17/04/2014 09:33

Jean-François Copé a vu "une absence totale de courage politique" dans les mesures annoncées hier par Manuel Valls

Jean-François Copé, le président de l'UMP, a vu "une absence totale de courage politique" dans les mesures annoncées hier par Manuel Valls qui ne sont selon lui "pas à la hauteur des enjeux."

"Mobiliser tout l'appareil médiatique français comme l'a fait Manuel Valls hier pour en réalité ne rien annoncer de précis, continuer simplement de dire "on va baisser de 50 milliards la dépense publique" en ne donnant aucun détail, et de se cibler uniquement sur le gel des retraites, du salaire des fonctionnaires et des allocations familiale... Ce n'est pas avec ça que l'on va réduire le déficit. On est en train de se moquer des gens", a déclaré Jean-François Copé sur France 2.

Selon lui, il faudrait "réformer le modèle économique français, réduire le périmètre de l'Etat, repenser la question de l'organisation du temps de travail dans les entreprises, faire une grande réforme des retraites". Mais aussi "une baisse des dépenses publiques: par exemple, en matière de sécurité sociale, de fonction publique, dire que l'on va réformer le temps de travail, que l'on va sortir des 35 heures. Nous ne l'avons pas fait, nous considérons aujourd'hui que c'est, hélas, indispensable."
Or "on n'a rien vu de tout ça. On a vu que le premier ministre allait geler les rémunérations d'un certain nombre de Français. Voilà comme encore une fois va être payé par les Français une absence totale de courage politique", a-t-il dénoncé. Jean-François Copé a pris la défense des "fonctionnaires qui font un travail extrêmement difficile, qui sont en plus souvent considérés comme des boucs émissaires alors qu'ils font tourner la maison France.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Razyiel
18/avril/2014 - 05h38 - depuis l'application mobile
grangette a écrit :

Cope veut recuperer les votes des fonctionnaires ils les caressent dans le sens du poil! quel est son programme: 39h payees 35h , retraite à 65ans, smic jeune, 1remplacement d'un fonctionnaire sur2. mais par contre gardons tous nos privilèges

. je ne crois pas du tout à ce type.

tout a fait d'accord !!

Portrait de gentleman
17/avril/2014 - 10h35

Qui osera s'attaquer aux structures de l'Etat ? Pas ceux qui en vivent.

Suppression du Senat qui ne sert à rien.

Suppression des agences de l'Etat qui font doublon

Suppression de la moitié des conseillers des ministères

Suppression du cumul des retraites des politiques

Etablir une taxe sur les revenus des actionnaires

etc.... tant de dépenses inutiles qui plombent notre économie.