58

Crash du Rio-Paris: L'accident "aurait pu être évité", selon un rapport de contre-expertise

La catastrophe du vol Rio-Paris d'Air France en juin 2009 est due à "une réaction inappropriée de l'équipage après la perte momentanée des indications de vitesse", selon le rapport de la contre-expertise ordonnée dans l'enquête judiciaire, dont l'AFP a eu connaissance aujourd'hui.
Les simulations et les expertises "ont clairement établi la prédominance des facteurs humains dans les causes de l'accident et dans les facteurs contributifs", affirment les cinq experts dans leurs conclusions. "Nous avons aussi déterminé que l'accident", qui a causé 228 morts, "aurait pu être évité, et ceci par quelques actions appropriées de l'équipage", ajoutent-ils.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Sheeka Gohome
13/mai/2014 - 20h58

Maginifique contre-expertise qui va dans le sens idéal pour éviter toute responsabilité à une quelconque sous traitance vicieuse de constructeur!

Ca fait beaucoup  3 "erreurs d'humains"  cumulées sortis le l'ENAC 

Qui a acheté des "experts" mercenaires pour en arriver là? scandaleux!

Trop facile d'accuser les morts!

 

Portrait de djbaxter
13/mai/2014 - 19h37
Imanol a écrit :

La vérité assez effrayante, c'est que la plupart des pilotes actuels ont des diplomes mais peu d'expériences de "réelle" conduite. Ils sont complètement dépendant du système informatique, et la majeur partie d'entre eux ne sait absolument pas faire face à la défaillance d'un de ses éléments.

Ce drame l'illustre parfaitement.

Vous me connaissez pas assez ni les pilotes ni ce dossier pour en Parker ainsi. Au contraire, même un jeune copilote a deja des centaines d'heures de pilotage depuis son 1er brevet au cours duquel ils sont déjà confrontés au décrochage comme l'AF447. Autre point primordial, des pilotes pros aux privés et amateurs éclairés, c'est l'incompréhension qui prévalait en sachant que le copilote a continué de tirer sur le manche pendant le décrochage, à l'opposé des techniques de base de sortie de décrochage. Enfin comme beaucoup d'accidents aériens, c'est une conjonction de facteurs qui expliquent l'accident. Ces 3 pilotes avaient chacun des milliers d'heures de vol réel. Tous n'étaient pas dans leur meilleur forme par contre, ont manqué à la fois de réactivité, d'analyse d'éléments hors de ceux fournis par les ordis de bord, et la formation AF / Airbus était aussi insuffisante dans un contexte précis et a été corrigée quelques mois après l'accident. Enfin AF a aussi tardé plus que d'autres à réagir sur ses sondes Pitot, en partie car sous évalué par Airbus eux-mêmes.

Portrait de Imanol
13/mai/2014 - 19h16

La vérité assez effrayante, c'est que la plupart des pilotes actuels ont des diplomes mais peu d'expériences de "réelle" conduite. Ils sont complètement dépendant du système informatique, et la majeur partie d'entre eux ne sait absolument pas faire face à la défaillance d'un de ses éléments.

Ce drame l'illustre parfaitement.

Portrait de Dominnic
13/mai/2014 - 18h59
camronjones a écrit :

Evidement parler en etant assis tranquillement chez soit c'est facile, mais les pilotes ont fait des erreurs graves (qu'on apprend la 1ere heure de vol) et qui aurait largement put etre evité l'avions decrochait et ils ont tiré sur le manche alors qu'il aurait fallus poussez le manche pour faire piquer l'avion pour qu'il soit a nouveau porté par l'air.

 

Dans ce cas précis les pilotes sont à 100% fautif, n'en deplaise à certains. Apres le stresse de la situation explique certainement les "erreurs" mais les pilotes sont théoriquement formé pour faire face. 

Bonjour,

 

Il avait été aussi dit, un temps, que les ordis avaient communiqué de fausses informations (avec l'histoire des sondes)... Donc, dans ce cas, pas étonnant que les pilotes aient pu réagir d'une autre manière...

Des spécialistes avaient également dit, l'an dernier que le rapport sortait au moment du Salon du Bourget... Or, s'il était avéré que l'avion même était en cause, Airbus aurait perdu des contrats, donc des revenus très importants. Conclusion ::: il était préférable d'accuser alors les pilotes... qui ne pouvaient pas se défendre...Air France a quand même une réputation sérieuse pour les compétences de ses pilotes....

Et là, bizarrement, les trois pilotes seraient des nuls ????.... Je n'y crois pas... Tout comme des enregistrements sonores peuvent être bidouillés... Des rapports truqués...

Quand la réputation d'une entreprise, quand des sommes phénoménales, des contrats sont en jeu... la réputation d'hommes morts ne vaut rien.... aux yeux d'autres d'individus !Hélas !

 

 

 

 

Portrait de camronjones
13/mai/2014 - 18h48

Evidement parler en etant assis tranquillement chez soit c'est facile, mais les pilotes ont fait des erreurs graves (qu'on apprend la 1ere heure de vol) et qui aurait largement put etre evité l'avions decrochait et ils ont tiré sur le manche alors qu'il aurait fallus poussez le manche pour faire piquer l'avion pour qu'il soit a nouveau porté par l'air.

 

Dans ce cas précis les pilotes sont à 100% fautif, n'en deplaise à certains. Apres le stresse de la situation explique certainement les "erreurs" mais les pilotes sont théoriquement formé pour faire face. 

Portrait de Volques
13/mai/2014 - 18h38

Les experts n'étaient pas dans la cabine à la place du pilote ! c'est trop facile d'accuser l'humain !