30/04/2014 09:34

Vente-privee.com s'offre un nouveau théâtre à Paris pour compléter son offre culturelle

Le site de ventes en ligne évènementielles vente-privee.com qui avait déjà racheté le Théâtre de Paris l'an dernier, vient d'acquérir le théâtre de la Michodière pour compléter son offre dans les domaines du divertissement et de la culture, a-t-il annoncé.

Parallèlement, il annonce le lancement de son premier festival de musique, qui sera organisé du 7 au 9 juillet prochain. Ces deux opérations s'inscrivent "dans le prolongement de l'activité du site dans le secteur du divertissement, initiée en 2007", rappelle vente-privee.com dans un communiqué.

Le montant de l'acquisition du théâtre de la Michodière n'a pas été révélé.

Elle a été réalisée en association avec le producteur et directeur associé du théâtre de Paris, Richard Caillat, qui prendra la direction du théâtre de la Michodière, est-il simplement indiqué.

L'actuel directeur de la salle parisienne, Jacques Crépineau restera associé à la nouvelle direction "à titre honorifique".

"Les nouveaux actionnaires comptent poursuivre le travail de mise en valeur de ce magnifique théâtre (...) en privilégiant les créations originales, les auteurs français contemporains et en accueillant les têtes d'affiche d'un théâtre populaire et de qualité", annonce vente-privee.com. L'ambition est également de renforcer l'orientation déjà marquée du théâtre pour la comédie et d'élargir la programmation au domaine de l'humour, notamment au travers de one-man show.

La Michodière est un théâtre parisien de 700 places créé en 1925.

Cette acquisition s'inscrit dans la démarche de diversification de vente-privee.com, qui après avoir proposé des ventes de vêtements, de jouets, de vins, d'épicerie fine, de voyages, s'est lancé depuis plusieurs années dans la promotion d'artistes et la vente d'albums (Alain Chamfort en 2007, Patricia Kaas en 2009 ou encore Iggy Pop en 2012).

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Dominnic
30/avril/2014 - 13h43
camronjones a écrit :

Ce que vous dite est relativement vrais au début, mais dès lors qu'un site de vente commence a prendre de l'ampleur ca n'est plus vrais. Il faut des préparateurs, des gens aux service client, service apres vente ect.

Amazon emploie +/- 7000 personnes en france, c'est un chiffre enorme et ils recrutent eux pas comme les usines qui licencie.

Bonjour,

 

je suis d'accord avec ce que vous dites tous (toutes ?) les deux, sauf sur ce point :::

Amazon recrute... mais des cdd, des intérimaires et le tout, à bas salaire, conditions misérables == voyez les grèves en Allemagne à ce sujet !

Donc, ce n'est pas un employeur modèle qui travaille et s'investit dans la durée pour ses salariés.

 

Portrait de camronjones
30/avril/2014 - 09h55
L'OBSERVATEUR a écrit :

C'est fou le cash flow que dégagent ces petites compagnies qui vivent du business sur la toile sans avoir investi grand chose. Pourquoi s'emmerder à investir et emprunter des milliards pour créer des usines en embauchant des ouvriers et leurs délégués syndicaux. Une cause de plus de chômage massif.

Ce que vous dite est relativement vrais au début, mais dès lors qu'un site de vente commence a prendre de l'ampleur ca n'est plus vrais. Il faut des préparateurs, des gens aux service client, service apres vente ect.

Amazon emploie +/- 7000 personnes en france, c'est un chiffre enorme et ils recrutent eux pas comme les usines qui licencie.